TV5MONDE
Imprimer
envoyer à un ami

Accueil

Accueil

A la une

En bref

Contre la guerre, des Sud-Soudanaises appellent à la grève du sexe

24.10.2014Un groupe de Sud-Soudanaises militant pour la paix ont appelé à une grève du sexe pour contraindre les belligérants, dont les deux camps s'entretuent depuis plus de 10 mois dans leur pays, à cesser les combats. Quelque 90 femmes, dont des députées, se sont réunies cette semaine dans la capitale Juba pour mettre sur pied les meilleures idées pour "faire avancer la paix, la reconstruction et la réconciliation". Parmi les principales pistes : "convaincre toutes les femmes du Soudan du Sud de refuser leurs droits conjugaux à leurs maris jusqu'à ce que la paix revienne", ont-elles expliqué dans un communiqué jeudi. D'autres propositions ont émergé, parmi lesquelles rencontrer les femmes du président Salva Kiir et de son ancien vice-président et rival Riek Machar, pour leur demander de faire pression sur leurs maris "pour arrêter la guerre". Le Soudan du Sud est déchiré depuis décembre par un conflit émaillé d'atrocités entre les troupes fidèles au président Kiir et celles loyales à Riek Machar. Début octobre, la responsable de l'ONU en charge de la violence sexuelle dans les conflits armés, Zainab Bangura, avait affirmé n'avoir jamais vu un nombre aussi important de viols qu'au Soudan du Sud depuis le début du conflit. Cette méthode de grève du sexe a été utilisée ailleurs, comme au Togo pour plus de démocratie.

Dominique Bona, huitième femme reçue à l'Académie française

24.10.2014La romancière et biographe Dominique Bona, huitième femme de l'histoire à entrer à l'Académie française, a été reçue solennellement sous la Coupole. "Madame, quel bonheur de prononcer ce mot pour accueillir un nouveau membre sous la Coupole !", s'est félicité l'écrivain et diplomate Jean-Christophe Rufin, chargé de brosser le portait de la nouvelle académicienne, élue le 18 avril 2013. Née le 29 juillet 1953 à Perpignan (sud-ouest de la France) dans une famille catalane, une origine à laquelle elle reste très attachée, cette agrégée de lettres modernes a été récompensée par de nombreux prix littéraires. Marguerite Yourcenar, disparue en 1987, a été la première femme élue à l'Académie française le 6 mai 1980, suivie en 1988 par l'helléniste Jacqueline de Romilly, décédée en 2010. Avec l'arrivée de Dominique Bona, six femmes y siègent désormais: Hélène Carrère d'Encausse, élue en 1990 et secrétaire perpétuel de l'Académie, Florence Delay, élue en 2000, Assia Djebar en 2005, Simone Veil en 2008 et Danièle Sallenave en 2011. L'Académie fondée en 1635 par Richelieu avec pour mission la défense de la langue française et la composition d'un dictionnaire de référence, compte 40 membres.

Chirurgie or not chirurgie ? Polémique à propos du visage de Renée Zellweger

23.10.2014L'actrice américaine Renée Zellweger, star du film "Bridget Jones", s'est dite "heureuse" et "en forme", en réaction au flot de commentaires narquois et parfois inquiets ayant inondé la toile à la suite de photos où elle est méconnaissable. L'actrice de 45 ans, lauréate d'un oscar du meilleur second rôle pour "Retour à Cold Mountain" (2003) et dont le premier film en cinq ans va sortir l'an prochain ("The whole truth") a dit au magazine People qu'elle était "heureuse de voir que les gens pensent qu'(elle) semble différente". "Je vis une vie différente, heureuse, je me sens plus accomplie et je suis ravie que peut-être cela se voit", a-t-elle affirmé, après le "buzz" suscité par son apparition à une soirée récompensant "les femmes à Hollywood" et organisée par l'édition américaine du magazine Elle à Los Angeles lundi. Elle a jugé "idiote" toute la polémique autour de son visage, affirmant y répondre car "il semble qu'il y ait des gens qui aillent chercher une vérité peu glorieuse qui n'existe pas". De nombreux commentaires dans la presse anglophone expliquaient le changement de visage de l'actrice, l'une des plus grandes stars de la fin des années 90 et du début des années 2000, par des opérations de chirurgie esthétique poussées.

