menu.title
TOUTES NOS RUBRIQUES
Imprimer
envoyer à un ami

Jean-Paul Marthoz

Le Bar de l'Europe

Emission du
Dimanche 22 Mars 2015

Jean-Paul Marthoz

Jean-Paul Marthoz est journaliste et militant des droits de l'Homme. Il tire à boulets rouges sur cette Europe qui avait été pensée comme un bouclier contre les nationalismes et les populismes, et qui est devenue la meilleure alliée de ceux qu'elle voulait combattre.

media_precedent
    media_suivant

    LE MENU DE LA SEMAINE



    Au menu cette semaine, de la bière anglaise...



    Elle est chaude et, surtout, sans mousse... Mais pour notre invité, est-elle aussi imbuvable que les Anglais eux-mêmes, qu'il semble détester ?

    BREVES DE COMPTOIR

    "La Grande-Bretagne, c'est un pays qui a inventé des tas de règles dans le sport. Le fair-play, c'est en anglais que ça se prononce le mieux. Mais finalement, ils sont en train de jouer constamment hors-jeu."

    "Pour l'Europe, est-ce qu'on doit se plaindre d'un risque de départ des Anglais, ou est-ce qu'on doit s'en réjouir ?"

    "Quand on est en Europe, il y a un mot qui doit exister : c'est la solidarité."

    Pour aller plus loin...

    Zoom:Pour aller plus loin...

    Un référendum pour loger au 10 Downing Street

    22.03.2015Vous l'aurez compris en écoutant l'émission, notre invité n'apprécie pas toujours la manière dont la Grande-Bretagne entretient ses relations avec l'Union européenne. Ces dernières semaines, l'UE est, encore une fois, au cœur du débat outre-Manche.

    Car le 7 mai, il y a aura des élections législatives en Grande-Bretagne. Elles doivent renouveler le Parlement et, potentiellement, le locataire du 10 Downing Street. Le Premier ministre actuel, David Cameron, espère ne pas déménager et accéder à un nouveau mandat, de cinq ans. Seulement, c'est loin d'être évident. 

    D'après les sondages, son parti conservateur est au coude à coude avec le Parti travailliste (environ 35 % des suffrages chacun). Il n'est donc pas assuré d'obtenir la majorité absolue à la Chambre des communes. Bien qu'il dise se concentrer sur la seule échéance électorale, s'il est élu de justesse, le Premier ministre pourrait devoir négocier avec les eurosceptiques de UKIP pour mener sa politique. Ces derniers sont crédités d'environ 15 % des suffrages, d'après les sondages. En mai 2014, ce parti était arrivé en tête des élections européennes.

    2015 ou 2017 ? 

    C'est là qu'intervient l'Europe dans la campagne pour le renouvellement du Parlement. Dimanche dernier, le 15 mars, le Sunday Telegraph a publié des extraits d'un livre de Nigel Farage, le leader du parti anti-Europe et anti-immigration. Celui-ci explique qu'il refuserait que son parti entre au gouvernement, mais soutiendrait David Cameron sur "des votes cruciaux, comme le budget, mais en contrepartie de critères très spécifiques sur un référendum sur l'Union européenne."

    Des "critères très spécifiques", c'est-à-dire ? Eh bien, entre autres, que le référendum en question se tienne dès 2015 et que la question à laquelle devront répondre les Britanniques soit : "Souhaitez-vous vivre dans une démocratie libre, indépendante et souveraine ?" Selon lui, l'organisation du scrutin ne prendrait que "quelques semaines".

    Deux jours plus tard, le 17 mars, David Cameron a estimé que les chances de la tenue d'un référendum dès 2015 étaient "plutôt minces". Mais, face au climat eurosceptique dans son pays, il a annoncé il y a plusieurs mois déjà la tenue d'un référendum, au cas où il serait réélu. Mais, a priori il serait prévu d'ici à la fin 2017, après renégociation des relations entre la Grande-Bretagne et l'Union européenne... 

    Que le référendum se tienne en 2015 ou 2017, s'il aboutit à la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne, le résultat serait déstastreux selon le travailliste Gordon Brown. Pour lui, si son pays quittait l'Union, il deviendrait... "la Corée du Nord de l'Europe". C'est en tout cas ce qu'il a déclaré dans une tribune publiée dans The Guardian le 10 mars. Il estime qu'en restant dans l'Europe des 28, la Grande-Bretagne pourrait au contraire devenir à terme la première économie du continent.

    CARTE D'IDENTITE

    * Journaliste et essayiste
    * Militant des droits de l'Homme
    * Né à Aye (Belgique)
    Et en partenariat avec La Libre Belgique.
    Imprimer
    envoyer à un ami