/ / / Tournoi de Roland Garros 2011 - 29 mai
Imprimer cette page
Envoyer cette page

Tournoi de Roland Garros 2011 - 29 mai

Tournoi de Roland Garros 2011 - 29 mai

Dimanche 29 mai

JEU SET ET STRASS : Sébastien Rouault se met la pression !

Il ne se sent pas dans son élément. Lui c’est l’eau, pas la terre battue. Sébastien Rouault n’a jamais joué au tennis. Il va tenter un service pour nous faire plaisir. Le double champion d’Europe du 800 et du 15OOm nage libre est sous pression.



Il souffle, agite les bras, respire comme s’il était au bord du bassin. Le jeune français arrive de Mulhouse, une ville de l’est de la France. Maintenant qu’il s’est fait un nom dans la natation, on l’invite sur le Central de Roland Garros. Il nous raconte qu’il connaît bien John Isner, l’Américain qui a marqué l’histoire de Wimbledon. Service à suivre.


BALLE AU BOND : Dans l'assiette des joueurs

Le restaurant est à l'abri des regards, caché sous le court central. Il est réservé aux joueurs et à leur entourage. Dans les cuisines, on s'active du matin au soir. On sert ici plus de 1000 couverts par jour.
Il paraît que les champions sont gourmands. Entrée, plat , dessert!
L'entrée. Elle est bien gardée. C'est là que les fans se précipitent souvent, ils espèrent voir un joueur et leur arracher un autographe.
Pour passer, il faut présenter un carton spécial. Les gardes du corps vous ouvrent alors le passage, l'oeil toujours méfiant.
On arrive sur la terrasse en bois. Ce jour-là, c'est assez calme. Les matchs ont commencé. On m'attend aux rayon salades. Je repère des rangées de verrines toutes en couleurs. Des tomates, des carottes et des betteraves. Laurent Hetet est le directeur adjoint de l'Affiche, le groupe qui gère les restaurants de Roland Garros. Il m'apprend que les entrées froides sont changées toutes les demi-heures, on ne prend pas de risque avec la santé des joueurs, on ne voudrait qu'ils fassent une indigestion.

200 kg de bananes par jour

Les plats. Et bien, ici, ils mettent les petits dans les grands. David Hemme, le chef, me donne sa recette. « Il faut que ce soit simple et beau « . D'habitude, il cuisine pour les restaurants d'entreprise. Il vient ici depuis trois ans. « Roland Garros, ça ne se refuse pas « . Il prépare un menu différent chaque jour. Tout a été élaboré avec des diététiciens, les calories sont affichées au dessus des plats.
Sous les cloches argentées, il y en a pour tous les goûts. Des pâtes bien sûr, des fraîches et des sèches. Il en faudra bien 12 tonnes à la quinzaine. Pendant le tournoi, elles seront prêts de l'aube à la nuit. Tiens, tiens, il y a aussi des frites. « Les joueurs sont grands. Ils savent très bien ce qui est bon
pour eux ».
On descend dans la chambre froide. « Les produits sont du jour, ils sont livrés tous les matins ». On s'inquiète ici du bien-être des joueurs mais aussi de celui de la planète. On ne sert que des légumes de saison, et aucun poisson en voie d'extinction, comme la raie.
Parfois, il faut aussi satisfaire des commandes spéciales. De l'oignon cru pour l'une, l'eau de cuisson du riz pour l'autre...



Le dessert. Je me rapproche d'une tarte au chocolat et d'un tiramisu. Le pâtissier maison crée deux gâteaux par jour. David m'avoue que « les joueurs sont gourmands ». Il faut au moins 200 kg de bananes par jour.
Fin du repas. En repartant, je croise Robin Soderling, attablé devant un hamburger-petits pois-ratatouille. Le suédois au physique de gentleman engouffre des morceaux plus gros que sa bouche. Le coude sous la table, la tête dans l'assiette, il aurait bien besoin d'une leçon de savoir-vivre. Heureusement que son coup droit est plus raffiné que son coup de fourchette.

Quiz

  • precedente
  • suivante
/ / / Tournoi de Roland Garros 2011 - 29 mai
Imprimer cette page
Envoyer cette page