Imprimer
envoyer à un ami

Alain Berenboom

Le Bar de l'Europe

Emission du
Dimanche 15 Mars 2015

Alain Berenboom

Alain Berenboom est un célèbre avocat belge, spécialiste du droit intellectuel en Europe, et... romancier. Il vient de publier " La fortune Gutmeyer ", un polar humoristique qui permet de mieux comprendre l'état d'esprit dans les milieux juifs de l'Europe d'après-guerre... et qui nous éclaire sur les liens entre l'Europe et Israël.

media_precedent
    media_suivant

    MENU DE LA SEMAINE

    Zoom:MENU DE LA SEMAINE
    Au menu cette semaine, de la soupe à l'oseille...


    De l'oseille, autrement dit de l'argent, il y en a plein dans La fortune Gutmeyer, le dernier roman de notre invité ! Parmi les autres ingrédients : un médecin juif, un compte en Suisse, un voyage en Israël et... Bruxelles, LA ville d'Alain Berenboom. Ce mélange donne-t-il une bonne soupe ?

    LA QUESTION SURPRISE

    Zoom:LA QUESTION SURPRISE
    Notre invité a tiré une boule bleue et est tombé sur la question suivante :

    - La gueuze grenadine est-elle la principale raison qui vous pousse à ne pas quitter la Belgique ?

    Voici quelques autres questions iconoclastes auxquelles il a échappé :

    - Tintin ou Spirou ?
    - Vous êtes un avocat qui écrit ou un écrivain qui plaide ? 

    BREVES DE COMPTOIR

    "La plupart des gens qui parlent par clichés s'arrêtent aux clichés. Ce qui est intéressant, c'est ce qu'il y a dans l'ombre du cliché."

    "Après tout, le peuple juif est un peuple comme les autres."

    "La Belgique et Israël ont ceci en commun qu'ils sont fabriqués de bric et de broc, à partir de différents morceaux qu'on a essayé de réunir."

    "En fabriquant un lien entre les juifs assimilés, de Belgique ou de France, et les citoyens israéliens, on établit une fausse liaison. Le juif européen n'est pas le représentant d'Israël."

    Pour aller plus loin...

    Lors d'une précédente invitation au Bar, de la gueuze grenadine avait été servie à Alain Berenboom
    (©TV5MONDE)

    Alain Berenboom et la gueuze grenadine : une histoire belge

    15.03.2015Annalena Meyer-Freund
    Connaissez-vous la gueuze grenadine ? L’une des spécialités typiquement belge ? Alain Berenboom en a fait la boisson préférée de son héros, Michel Van Loo. Un bruxellois pure souche et détective privé, qui, même loin de son pays pour ses enquêtes, est à la recherche de son hydromel doux-amer. 

    Dans son dernier roman La fortune Gutmeyer, les allusions à la boisson bruxelloise ne manquent pas : "Le faux docteur G. connaissait les secrets du vrai, son numéro de compte, l’adresse de sa banque à Bâle. Ses papiers étaient si parfaits qu’ils ont réussi à tromper le banquier. Hubert mit du temps à digérer ces informations. Le temps pour moi de vider deux verres de gueuze grenadine.".

    La gueuze grenadine est un produit typique de la capitale belge, issu d’un savant mélange : une pointe d'amertume, qui laisse place à une saveur sucrée. Un assemblage que tout semble opposer et pourtant le mélange fonctionne... Un peu à l'image de la Belgique... Certains cafés de Bruxelles ont d’ailleurs fait de cette gueuze leur spécialité. Par exemple la taverne historique "A la mort subite", où aiment se rendre des nombreux locaux et touristes. Un nom délicieux que porte d’ailleurs l’une de ces gueuzes.

    Alors, révélons le mystère de cette bière. A la base, elle est faite de lambic : une bière dont la fermentation se déclenche spontanément, sans ajout de levures. Le lambic traditionnel est obtenu avec la fermentation d’environ un tiers de froment et deux tiers d’orge malté auxquels se rajoute plus tard le houblon. La fabrication est relativement longue et unique. Les brasseurs mélangent par la suite plusieurs lambics et d’âges différents (1, 2 ou 3 ans pour les meilleurs). Le procédé n'est utilisé que d'octobre à mai suivant l'adage : "En hiver, brasse qui veut ; en été, brasse qui peut." La chaleur de l’été empêche en effet le bon refroidissement du liquide. A cela est ajouté un mélange de framboises fermentées pour rehausser le goût. Les alliances de cette bière pétillante tirent environ 5°C d’alcool. Alors petit conseil pour les amateurs : la gueuze se consomme généralement à une température de 10°C, dans un verre simple, cylindrique et haut.

    Dans la même famille de bières issues de lambic : la faro (un mélange de lambic et de sucre brun qui donne un goût légèrement caramélisé à la boisson), et la kriek (mélange de lambic jeune et de fruits entiers, comme la cerise). Au total, il existe près de 70 bières faites à partir de la fermentation spontanée. Un weekend de dégustation y est consacré chaque année à Buggenhout, en Flandre Occidentale. 
    Un musée dans la capitale belge est aussi entièrement dédié aux bières faites à base de lambic. Il attire chaque année près de 40 000 visiteurs. Il semblerait qu’Alain Berenboom et Michel Van Loo ne soient pas les seuls à aimer la dégustation d’une petite framboise… 

    CARTE D'IDENTITE

    * Ecrivain et chroniqueur
    * Avocat
    * Spécialiste du droit intellectuel
    * Né à Bruxelles

    SON DERNIER LIVRE

    SON DERNIER LIVRE
    (cliquer sur l'image pour découvrir
    les premières pages du roman)
    Et en partenariat avec La Libre Belgique.
    Imprimer
    envoyer à un ami