/ / / Unité 3 : Interview de Céline Yoda Konkobo
Imprimer cette page
Envoyer cette page

Unité 3 : Interview de Céline Yoda Konkobo

Objectif Diplomatie 2 Les ressources de TV5MONDE

Durée : 6'18''
Chargement du lecteur...

Unité 3 : Interview de Céline Yoda Konkobo

Et si vous me disiez toute la vérité

Denise Époté
Quand on parcourt votre CV, on constate que très tôt vous avez milité au sein de nombreuses ONG qui… en faveur des droits de la femme.  Comment est née cette prise de conscience qu’il fallait se battre pour changer les conditions de vie de la femme ?
Céline Yoda
Merci beaucoup Madame Denise Epoté-Durain. Je voudrais aussi à mon tour dire merci à TV5 pour cette opportunité qui me donne le pouvoir d’échanger avec vous à l’occasion de la Journée internationale de la femme. Oui, pour ce qui me concerne, les gens parlent beaucoup de mon parcours qui semble atypique mais cela est né d’une volonté de participer à la lutte pour l’émancipation de la femme du Burkina-Faso. A cet effet, j’ai beaucoup travaillé avec des ONG, sur le terrain… où j’ai participé à la sensibilisation des femmes, surtout du milieu rural mais aussi à leur formation sur leurs devoirs et surtout sur leurs droits. Beaucoup de sensibilisation et de formation en matière de santé. C’était juste une volonté de contribuer à faire changer les choses pour ce qui concerne les femmes.
Marguerite Douanio
Madame le ministre, vous avez passé un bon bout de temps dans les pays scandinaves en tant qu’ambassadeur. Qu’est-ce que vous retenez de votre expérience dans ces pays nordiques, là ? Est-ce que vous n’avez pas été choquée par l’égalité hommes-femmes qui règne dans ces pays et qu’est-ce qui pourrait être transposé au Burkina ?
Céline Yoda
Choquée ? Non, au contraire, j’ai été fascinée par ce que j’ai vu de cette égalité entre les hommes et les femmes dans les pays scandinaves. A ce niveau, ils sont champions hein, beaucoup d’études l’ont prouvé que ces cinq pays-là, le Danemark, la Norvège, la Suède, la Finlande et l’Islande sont les premiers au niveau du classement.
Denise Époté
On ne parle pas de parité là d’ailleurs, on parle d’ailleurs d’égalité là-bas.
Céline Yoda
On parle d’égalité à ce niveau déjà. Et moi, j’ai été très très impressionnée par ce que j’ai vu. Egalité au niveau de l’accès à l’emploi, au niveau de l’accès à la santé, l’accès à l’éducation, mais aussi au niveau de la participation à la vie politique. Et pour ces pays, on a une moyenne de participation à la vie politique au niveau des Parlements de 41% de femmes. Et au niveau des gouvernements de 47%, avec des pointes pour certains pays comme la Norvège et Finlande. A ce propos, je voudrais indiquer qu’à une période où j’étais à Helsinki, il y avait un cas de figure qui m’a beaucoup impressionnée : la Présidente était femme, le Premier ministre femme, le président du Parlement femme. Ça c’était vraiment impressionnant pour moi. Ce qu’on peut transposer, c’est vraiment souhaiter que… en arriver à ce niveau-là un jour pour les pays africains et pour mon pays surtout… Ce souhait que j’ai et que… J’espère que nous allons y arriver un jour. On va y travailler, toutes les femmes.
Denise Époté
Alors depuis un an, vous êtes ministre de la Promotion de la femme. En 96, soit deux ans après la Conférence internationale de Bedgin, vous avez occupé le poste de secrétaire général de ce tout nouveau ministère… La création de ce département ministériel était-elle liée plus à un effet de mode ou alors à une prise de conscience du gouvernement de l’époque de l’enjeu de la problématique genres ?
Céline Yoda
C’était plus une prise de conscience du gouvernement, une volonté devrais-je dire, du gouvernement de mon pays, pour vraiment mettre l’accent sur la promotion de la femme. C’était,… il vous souviendra.., une recommandation forte de la Conférence internationale des femmes à Bedgin, en 95 et, deux ans après, mon pays a érigé un département propre pour s’occuper spécifiquement des questions de la femme. C’était pas un effet de mode et pour ça,  je peux dire que depuis cette grande décision politique, les choses ont beaucoup bougé pour les femmes du Burkina-Faso.
Denise Époté
Et quelles… quelles sont les premières actions que vous avez menées, que vous avez initiées justement quand vous êtes arrivée au sein de ce département ministériel ?
Céline Yoda
D’abord, comme secrétaire général, j’ai appuyé le ministre titulaire pour des actions… intensifier des actions de formation, d’information, d’élaboration d’une politique de  promotion de la femme, avec un plan d’action de promotion de la femme que nous avons exécuté  jusqu’à mon départ en poste comme ambassadeur.
Marguerite Douanio
Et là, devenue… comme ministre justement… est-ce que vous avez les coudées franches pour accomplir vos missions ?
Céline Yoda
Je peux dire que oui. J’ai constaté qu’il y a eu beaucoup beaucoup d’évolutions positives dans la promotion de la femme au Burkina-Faso, à mon retour. Beaucoup d’acquis et… actuellement, il faut continuer. Faut pas baisser les bras, faut continuer la lutte. Il faut continuer les propositions d’actions en faveur de la femme et c’est dans cette idée-là que nous avons d’ailleurs organisé un grand forum, récemment, en novembre 2008, qui a fait un point sur les acquis et qui a interpelé le gouvernement et les partenaires techniques et financiers et tous les acteurs au développement, les interpeler pour la nécessité d’investir davantage dans les femmes et les filles pour un développement de notre pays.
Marguerite Douanio
Justement, en parlant de ce forum-là, qu’est-ce qui reste de ce forum, qui a vu la participation de  mille déléguées, des femmes venues des 13 régions du Burkina … Qu’est-ce qu’on en retient de ce grand forum ?
Céline Yoda
On retient du forum qu’il y a eu de très fortes recommandations en faveur des femmes dans tous les secteurs de développement, que ce soit au niveau de l’agriculture, au niveau de la santé, au niveau de l’éducation et de l’alphabétisation, au niveau de l’accès des femmes au microcrédit, etc., etc. Et nous avons, à la suite du forum,  mis en place un comité de suivi de la mise en œuvre des recommandations du forum et ce comité est à pied d’œuvre pour interpeler les différents départements ministériels sur leurs devoirs, sur ce qu’ils doivent faire… Nous leur avons demandé, par rapport aux recommandations des femmes, de nous faire, de nous dire ce qu’ils ont prévu dans le très court terme, c’est-à-dire sur l’année 2009, pour les femmes au niveau de leur secteur.
/ / / Unité 3 : Interview de Céline Yoda Konkobo
Imprimer cette page
Envoyer cette page