/ / / Le lexique
Imprimer cette page
Envoyer cette page

Le lexique

Le lexique

B

 

Ballon sonde

Aérostat utilisé par les stations météorologiques pour les prévisions, rempli d'hydrogène et d'hélium (plus léger que l'air), il peut monter jusqu'à 25 ou 30 km, et grâce à ses instruments de mesure embarqués, relever la température et la composition de l'air, la pression atmosphérique, les taux de gaz polluants. Il permet aussi de suivre les masses d'air en mouvement et de prévoir les orages.

Bandes de nuages d'orages

Amas nuageux qui se forme en spirale au-dessus des mers tropicales, à l'origine de la formation des cyclones (typhons, ouragans) accompagné de très fortes perturbations et de pluies torrentielles. Des vents violents entraînent ces bandes de nuages qui se mettent à tourner lorsqu'elles dérivent de plus de 5° au nord comme au sud, (en vertu de loi de coriolis), créant une zone de perturbation autour d'une zone de basse pression : l'oeil du cyclone aspire l'eau de la mer pour former une gigantesque colonne d'eau. Lorsque le cyclone gagne les côtes, des inondations déclenchent de gigantesques marées, voire des raz- de-marées (appelées aussi marée de tempête ou onde de tempête) mais elles perdent leur force en quittant la mer d'où le cyclone tirait sa source de chaleur et d'humidité.

Bar (millibar)

Unité de mesure de la pression atmosphérique, indiquant le poids de l'atmosphère par unité de surface au-dessus d'un point donné de la terre. 1 bar = 1000 hectopascal = 10 puissance 5 pascal.

Baromètre

Du grec "baros", pesanteur et "metron", mesure. Le baromètre sert à mesurer les variations de la pression atmosphérique en fonction de l'altitude et du changement de temps. Son unité de mesure est le bar ou bien l'hectopascal qui indique le poids de l'atmosphère par unité de surface au-dessus d'un point de la terre. Le baromètre le plus précis est le baromètre à mercure, inventé en 1643 par Torricelli, disciple de Galilée (qui inventa le premier thermomètre) : la pression exercée sur le mercure, renfermé dans un tube sous vide d'air, indique la pression atmosphérique. Plus la pression est grande, plus le mercure monte. Le maximum barométrique correspond à une poussée anticyclonique de forte pression atmosphérique.

Basculement

Parfois utilisé pour désigner le passage de l'axe d'une dorsale (le plus souvent d'Ouest en Est), ou bien son changement d'orientation (pivotement autour du centre des Hautes pressions).

Basses latitudes

Régions les plus proches de l'équateur situées entre les deux tropiques, caractérisées par leur climat très chaud car le soleil y est presque au zénith.

Beaufort (William de)

C'est en Angleterre, au XVIIIe siècle, que l'amiral William de Beaufort établit pour la première fois une échelle de notation du vent allant de zéro à 12 : c'est l'échelle de Beaufort. La force 0 indique en général un temps calme, la force 3, une petite brise, la force 6, un vent frais, la force 8, un coup de vent, la force 10, un avis de tempête telle qu'on en voit dans nos régions, la force 12, un ouragan, visible en général sous les tropiques : le vent peut dépasser alors les 120 km/h !

Bilan radiatif

Evaluation du flux de rayonnement "net", c'est-à-dire de la différence entre le gain d'énergie de rayonnement fourni par l'absorption et la perte de cette même énergie causée par l'émission, compte tenu du rayonnement incident non absorbé.

Biosphère

Ensemble des organismes vivants sur la terre, prenant part au processus qui régit l'environnement terrestre et par conséquent le climat.

Bleu du ciel

Quand la lumière du soleil traverse l'atmosphère, les molécules diffusent les rayons lumineux dans toutes les directions, et davantage les courtes longueurs d'onde (bleues) que les longues (jaunes : diffusion de rayleigh). Donc le bleu, bien diffusé dans toutes les directions sera plus visible donnant au ciel sa couleur, alors que pour voir le jaune, il faudra se concentrer en direction du soleil.

Boréal

Adjectif qui désigne l'hémisphère nord.

Bourrasque

Désigne tout épisode de grand vent impétueux et de courte durée ; ce terme s'emploie en particulier pour caractériser la nature de certains coups de vent en mer.

Brise

Vent périodique de force 3 en moyenne, pouvant aller de 2 à 5 sur l'échelle de Beaufort, dû à un appel d'air entre deux zones de températures diverses. La journée, au bord des côtes du littoral, la terre se réchauffe plus vite que la mer. L'air chaud monte, créant un courant ascendant. Il est alors remplacé par un air plus frais venant de la mer, qu'on appelle la "brise de mer". La nuit, le phénomène s'inverse et donne lieu à la "brise de terre".

Brise de mer

Vent léger provenant de la mer soufflant l'après midi sur les zones côtières, dû à la différence de température entre les terres chaudes et la mer plus fraîche. Phénomène inverse de la "brise de mer.