Des Saoudiennes emprisonnées pour avoir préparé leurs enfants au jihad

23.10.2014La justice saoudienne a condamné à des peines de 6 à 10 ans de prison quatre femmes, accusées d'avoir soutenu Al-Qaïda et préparé leurs enfants au jihad. Les quatre femmes, jugées mercredi par un tribunal de Ryad spécialisé dans les affaires de terrorisme, ont été reconnues coupables notamment d'avoir "préparé certains de leurs enfants à la guerre dans des zones de conflit, croyant que cela est un devoir en islam". Elles étaient également poursuivies pour "soutien à Al-Qaïda", "entrainement au maniement des armes", "accession à des sites bloqués sur internet" et "téléchargement de documents audio-visuels traitant des techniques de combat". La peine de prison de trois d'entre elles est assortie d'une interdiction de sortie du royaume. Le grand mufti d'Arabie saoudite, Abdel Aziz Al-Cheikh, qui a qualifié les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) d'"ennemi numéro un de l'islam", a exhorté en août les jeunes musulmans à ne pas répondre aux "appels au jihad" lancés par des "ignorants" et des "pervertis". Le roi Abdallah d'Arabie saoudite a publié en mars un décret prévoyant jusqu'à 20 ans de prison pour participation à des combats à l'étranger et appartenance à des "groupes terroristes". Des centaines de jeunes Saoudiens sont partis se battre en Syrie aux côtés des jihadistes contre le régime de Bachar al-Assad.

Un pédophile australien condamné grâce à Sweetie, fillette philippine virtuelle

23.10.2014Un Australien de 38 ans, piégé comme des milliers d'autres pédophiles par une fillette philippine virtuelle créée sur internet par une ONG, a été condamné à une peine de prison, une première résultant de cette opération inédite. Il a été reconnu coupable par un tribunal de Brisbane pour avoir utilisé un fournisseur de services aux fins de communiquer de manière indécente avec un mineur de moins de 16 ans. Récidiviste, il a également été condamné pour violation des conditions de son contrôle judiciaire ainsi que pour pour possession de matériel à caractère pédophile. L'homme a déjà effectué 260 jours de détention provisoire et ne retournera pas en prison. La branche néerlandaise de l'ONG Terre des Hommes avait annoncé en novembre 2013 avoir généré par ordinateur cette fillette de 10 ans, dans le but d'attirer des pédophiles du monde entier prêts à payer pour voir par webcam interposée une enfant se livrer à des actes sexuels. Pendant 10 semaines, "Sweetie" avait été contactée par plus de 20.000 prédateurs de 71 pays. Un millier d'entre eux avaient été identifiés par Terre des Hommes et leur identité avait été transmise aux autorités compétentes. Plusieurs ont été arrêtés, dont certains en Pologne, aux Etats-Unis et en Australie.

Côte d'Ivoire : réquisitoire ferme contre un père qui avait forcé sa fillette au mariage

23.10.2014Un de prison ferme a été requis le 22 octobre contre un père coupable d'avoir marié sa fille de 11 ans, dans le premier procès du genre en Côte d'Ivoire, où les mariages précoces sont pourtant fréquents. "C'est un signal fort que nous voulons envoyer. Il faut encourager les gens à dénoncer ce genre de pratiques. Chaque fois que nous serons informés, nous irons jusqu'au bout", a déclaré Rosine Koné, la substitut du procureur du tribunal de Bouaké (centre). La décision du tribunal sera rendue le 30 octobre. Quelque 360.000 francs CFA (550 euros) d'amende ont également été requis. Poursuivi pour "union précoce et forcée", l'accusé, un tailleur de 37 ans, a expliqué ignorer que le mariage de sa fille à l'un de ses cousins, de 16 ans son aîné, était interdit par la loi. Ce procès pour mariage précoce est le premier à se tenir en Côte d'Ivoire, où 12% des filles sont mariées avant leur 15 ans et 36% avant l'âge de 18 ans, d'après un rapport de l'Unicef à paraître prochainement. Le père a été arrêté grâce à un signalement du directeur de l'école que fréquentait la fillette à une ONG, Jakawili ("Solidarité" en langue malinké), qui a ensuite averti la police. Les mariages précoces, outre la déscolarisation systématique qu'ils engendrent pour la jeune épouse, provoquent notamment des grossesses précoces, des grossesses à répétition ainsi qu'une hausse de la mortalité maternelle.

