/ / / / Majd Mastoura, Anissa Daoud, Mohamed Challouf, Kaouther Ben Hania, JCC2016
Imprimer
envoyer à un ami

Majd Mastoura, Anissa Daoud, Mohamed Challouf, Kaouther Ben Hania, JCC2016

Maghreb-Orient Express

Emission du
Dimanche 6 Novembre 2016

Majd Mastoura, Anissa Daoud, Mohamed Challouf, Kaouther Ben Hania, JCC2016

Émission sous-titrée en arabe

Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.

Au sommaire

Le cinéma tunisien connaît un véritable renouveau depuis la révolution. Toute une nouvelle génération raconte l'avant et l'après 2011. Le succès est au rendez-vous en Tunisie et à l'étranger. Les films s'exportent bien et remportent des prix prestigieux comme à Berlin, Venise, Toronto et Namur. A l'occasion du 50e anniversaire des JCC, premier festival de cinéma en Afrique et dans le monde arabe, Mohamed Kaci va voir de plus près la "movida" tunisienne en compagnie de celles et ceux qui l'incarnent dans la fiction, le documentaire ainsi que le court métrage.

Les invités :

- Majd Mastoura, acteur dans le film "Hedi” de Mohamed Ben Attia. Ours d’Or du Meilleur Acteur et Prix de la Meilleure Première Oeuvre à la Berlinale 2016. Notamment produit par les frères Dardenne, "Hedi" est le portrait d’un "monsieur-tout-le-monde” qui rêve d’une autre vie que la sienne, une métaphore, aussi d’une Tunisie sur laquelle a soufflé un vent de liberté et qui comme son personnage ne sait pas toujours quoi en faire. "Hedi" sera également projeté le 6 novembre à l'occasion du Festival du Film franco arabe de Noisy-Le-Sec, près de Paris, 5e parrainée par le réalisateur Costa-Gavras.

- Anissa Daoud, actrice et productrice du film "Demain dès l’aube” de Lotfi Achour dans la compétition officielle long-métrage. Le film raconte les destins croisés de trois jeunes dans une Tunisie post-révolution qui oscille entre espoirs et déceptions.

- Mohamed Challouf, réalisateur du film "A l’ombre du baobab” (Grand prix de Djerba Doc Days 2016) et responsable du 50e anniversaire des JCC. Le film retrace le portrait de Tahar Chériaa, père incontestable du panafricanisme cinématographique et fondateur des JCC en 1966. C’est aussi l’histoire de son amitié avec les pionniers du cinéma en Afrique, qui au lendemain des indépendances ont déployé toute leur énergie pour créer les premières images authentiques de l’Afrique post-coloniale.

- Kaouther Ben Hania réalisatrice du film "Zaineb n’aime pas la neige”, dans la compétition officielle long-métrage. En 2009, Zaineb a neuf ans et vit avec sa mère à Tunis depuis que son père est décédé accidentellement, jusqu'au jour où sa mère souhaite refaire sa vie au Canada.
Retrouvez-nous aussi au quotidien sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, YouTube).

Archives

/ / / / Majd Mastoura, Anissa Daoud, Mohamed Challouf, Kaouther Ben Hania, JCC2016
Imprimer
envoyer à un ami