Brise de terre

Vent léger provenant des terres en direction de la mer, soufflant la nuit, la terre se refroidissant plus vite que la mer. Phénomène inverse de la "brise de terre".

Brise thermique

Vent local généré par une différence de température entre le bas et le haut d'une vallée ou d'une pente, ou bien entre deux régions s'échauffant de manière différente.

Brouillard

Sorte de nuage de gouttelettes d'eau en suspension qui se forme près du sol réduisant la visibilité à moins de 1 kilomètre.

Bruine (ou crachin)

Petite pluie assez uniforme, composée de très fines gouttelettes d'eau, très denses et dont le diamètre est inférieur à 0.5 millimètre.

Brume

Condensation moins épaisse que le brouillard où la visibilité est inférieure à 5 kilomètres. Les "cornes de brume" sont des instruments acoustiques utilisés sur les bateaux pour prévenir les marins de la présence d'un bateau ou d'un récif et qui ont l'avantage de pouvoir être entendues à travers brumes et brouillards, en l'absence de toute visibilité.

Buée

Vapeur d'eau qui, sous l'effet de la condensation, va se déposer sous forme de fines gouttelettes sur une surface (comme des vitres froides par exemple).

Bulletin météo

Le plus ancien rapport météorologique date de 3 000 ans. Découvert en Chine, il mentionnait sur un coquillage les moments où il avait plu ou neigé et quelle était la force du vent. Aujourd'hui, les bulletins météo sont quotidiens, voire aussi fréquents que les informations télévisées ou radiophoniques diffusées en continu et accessibles par Internet quasiment en temps réel. En France, les sources officielles émanent de météo France qui a ses équivalents dans d'autres pays. Les météorologues communiquent ces informations grâce à un code commun visible sur les cartes synoptiques. On parlera de "tendances", décrivant l'évolution probable de la situation météorologique sur 5 à 10 jours mais, en réalité, on ne peut prévoir véritablement le temps qu'il fera au-delà de 2 à 3 jours. C'est à l'issue d'un naufrage, en 1855, que le 1er réseau de stations d'observation météorologique fut créé en France par Urbain le Verrier, mathématicien et astronome. Seulement dix ans après, un réseau de 60 stations météorologiques européennes était déjà mis en place qui devait aboutir à la création de l'organisation météorologique mondiale par l'ONU en 1947.

Bulletin régulier

Texte élaboré et diffusé à heures fixes. En France, les bulletins réguliers de météorologie marine comportent généralement un rappel des avis de vent fort, une description de la situation générale, une prévision dont l'échéance varie selon le type de bulletin et éventuellement des observations de sémaphore. On distingue les bulletins suivants : - bulletin "plage" : du 1er juin au 30 septembre, bulletins de synthèse vocale donnant les conditions de temps, vent, température de l'air et de la mer, état de la mer, en différents points des départements côtiers. - bulletin "funboard" : ce bulletin décrit finement le vent mesuré et son évolution dans les heures à venir pour tous les "spots" du département. - bulletin "surf" : ce bulletin décrit précisément l´état des vagues sur les plages du département. - bulletin "rivage" : bulletin départemental destiné aux usagers du bord de mer et couvrant la bande côtière jusqu'à 2 milles au large, les plages et les éventuels plans d´eau intérieurs du département. Il est rédigé trois fois par jour, plus si les conditions l´exigent, et est diffusé par répondeur téléphonique et Minitel. Il n'est pas diffusé en mer. - bulletin "côte" : bulletin couvrant le long du littoral français (Corse comprise) et s´étendant jusqu'à 20 milles au large. Les bulletins "côte" sont rédigés deux fois par jour et diffusés en mer par VHF. - bulletin "large" : son domaine s'étend de la côte jusqu'à 200 ou 300 milles au large. Il est découpé en zones de prévision portant chacune un nom. Rédigé deux fois par jour, il est diffusé en mer par radio BLU, par Radio France et par système Navtex. - bulletin "grand large" : il couvre l´ensemble des océans. Rédigé une ou deux fois par jour, il est diffusé par le réseau des satellites Inmarsat-C et par Radio France Internationale. Les bulletins "rivage", "côte" et "large" diffusés par téléphone et Minitel comportent une prévision à 7 jours d'échéance assortie d'un indice de confiance variant de 1 à 5, 5 étant le niveau de confiance le plus élevé. Les bulletins "côte", "large" et "grand large" diffusés en mer comportent une prévision détaillée limitée à 24 heures d'échéance et une tendance ultérieure concise, mettant l'accent sur les phénomènes dangereux (menaces de coup de vent).

Prévisions météo dans le monde

Sélectionnez un pays

Météo des plages

Les plages dans le monde

Sélectionnez une plage

 
/ / / Le lexique
Imprimer cette page
Envoyer cette page