Oscar Pistorius condamné à 5 ans de prison pour la mort de Reeva Steenkamp

21.10.2014Le champion paralympique Oscar Pistorius a été condamné mardi 21 octobre 2014 à cinq ans de prison ferme pour avoir tué sa petite amie Reeva Steenkamp en 2013, et a été conduit immédiatement en prison à la fin de l'audience, à l'issue d'un retentissant procès de presque huit mois. L'accusé "est condamné à une peine maximum de cinq ans de prison", a déclaré la juge, qui en septembre avait reconnu l'ancien champion coupable d'homicide involontaire pour avoir tué son amie de quatre balles, en pleine nuit de la Saint-Valentin 2013. Pistorius a été conduit dès la fin de l'audience dans une cellule du palais de justice, d'où il devait être transféré directement en prison. La famille de la victime s'est déclarée satisfaite de cette sentence. La magistrate est arrivée à sa conclusion après avoir pris en compte tous les éléments, la gravité de la faute, mais également la personnalité et le handicap de l'accusé. "Une peine non carcérale enverrait un mauvais message à la société, mais par ailleurs, une longue peine d'incarcération ne serait pas appropriée non plus", a-t-elle dit dans ses attendus. Bien qu'elle ait considéré, dans son verdict, que l'accusation n'avait pas réussi à prouver l'intention homicide, elle a considéré la gravité des faits: "Il savait que les toilettes étaient un espace réduit et qu'il n'y avait aucun moyen de s'échapper pour la personne derrière la porte", a-t-elle dit. Pistorius avait tiré quatre fois à hauteur d'homme à travers la porte fermée de ses toilettes, et a toujours affirmé qu'il croyait tirer sur un cambrioleur introduit en pleine nuit dans sa maison. La juge a clairement rejeté les arguments de la défense sur la vulnérabilité de l'accusé, et sur l'impossibilité d'emprisonner un homme amputé des deux jambes. Ce procès était devenu emblématique de la violence contre les femmes et de l'histoire raciale en Afrique du Sud.

Une "kamikaze" kurde donne son nom à un camp de réfugiés syriens en Turquie

20.10.2014La municipalité de la ville turque de Suruc, dirigée par le principal parti kurde de Turquie, a ouvert un nouveau camp pour accueillir les réfugiés syriens qui porte le nom d'une combattante kurde qui s'est fait exploser pendant la bataille de Kobané. Âgée d'une vingtaine d'années, "Arin Mirxan", de son vrai nom Dilar Gencxemis, s'est donnée la mort le 5 octobre 2014 en provoquant la mort de "dizaines" de militants du groupe Etat islamique, selon les Unités de protection du peuple (YPG), la branche armée du principal parti politique kurde de Syrie. "Arin a sacrifié sa vie pour son peuple et montré ce que la force d'une femme peut faire. Son nom devait être honoré", a déclaré Cihat Inco, le coordinateur du camp. "Arin était plus courageuse que nous. Personne d'autre n'aurait pu faire ce qu'elle a fait", a renchéri Fawaz Abdo, un réfugié de 55 ans, "elle a versé son sang pour nous, cela ne peut pas être compensé". Si elle constitue une première dans le conflit syrien, l'utilisation de kamikazes par les mouvements kurdes n'est pas une nouveauté. Dans les années 1990, le mouvement rebelle kurde du PKK s'est signalé par de nombreux attentats suicide visant les forces armées d'Ankara, et les femmes y prennent leur part depuis longtemps aussi. Quant aux femmes, dès le début du conflit avec le groupe Etat islamique, en cet été 2014, elles se sont engagées dans les rangs des peshmergas

