menu.title
TOUTES NOS RUBRIQUES
Imprimer
envoyer à un ami

Bruno Cautrès

Le Bar de l'Europe

Emission du
Dimanche 14 Juin 2015

Bruno Cautrès

Bruno Cautrès est chercheur au CEVIPOF, le centre de recherches de Sciences Po à Paris. Il vient de publier "Les Européens aiment-ils (toujours) l'Europe ?" La réponse est peut-être dans la question...

MENU DE LA SEMAINE

Zoom:MENU DE LA SEMAINE
Au menu cette semaine, une pomme d'amour…


L'Europe en aurait bien besoin, si l'on croit le titre du dernier livre de notre invité, Les Européens aiment-ils (toujours) l'Europe ? On devine presque la réponse...

LA QUESTION SURPRISE

Zoom:LA QUESTION SURPRISE
Notre invité a tiré une boule rose et est tombé sur la question suivante :

« Les Républicains », c’est plus sexy que « l’UMP » ?

Voici d'autres questions iconoclastes auxquelles il a échappé :
- Le vote obligatoire : une bonne ou une mauvaise idée ?
- Qui sera le prochain président français en 2017 : Marine Le Pen, François Hollande ou Nicolas Sarkozy ?

BREVES DE COMPTOIR

"Quel est le rôle de l'Europe aujourd'hui par rapport, en particulier, aux gouvernements nationaux ? Les Européens leur demandent beaucoup dans cette période de crise. À quoi ça sert, l'Europe, dans tout cela ? Est-ce qu'elle va ajouter de l'emploi, créer de la croissance, à quoi sert-elle en fait ?"

"Le projet politique européen, dans ses grandes dimensions - l'Europe de la paix, l'Europe de la prospérité -, les Européens continuent d'y croire et d'y être fondamentalement attachés."

"La grande question, depuis en particulier les référendums de 2005, ce n'est plus tellement est-ce qu'on est pour, ou contre, l'Europe. Mais : l'Europe au profit de qui, l'Europe pour quoi, l'Europe en faveur de quoi ?"

Pour aller plus loin...

Zoom:Pour aller plus loin...
Ada Colau, future maire de Barcelone (cc/Wikipedia/Fernanda LeMarie)
14.06.2015
Entre deux questions, Paul Germain montre à notre invité des images d'Ada Colau. Cette militante anti-expulsions immobilières de 41 ans, issue du mouvement Podemos, devait être élue maire de Barcelone ce samedi 13 juin 2015. « C'est la victoire de David contre Goliath », a-t-elle clamé en annonçant le résultat de sa formation politique au soir du 24 mai, jour des élections municipales et régionales en Espagne.

Après une campagne axée sur les problématiques sociales, la coalition de gauche anti-austérité a donc remporté 11 sièges de conseillers à Barcelone, devant le maire sortant, de droite (10 sièges). Mais ce 24 mai, Podemos ne s'est pas « contenté » de remporter de forts suffrages dans la deuxième ville d'Espagne. 

À Madrid, pourtant bastion des conservateurs, la liste Ahora Madrid de Manuela Carmena (une ancienne juge âgée de 71 ans) est arrivé deuxième, tout juste derrière le Parti populaire (20 sièges contre 21). Elle devrait d'ailleurs, elle aussi, prendre la tête de la capitale espagnole, grâce au soutien des socialistes. Globalement, lors de ces élections, le mouvement Podemos a gagné une troisième place en région, alors qu'il a été créé il y a moins de deux ans, début 2014...

Le pire score des conservateurs

Face à cela, les grands partis traditionnels s'effritent. Bien qu'arrivé en tête avec 27 % des suffrages, le Parti populaire (PP) a remporté son plus mauvais score électoral depuis 1991. Il est talonné par les socialistes du PSOE (25 %). Cette situation l'oblige à nouer des alliances pour gouverner. Pour rappel, en 2011, les conservateurs du PP avaient obtenu 37,5 % des voix. 

« Les partis au pouvoir ont eu les pires résultats de leur histoire » a commenté Pablo Iglesias, leader de Podemos, au sortir de ces élections. Pour lui, cela annonce un « changement irréversible » : David plus fort que le colosse, et pour longtemps.

Cela dit, dans ces élections, le Goliath du bi-partisme s'est trouvé face à plusieurs jeunes combattants. Il y a bien entendu Podemos, mouvement anti-austéritaire de gauche. Mais un autre nouveau parti, Ciudadanos, de centre-droit, s'est quant à lui hissé au troisième rang municipal dans ces élections, en se présentant dans un millier de mairies.

CARTE D'IDENTITE

Bruno Cautrès

* Politologue
* Chercheur au CEVIPOF (Sciences Po-Paris)
* Né à Constantine (Algérie)

SON DERNIER LIVRE

SON DERNIER LIVRE
(cliquer sur l'image pour accéder à la description de l'ouvrage)
Et en partenariat avec La Libre Belgique.
Imprimer
envoyer à un ami