menu.title
TOUTES NOS RUBRIQUES
Imprimer
envoyer à un ami

Nadine Morano

Le Bar de l'Europe

Emission du
Dimanche 8 Mars 2015

Nadine Morano

Dimanche 8 mars, le Bar de l'Europe recevra Nadine Morano, députée européenne et membre de l'UMP, la droite française. Comment se protéger du terrorisme ? Nadine Morano, contrairement à la majorité du Parlement européen, défend la mise en œuvre au sein des 28 d'un fichier de renseignements sur les passagers aériens.

media_precedent
    media_suivant

    MENU DE LA SEMAINE

    Zoom:MENU DE LA SEMAINE
    Au menu cette semaine, du saucisson...


    Nadine Morano a-t-elle laissé entendre - ou non - que pour être un bon musulman il faut manger du saucisson ? That's the question...

    LA QUESTION SURPRISE

    Zoom:LA QUESTION SURPRISE
    Notre invitée a tiré une boule rose et est tombée sur la question suivante :

    - Peut-on dire que vous êtes une serial-twitteuse ?

    Voici quelques autres questions iconoclastes auxquelles elle a échappé :

    - Vous pensez toujours que Marine Le Pen a du talent ?
    - Parlez-vous vraiment plus vite que vous ne pensez ? 

    BREVES DE COMPTOIR

    "Je déplore la stigmatisation de ce que sont aujourd'hui les musulmans qui, pour moi, n'ont rien à voir avec les terroristes. Les terroristes, pour moi, ne sont pas des croyants."

    Concernant le projet de fichier de renseignement européen sur les passagers aérien (PNR) : "Nous avons un PNR national. Le Royaume-Uni en a un. Ici, nous en avons aussi un qui est partagé avec l'Australie et les Etats-Unis. (...) Ce problème de la sécurité et de la lutte contre le terrorisme ne peut avoir de sens que si l'on unit nos forces."

    A propos de Nicolas Sarkozy : "S'il est revenu, c'est pour être candidat."

    Pour aller plus loin...

    Zoom:Pour aller plus loin...
    (cc/wikimedia/Ji-Elle)

    Le voile en débat en France et en Belgique

    08.03.2015
    Dans l'émission de cette semaine, notre invitée revient sur la question du "voile intégral", interdit dans son pays, la France, depuis fin 2010. Si l'on parle beaucoup du voile musulman en France (un débat a encore eu lieu récemment sur l'opportunité d'interdire de le porter à l'université), qu'en est-il chez son voisin belge ?

    Le royaume a été le premier Etat à voter une loi "visant à interdire le port de tout vêtement cachant totalement ou de manière principale le visage", en avril 2010. De fait, elle interdit le port du voile intégral, c'est-à-dire le niqab (il laisse juste paraître les yeux de la personne qui le porte) ou la burqa (tout le corps est couvert, y compris les yeux qui le sont par un tissu grillagé). Elle est entrée en vigueur en juillet 2011. Après l'introduction de cinq recours en annulation, la Cour constitutionnelle a confirmé sa validité. Selon elle, le port de vêtements cachant le visage pose des problèmes de sécurité, le port du voile intégral est contraire au droit des femmes à l'égalité et à la dignité, et il met en danger les conditions du vivre-ensemble.

    Le port du voile à l'école, même non intégral, reste en débat. Alors qu'en France il est interdit depuis 2004, en Belgique, aucune loi ne le réglemente à l'échelle du royaume. Pour cause : l'enseignement relève d'une responsabilité régionale.

    Récemment, le débat a été nourri côté flamand : depuis la rentrée de 2013, les établissements catholiques, privés, peuvent décider d'interdire, ou non, le port du voile. Tandis que pour les établissements de la Communauté, c'est-à-dire publics, l'interdiction des signes religieux est généralisée. Mais le 9 février dernier, le directeur général de l'enseignement catholique flamand, Lieven Boeve, a estimé que cette interdiction devrait disparaître, quel que soit son réseau, public ou privé : "Il faut pouvoir exprimer ses convictions. L'empêcher relève d'une neutralité mal comprise qui veut écarter la religion de l'espace public." La ministre flamande de l'Enseignement, Hilde Crevits, a quant à elle indiqué qu'elle ne préparerait pas de décret sur cette question, expliquant notamment que cela n'entre pas dans ses compétences.

    Dans la partie francophone du pays, chaque école, publique ou privée, peut choisir d'interdire ou non le port de signes religieux distinctifs.

    CARTE D'IDENTITE

    * députée européenne
    * membre de l'UMP
    * ex-ministre dans le gouvernement Sarkozy
    * née à Nancy (France)
    Et en partenariat avec La Libre Belgique.
    Imprimer
    envoyer à un ami