Lentement mais sûrement, les femmes augmentent dans le Who's who français

20.10.2014Elles étaient à peine 2% dans la première édition du Who's Who en 1953, le dictionnaire biographique français inspiré de l'édition britannique née un siècle plus tôt. Aujourd'hui les femmes présidentes de sociétés, politiciennes, militaires ou artistes sont chaque année plus nombreuses à rejoindre l'annuaire de l'élite. La 61e édition de la "bible rouge" qui recense 22.000 personnalités, dont 21 % de femmes, du monde des affaires, de la politique, de la haute fonction publique, des armées, des arts, des médias et de la recherche, témoigne de la progression constante de la gente féminine au sein de l'élite: 23 % des 1.000 impétrants sont des femmes. La présidente de l'Agence nationale pour la cohésion sociale et l'égalité des chances Naïma Charaï, le maître d'art Nelly Gable (graveur en poinçons typographiques), le nez des parfums Givaudan Daniela Andrier, les journalistes Marina Carrère d'Encausse et Adelaïde de Clermont-Tonnerre, la directrice d'i-Télé Cécilia Ragueneau, la professeure à l'Ecole polytechnique Anna Creti et la Conservatrice générale du Patrimoine par ailleurs directrice du département des sculptures au Musée du Louvre Sophie Jugie, font notamment leur entrée au Who's Who. Outil de référence, le dictionnaire biographique réputé pour ses notices vérifiées, a choisi de donner l'exemple : la direction générale de ce "navire amiral" des éditions Lafitte Hébrard a été confiée tout récemment à Manuela d'Halloy, longtemps cadre supérieure d'un grand groupe. 

Réparations pour les femmes roms tchèques illégalement stérilisées

20.10.2014Le gouvernement tchèque a l'intention de verser des dommages à des femmes illégalement stérilisées, en majorité des Roms. Cet engagement figure dans la réponse de Prague aux critiques de la Commission des droits de l'Homme de l'ONU. Il doit se traduire par un projet de loi que le conseil des ministres doit examiner lundi et qui devrait être voté l'année prochaine. Des cas de stérilisation forcée ont été dénoncés en 2004 par le Centre européen des droits des Roms et le Conseil tchèque des droits de l'Homme a recommandé en 2007 qu'on verse des compensations aux victimes.  Le gouvernement tchèque "ne se sent pas responsable" du fait que certaines personnes stérilisées illégalement ne se soient pas adressées à un tribunal pour obtenir réparation, mais il a décidé d'introduire une compensation générale, indique CTK. Selon un rapport préparé à l'intention du gouvernement, la compensation pourrait se situer entre 11.000 et 15.000 euros et concerner jusqu'à un millier de femmes. Un cas de stérilisation d'une femme rom survenu en 2000 en Slovaquie avait conduit en novembre 2011 la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) à condamner l'Etat slovaque à lui verser 31.000 euros pour dommage moral. La requérante avait affirmé avoir signé le consentement sans comprendre le terme "stérilisation". En Roumanie, une enquête a été ouverte en janvier 2013 après l'appel d'un groupuscule extrémiste en faveur de la stérilisation des femmes roms.

Aimer l'opéra ou se voiler il faut choisir : une émiratie intégralement voilée, invitée à quitter l'Opéra Bastille

20.10.2014En France, les incidents autour du voile intégrale se succèdent à un rythme soutenu. Le dernier en date rapporté s'est déroulé à l'Opéra de Paris où une spectatrice au visage voilé a été invitée à quitter les lieux en pleine représentation, début octobre, et cet incident a poussé le ministère de la Culture à préparer une note de consigne. L'incident - une première - s'est produit le 3 octobre à l'Opéra Bastille. La représentation de "La Traviata" avait débuté lorsque le visage voilé de la spectatrice, assise au premier rang, a été repéré par les écrans de contrôle, ainsi que par des choristes. Assise juste derrière le chef d'orchestre, la femme, au cou et cheveux couverts, avait un voile clair lui couvrant aussi la bouche et le nez. La loi de 2011 stipule que "nul ne peut, dans l'espace public, porter une tenue destinée à dissimuler son visage", sous peine de 150 euros d'amende et/ou d'un stage de citoyenneté.. "Certains choristes ont indiqué qu'ils ne voulaient pas chanter" si une solution n'était pas trouvée. Lors d'une pause musicale, un contrôleur est allé voir la spectatrice et son compagnon - des touristes du Golfe. Le contrôleur "lui a dit qu'il y avait en France une interdiction de cette nature, lui a demandé soit de découvrir son visage, soit de quitter la salle. Le monsieur a demandé à la dame de se lever, ils sont sortis. Cela a duré peu de temps, ça s'est passé de manière fluide, il n'y a eu aucun incident", a précisé le directeur adjoint de l'Opéra, Jean-Philippe Thiellay. Le ministère de la Culture a indiqué de son côté qu'une note était en cours de rédaction afin de rappeler la consigne à suivre aux théâtres, musées et autres établissements publics sous sa tutelle. Voilà quelques jours, c'est l'eurodéputée conservatrice Nadine Morano qui avait demandé à une voyageuse de la gare du Nord de se dévoiler.

