menu.title
TOUTES NOS RUBRIQUES
Imprimer cette page
Envoyer cette page

Marc Tarabella

Le Bar de l'Europe

Emission du
Dimanche 3 Mai 2015

Marc Tarabella

Le député européen Marc Tarabella boit-il du petit lait ? Pas sûr ! Il estime que la fin des quotas laitiers décidée par la Commission européenne va provoquer un désastre pour les producteurs de lait en Europe.

MENU DE LA SEMAINE

Zoom:MENU DE LA SEMAINE
Au menu cette semaine, un verre de vin, et un autre de lait…

Notre invité a constaté que les Européens sont les plus grands consommateurs de boissons alcoolisées, mais personne ne sait combien de calories il y a dans un verre de vin... que réclame-t-il ?

LA QUESTION SURPRISE

Zoom:LA QUESTION SURPRISE
Notre invité a tiré une boule rouge et est tombé sur la question suivante : 

Seriez-vous capable de citer le nom d'une joueuse des Belgian Red Flames ?


Voici d'autres questions iconoclastes auxquelles il a échappé :

- Siffler une femme dans la rue vous trouvez ça sympa ?
- Qu'est-ce qui est le plus dangereux pour la santé : boire trop de vin ou trop de lait ?

BREVES DE COMPTOIR

"Un verre de vin, c'est sans doute moins calorique qu'un morceau de gâteau. Un verre de vin, par unité de 100 millilitres, c'est à peu près 70-75 calories."

Concernant la fin des quotas laitiers : "La consommation mondiale augmente de 2 % par an. Si la production augmente de 4 ou 5 %, cela ne résout pas le problème, mais précipite le prix vers le bas."

"La Commission européenne, depuis vingt ans, est ultralibérale et croit au marché sans règle. C'est un combat de tous les jours ici."

Pour aller plus loin...

Zoom:Pour aller plus loin...
Manifestation contre la ferme des "mille vaches" en septembre 2013 (cc/Michel Pourny)

En France, une "méga-ferme" impopulaire

03.05.2015Bénédicte Weiss
Certaines fermes pourraient profiter de la fin des quotas laitiers : les "méga-fermes". Centres d'élevage de vaches à l'échelle industrielle, elles regroupent des centaines de têtes et peuvent donc fournir d'énormes quantités de lait, de manière centralisée. 

En France, la première du genre dans le pays a fait couler beaucoup d'encre : c'est la ferme dite des "mille vaches", située à Drucat en Picardie (au nord de Paris).

A terme, cette structure devrait regrouper mille vaches et 750 génisses, contre 60-80 vaches pour une exploitation familiale de taille moyenne... Dès 2009 et l'annonce de ce projet, des riverains et un syndicat agricole, la Confédération paysanne, se sont élevés contre. Car même avec 500 vaches (c'est le nombre d'animaux qui s'y trouvent actuellement), le site peut produire 3,8 millions de litres de lait, selon ses promoteurs. Soit 11 fois plus qu'un élevage moyen

Rien n'y a fait. La "ferme usine" de Drucat a ouvert ses portes. A la mi-septembre 2014, les premiers animaux sont arrivés sur place, et la traite a commencé.


Arrêter la collecte du lait

Mais tout n'est pas si aisé que les promoteurs de la ferme le souhaiteraient. Face à la popularité très relative du lieu, certaines firmes renoncent à collecter sa production. Tout d'abord Senagral qui, en octobre 2014, avait renoncé à ses parts dans l'affaire sous la menace d'un boycott, au cas où elle commercialiserait du lait des "mille vaches" dans ses produits distribués sous la marque Senoble. Puis, le 17 avril dernier, le quotidien économique Les Echos affirmait qu'Agrial (structure ayant racheté les parts de Senagral) ferait elle aussi marche arrière...

En Europe, la ferme des "mille vaches" n'est pas un cas isolé. Rien qu'en France, d'autres projets sont en cours (retrouver la carte établie par la Confédération paysanne), et ces "méga-fermes" laitières sont déjà une réalité ailleurs en Europe, notamment en Allemagne, qui a hérité des grandes fermes collectives de l'ex-RDA.

CARTE D'IDENTITE

Marc Tarabella

* Député européen (groupe socialiste)
* Avocat des consommateurs
* Né à Ougrée (Belgique)
Et en partenariat avec La Libre Belgique.
Imprimer cette page
Envoyer cette page