/ / / / Otto, le gardien de l'art contemporain
Imprimer cette page
Envoyer cette page

Otto, le gardien de l'art contemporain

Otto, le gardien de l'art contemporain

"The death of James Lee Byars" de James Lee Byars

"La mort ne surprend point le sage, il est toujours prêt à partir", La Fontaine

Chargement du lecteur...

James Lee Byars

Né à Detroit en 1932, James Lee Byars s’installe en Europe à partir de 1972 après un séjour au Japon. Son oeuvre, sous forme d’objets et de sculptures, est traversée par l’obsession de la perfection et l’idée de la mort.

Confronté à la question de la fin de vie suite à un cancer diagnostiqué en 1990, Byars en tire une série d’oeuvres et de performances. Ainsi l’installation The Death of James Lee Byars est une reconstitution de l’espace de la galerie Marie-Puck Broothaers à Bruxelles où, en 1994, habillé d’un chapeau et d’un costume lamés or, Byars s’était étendu sur le sol pendant un moment. Après cette performance, cinq diamants ont remplacé son corps en le symbolisant, tel un rappel de l’Homme de Vitruve de Leonard de Vinci.

En 1997, peu de temps avant son décès, il part pour l’Egypte à la recherche d’hypothétiques souffleurs d’or qui l’aideraient à réaliser la sphère parfaite, ayant les dimensions d’un coeur humain.
/ / / / Otto, le gardien de l'art contemporain
Imprimer cette page
Envoyer cette page