En France l'enseignant est le plus souvent une femme de moins de 35 ans

16.10.2014Un enseignant français sur quatre (23%) a moins de 35 ans, et c'est le plus souvent une femme, selon une enquête de la Mutuelle générale de l'Education nationale (MGEN) publiée le 16 octobre. La profession s'est fortement féminisée. Deux tiers (67%) des professeurs sont des femmes, proportion qui monte à 82% chez les enseignants de moins de 35 ans, selon l'enquête intitulée "Le Monde des enseignants a changé" réalisée via Internet en mars-avril 2014 par Sociovision. Quatre sur dix ont un ou plusieurs enfants  de moins de 15 ans à charge. Les enseignants sont moins touchés (23%) par le sentiment de perte de sens qui concerne près d'un tiers (32%) des Français parce qu'ils aiment leur métier et s'y impliquent profondément. Près d'un enseignant sur deux (47%) considère que le travail est un moyen de "s'épanouir et de développer sa personnalité". C'est le cas de 31% des fonctionnaires et de seulement 28% de l'ensemble des salariés. Logiquement, "l'amour du métier" reste de loin la première motivation pour près de la moitié  des enseignants (48%) qui ont "toujours été passionnés par l'enseignement, la pédagogie". Ils sont aussi nombreux à avoir voulu travailler avec des enfants et des adolescents, à exercer un métier "vraiment utile à la société", et à avoir envie d'avoir un "emploi plus stable". L'enquête a été menée auprès d'un échantillon représentatif de 1.409 enseignants en activité.

Blasphème : peine de mort confirmée pour la chrétienne pakistanaise Asia Bibi

16.10.2014Un tribunal pakistanais a rejeté jeudi 16 octobre l'appel de la chrétienne Asia Bibi , condamnée il y a quatre ans à la peine de mort en vertu d'une loi controversée sur le blasphème. Asia Bibi, mère de cinq enfants, avait été condamnée à mort pour blasphème en novembre 2010 après avoir été accusée d'avoir insulté le prophète Mahomet par des femmes musulmanes de son village avec lesquelles elle s'était disputée.  Dans une affaire rappelant le système des castes, ces dernières avaient refusé de boire de l'eau dans un verre qu'Asia Bibi venait d'utiliser, jugeant cette eau impure car la chrétienne y avait bu avant elles. Quelques jours plus tard, ces femmes avaient fait état de l'affaire à un imam local qui avait porté plainte pour blasphème contre la jeune femme. Or la loi pakistanaise sur le blasphème, accusée par les libéraux d'être instrumentalisée pour régler des conflits personnels mais défendue bec et ongles par les islamistes, prévoit la peine de mort pour les personnes dénigrant Mahomet. Les avocats d'Asia Bibi avaient interjeté appel de la condamnation à mort, mais "deux juges de la Haute cour de Lahore (est) ont rejeté l'appel". Les avocats de la jeune femme saisiront la Cour suprême… Si de nombreuses personnes ont été condamnées à mort pour blasphème au Pakistan, la peine capitale n'a pas été exécutée depuis 2008, à l'exception d'un soldat condamné en cour martiale, le pays respectant un moratoire sur la peine de mort. Mais des personnalités politiques ayant plaidé en faveur d'une réforme de la loi sur le blasphème, dont le gouverneur du Penjab Salman Taseer et le ministre des minorités Shahbaz Bhatti, ont, elles, été assassinées par des extrémistes.

