/ / / Le lexique
Imprimer cette page
Envoyer cette page

Le lexique

Le lexique

P

 

Paléoclimatologie

Etude des climats anciens.

Parallèles

Perpendiculaires aux méridiens, les parallèles indiquent des zones du globe terrestre permettant d'indiquer par exemple la provenance d'un vent ou la situation d'un pays par rapport à l'équateur.

Particules

En plus des gaz, l'air de l'atmosphère contient aussi de très petits éléments solides ou liquides en suspension, qu'on appelle des particules.

Pascal (Blaise)

Mathématicien français, qui a donné son nom à l'hectopascal, mesure de pression atmosphérique.

Périhélie

Point de la trajectoire de la Terre autour du Soleil le plus proche du Soleil. La Terre est au périhélie au début de janvier (voir Aphélie).

Perturbation

Les perturbations météorologiques, ou atmosphériques comme les pluies, les orages, les vents, ont lieu dans la troposphère, la couche la plus basse de l'atmosphère et sont dues généralement au mélange de deux fronts, chauds et froids.

Phénomène météorologique

C'est dans la "troposphère", la couche la plus basse de l'atmosphère, un espace haut de 10 km, que le plupart des phénomènes météorologiques ont lieu : orages, pluies, tempêtes, ouragans...

Photosynthèse

Mécanisme de base de la production de matière vivante à partir d'eau, de gaz carbonique, d'éléments nutritifs et de lumière. C'est la chlorophylle qui est l'agent de la photosynthèse.

Pluie

Perturbation atmosphérique due à la formation des nuages, eux-mêmes générés par l'instabilité de l'air, et qui a lieu lorsque les gouttes de pluie qui étaient maintenues électriquement entre elles(par un échange entre pôles positifs et négatifs) tombent soudainement lorsque ce champ magnétique est perturbé. Certaines pluies ne touchent pas les sol, comme les "virgas". D'autre part, il faut que les nuages aient atteint une hauteur suffisante pour que les gouttes d'eau s'y développent sous l'effet de la condensation. Les pluies violentes sont les plus courtes comme lorsqu'un cumulonimbus pouvant atteindre 15 km de haut éclate sous les tropiques éclate ou bien légères et persistantes comme avec les nimbo-stratus.

Pluie continue

Episode de pluie de longue durée (plusieurs heures au moins).

Pluie diluvienne

Episode de pluie intense, conduisant à des hauteurs d'eau très importantes.

Pluviomètre

Les pluviomètres mesurent la quantité d'eau tombée en un endroit donné. Composés d'un entonnoir, ils canalisent l'eau recueillie dans un cylindre de mesure (minimum observable en une heure = 0,05m).

Pluviosité

Le taux de pluviosité est mesuré par le pluviomètre. Actuellement, sous l'effet du réchauffement de la planète, le taux de pluviosité est inférieur aux normes habituelles. Dans certaines régions de France, depuis la canicule de l'été 2003, et malgré les pluies et le froid de l'hiver, les sols de certaines régions accusent déjà un manque de - 40%. Les zones désertiques ont un taux de pluviosité proche de zéro. Toutefois, dans certains déserts, on note l'apparition subite et brève de certaines végétations, suite au passage d'une précipitation inhabituelle.

Point de rosée

Température à laquelle la vapeur d'eau contenue dans l'air, se condense. Il y a donc saturation puis condensation, sachant que l'air arrive à saturation lorsqu'il atteint un taux maximum d'humidité.

Pointe de pollution

Episode de forte pollution atmosphérique, dangereux pour la santé des gens.

Polaire (masse d'air)

Masse d'air globalement froide, devenant généralement instable et brassée par de nombreux mouvements de convection lorsqu'elle se déplace vers des régions plus méridionales (donc généralement plus douces).

Polarisation

Effet de diffraction par dissymétrie de la propagation des radiations lumineuses. Les polariscopes, filtres ou miroir polarisants produisent une réfraction qui fait dévier les rayons lumineux ou les ondes électromagnétiques. Ces prismes ont un pouvoir biréfringent.

Pôles

Les pôles sud et nord sont les réservoirs d'eau douce de la planète contenus dans les "calottes glaciaires" des inlandsis véritables continents de glace qui s'étendent sur des kilomètres et où s'est accumulée la neige lors des phases de glaciation. Sous l'effet du réchauffement de la planète, ces inlandsis se craquèlent, créant des icebergs qui tombent dans les mers et les océans. Entre deux périodes de glaciation, la forme du globe lui-même va jusqu'à se transformer, s'aplatissant aux pôles.

Pot au noir

Située à l'equateur, désigne une région où ne souffle aucun vent. Ainsi, dès que l'on s'approche de l'equateur, la force de rotation de la terre sur elle-même étant nulle, les cyclones se dissipent.

Poudreuse

La neige tombe et que l'air est très froid, des flocons secs se forment, donnant un effet poudreux. Alors qu'autour de 0° C, une température idéale pour les boules de neige, les flocons plus gros et humides auront tendance à davantage coller. Si la poudreuse tombe sur de la neige glacée, il y a risque d'avalanche.

