Magazine

THALASSA

Le magazine de la mer et des océans.

Présentation : Fanny Agostini.

  • Durée : 115'
  • Numéro de l’épisode : 3
  • Nombre d’épisodes : 3
Vendée, Charente-Maritime : à la découverte d´une crevette d´exception

Vendée, Charente-Maritime : à la découverte d´une crevette d´exception

Horaire(s) de diffusion

Langue(s) des sous-titrages

  • subtitle-francais setm teletexte
Vendée, Charente-Maritime : à la découverte d´une crevette d´exception
Vendée, Charente-Maritime : à la découverte d´une crevette d´exception

Dans l'eau elle est discrète, mais à table on ne voit qu'elle. Chaque année en France, nous en mangeons 123 000 tonnes. En vingt ans, ce petit crustacé est devenu l'un des produits de la mer les plus consommés. Entière, décortiquée, fraîche, congelée, nature ou préparée, que mangeons-nous exactement ?

Au sommaire :

Madagascar : des crevettes à l´ombre de la mangrove
« On n'est pas venus à Madagascar par hasard ! On a d'abord fait le tour du monde pour voir ce qui existait ailleurs, et on s'est dit qu'il fallait qu'on fasse différemment ! » Pari gagné. Aujourd'hui, le modèle d'aquaculture douce créé par Amyne Ismail fait référence dans le monde de l'élevage des crevettes. Le cycle de vie de celles que l'on appelle couramment gambas y est entièrement maitrisé. Une production qui ne laisse rien au hasard...

Tromso : avec les seigneurs de la mer de Barents
« Les nuits sont très courtes, l'été en Norvège le soleil ne se couche pas ! On dort 6 heures et on travaille 6 heures. » On les surnomme les seigneurs de la mer de Barents. Ils sont une poignée seulement comme Julien Édouard, capables de tenir la mer durant 50 jours en gardant cette cadence infernale et un moral d'acier. À 37 ans, ce Malouin est déjà un ancien dans le métier, la mer du Groenland et la mer de Barents sont devenues son décor quotidien.

Chasseur d´épaves : entre passion et frisson
Aldo Ferrucci est un plongeur professionnel aguerri par des années de pratique. Pourtant, à l'heure de descendre sur l'épave du « Britannic », il prend toute la mesure de la plongée à venir. Bien sûr il y a la profondeur : 120 mètres. La moindre erreur ou défaillance peut s'avérer fatale. Mais il y a aussi, et surtout, le symbole qui gît tout en bas dans l'obscurité de la mer Égée. Derrière l'image du paquebot « Britannic » se profile, fantomatique, celle de son « sister ship maudit » : le « Titanic ».

Présentation : Fanny Agostini.