Marie Dubois, clap de fin

16.10.2014L'actrice Marie Dubois, est décédée mercredi 15 octobre 2014 à l'âge de 77 ans. Elle avait été l'une des interprètes de la Nouvelle Vague, en particulier de François Truffaut qui la révéla. La belle jeune femme blonde aux yeux bleus avait été révélée par le cinéaste mort voilà 30 ans, comme serveuse de bar dans "Tirez sur le pianiste" (1959). C'est lui qui lui fera prendre le pseudonyme de Marie Dubois, titre d'un roman de Jacques Audiberti paru en 1952 dont elle aimait l'héroïne. Souffrant depuis sa jeunesse de sclérose en plaques, elle est morte dans une maison de retraite de la banlieue de Pau où elle vivait depuis 2010. Née Claudine Lucie Pauline Huzé le 12 janvier 1937 à Paris, Marie Dubois avait débuté au théâtre après le Conservatoire. Dès cette époque, elle subit les premières atteintes d'une sclérose en plaques qui devait la confiner dans un fauteuil roulant à la fin de sa vie. Après ses débuts au théâtre, elle s'était fait remarquer à la télévision, notamment dans "Les cinq dernières minutes" (1959), puis au cinéma avec Eric Rohmer dans "Le signe du lion" (1959). L'actrice retrouvera François Truffaut deux ans plus tard dans "Jules et Jim". Malgré sa beauté pure et lumineuse, Marie Dubois refuse d'incarner les ingénues et joue des rôles souvent difficiles avec des cinéastes tels que Jean-Luc Godard ("Une femme est une femme"), René Clair ("Les fêtes galantes"), Louis Malle ("Le voleur"), Claude Sautet ("Vincent, François, Paul et les autres", "Garçon !"), Luchino Visconti ("L'innocent") ou Alain Corneau ("La menace"), qui lui vaut le César du meilleur second rôle en 1977, Claude Chabrol ("Rien ne va plus"). En 2001, elle s'engageait publiquement dans la lutte contre la sclérose en plaques, en témoignant dans un film réalisé par Alain Corneau.

Le prix Anna Politkovskaïa décerné à une députée yazidie d'Irak

15.10.2014La députée irakienne Vian Dakhil qui a dénoncé avec force les exactions commises par l'organisation Etat islamique contre les femmes yazidies en Irak a reçu lundi le prix Anna Politkovskaïa. Il s'agit de la huitième édition du prix Anna Politkovskaïa, journaliste d'investigation russe tuée le 7 octobre 2006 à Moscou, qui est remis à Londres par l'organisation "RAW in WAR" pour récompenser les femmes défendant les droits des victimes dans les zones de conflit. "RAW in WAR honore le courage de Vian Dakhil, membre yazidie du Parlement irakien pour son expression courageuse et son combat inlassable destinés à protéger le peuple yazidi contre la terreur de l'État islamique", indique l'organisation. Le 5 août 2014, Vian Dakhil, la seule députée yazidie du Parlement irakien, cette communauté kurdophone qui comme les chrétiens d'Irak est aujourd'hui sous le joug des extrémistes sunnites de l'État islamique en Irak avait éclaté en sanglots en évoquant le sort de sa communauté et des autres minorités en Irak, et particulièrement des femmes vendues en esclaves dans les régions occupées par l'État islamique. L'année dernière l'ONG avait attribué son prix à Malala Yousafzai.

Anita Sarkeesian, féministe et spécialiste des jeux vidéo, sous la menace des masculinistes

15.10.2014Anita Sarkeesian, influente vidéoblogueuse spécialiste de la représentation des femmes dans les jeux vidéo, a annulé la tenue d'une conférence ce mercredi à l'université de l'Utah après une menace de tuerie. « Les féministes ont gâché ma vie et j'aurai ma revanche, pour moi et pour ceux qu'elles ont lésés », a écrit un étudiant dans un courrier électronique adressé à plusieurs responsables du campus, rendu public par the Standard Examiner et promettant « la plus grande tuerie dans une école de l'histoire américaine. Nous vivons dans une nation de trouillards émasculés trop effrayés pour mettre au défi les viles harpies féministes qui cherchent à nous détruire. Le féminisme s'est emparé de chaque aspect de notre société, et les femmes comme Sarkeesian veulent nous punir de ne serait-ce qu'avoir l'idée d'être des hommes. C'est pourquoi j'ai choisi de la viser elle. » Si les e-mails de menace ont été unanimement condamnés par la communauté et les messages de soutien à Anita Sarkeesian extrêmement nombreux, celle-ci a également été critiquée par certains pour sa lecture de l'événement. Elle affirme que l'étudiant se revendique du mouvement en ligne GamerGate, et que les féministes accusent de misogynie. Mais plusieurs internautes ne voient pas de référence au Gamergate dans le courriel de menace.