Ppm (parties par millions)

C'est en 1958, depuis le mont Mauna Loa à Hawaï, que l'on a mesuré pour la première fois la teneur en gaz carbonique dans l'atmosphère. Les mesures utilisées sont les "ppm" (parties par millions, ou millionièmes) si au début du XIXè siècle, la concentration de gaz carbonique n'était encore que de 280 ppm (280 m3 de gaz carbonique par mètre cube d'air), elle est passée en 1958 à 315 ppm, sous l'effet de l'industrialisation intensive. En deux cents ans, le CO² a donc augmenté autant qu'au cours des milliers d'années qui ont suivi la déglaciation il y a 15 000 ans. Au rythme où nous allons, dans moins de 100 ans, la teneur en gaz carbonique devrait atteindre 500 ppm sur notre planète, sachant que les pays industrialisés rejettent 10 à 20 fois plus de gaz carbonique que les autres dans l'atmosphère. Grâce aux bulles d'air piégées dans les glaces polaires (notamment au centre de l'antarctique et au Groenland), on peut mesurer précisément l'évolution de la composition de l'air au cours des siècles.

Précipitations

Au pluriel, chute d'eau provenant de l'atmosphère sous forme solide (neige, grêle) ou bien liquide (pluie, brouillard). Au singulier, phénomène chimique ou physique entraînant la transformation d'un corps solide insoluble en une phase liquide.

Pression atmosphérique ou pression de l'air

Le poids de l'atmosphère, cet d'air gazeux qui s'étend jusqu'à 1 000 km autour de la terre, exerce une pression plus ou moins importante variant selon le temps et l'altitude. Apparemment immatérielle, cette masse pèse quand même environ 5 600 millions de millions de tonnes! Imaginons une colonne d'air allant du sol jusqu'à la limite de l'atmosphère : la force exercée par le poids de l'air situé au-dessus de la surface terrestre équivaut à la pression atmosphérique. Une colonne d'air chaud pèse moins lourd qu'une colonne d'air froid. En montagne par exemple, la pression est moins importante car l'air y est plus rare, donc, moins pesant. Avez-vous constaté que plus on monte, plus on a du mal à respirer ?

Prévision climatologique

Façon de prévoir les conditions atmosphériques en se reportant uniquement aux normales climatiques. Par exemple, sachant que la normale de température maximale à Bordeaux pour un 15 juillet est de 26°C, la prévision climatologique faite le 10 juillet donnerait : "le 15 juillet prochain, la température maximale à Bordeaux sera de 26°C". Cette méthode n'est bien sûr pas utilisée, elle sert simplement de comparaison pour évaluer la validité des prévisions météorologiques.

Prévisionniste

Météorologiste spécialisé dans la prévision du temps.

Prévisions météorologiques

Le plus ancien rapport météorologique date de 3 000 ans. Découvert en Chine, il mentionnait sur un coquillage les moments où il avait plu ou bien neigé et la force du vent. Aujourd'hui, les bulletins météo sont quotidiens en dernière page de nos journaux, voire aussi fréquents que les informations télévisées, radiophoniques diffusées en continu au long de la journée. En France, les sources officielles émanent de Météo France qui a ses équivalents dans d'autres pays. Les météorologues communiquent ces informations grâce à un code commun visible sur les cartes synoptiques, transmises par internet. On parlera de "tendances", décrivant l'évolution probable de la situation météorologique sur 5 à 10 jours mais, en réalité, on ne peut prévoir véritablement le temps qu'il fera au-delà de 2 ou 3 jours. C'est à l'issue d'un naufrage, en 1855, que le 1er réseau de stations d'observation météorologique fut créé en France par Urbain le Verrier, mathématicien et astronome. Seulement dix ans après, un réseau de 60 stations météorologiques européennes était déjà mis en place qui devait aboutir à la création de l'Organisation Météorologique Mondiale par l'ONU en 1947. Si au XIXè siècle James Glaisher et son pilote Henri Coxwell, explorant l'atmosphère, ont pu frôler la mort avec leur montgolfière ne dépassant guère les 9 000 mètres d'altitude, aujourd'hui, les scientifiques utilisent aéronefs, radars, radiosondes et satellites en orbite ou bien géostationnaires envoyés dans la "haute atmosphère" pour mesurer le temps qu'il fait, l'humidité et la pression atmosphérique... Il existe des simulateur météorologique fournissant des cyclones modèle : afin d'évaluer la violence d'un cyclone, les scientifiques ont mis au point des modèles informatiques établis grâce aux données recueillies par les radars et les satellites.

Psychomètre

Appareil servant à déterminer l'état hygrométrique de l'air, formé de deux thermomètres, l'un mouillé, l'autre exposé à l'air ambiant.

Prévisions météo dans le monde

Sélectionnez un pays

Météo des plages

Les plages dans le monde

Sélectionnez une plage

 
/ / / Le lexique
Imprimer cette page
Envoyer cette page