Anne Hidalgo et Melinda Gates lancent un "appel de Paris" contre la mortalité des femmes et des enfants

15.10.2014La maire de Paris, Anne Hidalgo, et Melinda Gates, co-présidente de la Fondation Bill & Melinda Gates, ont lancé un "appel de Paris pour la santé des femmes et des enfants dans le monde" et faire de la lutte contre la mortalité maternelle et infantile à travers le monde une priorité, en présence de personnalités féminines du monde politique, académique et de la société civile (telles Irina Bokova, directrice générale de l'UNESCO, Pascale Boistard, Secrétaire d'État chargée des droits des femmes, ou Stéphanie Rivoal, présidente d'Action contre la Faim). "Nous ne pouvons plus laisser des femmes perdre la vie en la donnant. Nous ne pouvons accepter que de jeunes enfants meurent de maladies que nous savons soigner", a déclaré Anne Hidalgo. "Nous devons tout mettre en oeuvre pour améliorer l'accès aux interventions dont nous connaissons l'efficacité, notamment la vaccination ou l'accès à la contraception. Et nous devons consacrer des investissements plus conséquents à l'aide au développement et à la recherche". Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), 800 femmes meurent chaque jour en raison de complications rencontrées au cours de leur grossesse ou de leur accouchement, principalement dans les pays en développement. Et selon l'Unicef, 17.000 enfants meurent chaque jour avant d'avoir atteint l'âge de 5 ans, alors que dans 8 cas sur 10, ces décès auraient facilement pu être évités.

L'eurodéputée Nadine Morano toutes voiles dehors

15.10.2014Elle ne portait pas une burqa mais un niqab, voile intégral qui laisse seulement les yeux apparents, et qui est quand même proscrit pas la loi en France. Descendue du train gare de l'Est à Paris de retour du Parlement européen de Strasbourg, l'eurodéputée UMP Nadine Morano s'est précipitée sur la contrevenante pour lui rappeler l'interdiction. Sur son compte Twitter elle note aussitôt que le "mépris total" de cette femme en infraction. Aussitôt le réseau social s'enflamme. "Je descends du train gare de l'Est, et je vois arriver vers moi un personnage, une silhouette - on ne sait pas qui est en dessous -, portant un niqab noir, intégralement voilée, avec deux rectangles pour les yeux", a ensuite précisé cette sarkozyste historique. "C'est de la provocation, ils savent bien que c'est interdit !", s'est-elle offusquée. "La personne a continué sa route dans le mépris le plus total. Elle est partie, quasiment en bousculant les gens. On ne voyait qu'elle. Elle tirait une valise à roulette. J'ai signalé au poste de police sa présence, car on ne sait pas qui est dessous et notre vigilance doit être sans faille" comme en écho aux élus les plus rigoureux d'Australie ces derniers temps. "Nous avons fait adopter une loi, elle doit être respectée. Or une suspicion est permise dès lors qu'on circule dissimulé (...) On peut se poser des questions avec les décapitations qu'on a vues avec Hervé Gourdel, les appels au jihad de jeunes qui quittent la France, l'embrigadement, etc". Pour Mme Morano, "à un moment, il faudra renforcer les sanctions. De mémoire, il y avait un stage de citoyenneté, de respect de la loi, qui était prévu. Est-ce qu'il est appliqué ?" D'après elle, "la personne devrait être interdite de repartir du commissariat avec le voile sur la tête et suivre un stage de citoyenneté".
  • precedente
  • une
  • une
  • une
  • une
  • une
  • une
  • suivante

A retrouver

Ressources

Quand la télé parle des femmes...

quiz

Recherche

Rejoignez la communauté !

 
TV5MONDE+ DOCUMENTAIRE

Les Terriens et Terriennes nous ont écrit

Ecrivez-nous !

Adressez nous vos messages d'encouragements, suggestions  ou critiques...
Imprimer
envoyer à un ami

(re)voir TV5MONDE

tv5mondeplus

WEBTV

tv5mondeplusafrique tivi5mondeplus

VOD

cinema.tv5monde documentaire.tv5monde

Rechercher