menu.title
TOUTES NOS RUBRIQUES
Imprimer cette page
Envoyer cette page

José Bové

Le Bar de l'Europe

Emission du
Dimanche 1 Mars 2015

José Bové

José Bové s'accoude au Bar de l'Europe pour parler de la Grèce et d'Alexis Tsipras qui a dû mettre beaucoup d'eau dans sa Retsina... Athènes a-t-elle capitulé face à l'Europe ? Le gouvernement Syriza parviendra-t-il à sauver ses promesses sociales ? Des questions cruciales pour l'Europe, selon José Bové.

media_precedent
    media_suivant

    MENU DE LA SEMAINE

    Zoom:MENU DE LA SEMAINE
    Au menu cette semaine, de la Retsina...


    Alexis Tsipras a dû verser beaucoup d'eau dans ce vin traditionnel grec... Peut-on parler de capitulation de la Grèce face à l'Europe ?

    LA QUESTION SURPRISE

    Zoom:LA QUESTION SURPRISE
    Notre invité a tiré une boule rouge et est tombé sur la question suivante :

    - La pipe, c'est écologique ?

    Voici quelques autres questions iconoclastes auxquelles il a échappé :

    - Y a-t-il encore du cheval dans ma lasagne ?
    - MacDo ne fait plus recette... content ? 

    BREVES DE COMPTOIR

    "On nous dit : vous devez rembourser, et pour l'instant il n'est pas question de couper la dette. Mais à l'arrivée, on va quand même la couper parce qu'il n'y aura pas d'autre solution."

    "Ce qui me surprend un peu, c'est que M. Tsipras a envoyé une lettre sur les projets qui vont être proposés au niveau européen. Les parlements finlandais et allemand vont prendre position pour savoir s'il faut accepter ces propositions. Le Parlement européen, lui, n'a pas son mot à dire..."

    "J'ai toujours l'impression qu'on a affaire à un président, et en fait à un parti socialiste, productivistes. La protection de la diversité, ok, c'est très bien ! Mais dans les faits, qu'est-ce qu'il se passe à Notre-Dame-des-Landes ou au barrage de Sivens ?"

    Pour aller plus loin...

    Zoom:Pour aller plus loin...
    (cc/pixabay/realworkhard)

    Du cannabis pour rembourser la dette ?

    01.03.2015
    Fumer des pétards pour aider les Grecs ? Début février, José Bové lançait cette proposition sous forme de boutade, alors qu'il était invité sur un plateau télé. L'idée est simple : si le cannabis devient légal dans certains pays européens, il rapportera des taxes à ces Etats, renflouera leurs caisses... et par la même occasion, celles de l'Union européenne.

    Est-ce loufoque ? Pas vraiment. Car aux Etats-Unis, la légalisation de certains usages du cannabis (médical ou récréatif, selon les Etats) rapporte. Selon une étude publiée fin janvier par le cabinet d'études Arc View Group, en 2014, la manne financière de la marijuana légale s'élevait à 2,7 milliards de dollars (2,4 milliards d'euros). Cette année-là, les ventes légales d'"herbe" ont bondi de 74 %. Plus du tiers de ce marché est capté par l'usage récréatif du cannabis, alors légal dans deux Etats, le Colorado et Washington. Le reste relève de l'usage médical, autorisé dans une vingtaine d'Etats.

    Par conséquent, des taxes atterrissent dans les caisses des Etats concernés. Par ailleurs, près de 1 200 entreprises, essentiellement de distribution, travaillent dans ce secteur. Reste que la législation fédérale américaine, dont dépendent les banques, interdit le commerce de stupéfiants... les entreprises qui gagnent grâce au cannabis doivent donc conserver chez elles leur argent, et payer leurs impôts en liquide. Selon le cabinet Arc View Group, l'argent du cannabis légal devrait continuer de croître sur la "même trajectoire" en 2015, pour atteindre 3,5 milliards de dollars (3,1 milliards d'euros).

    Reste qu'aux Etats-Unis, seuls certains Etats légalisent des usages du cannabis. Le premier pays à avoir adopté une telle législation se trouve en fait en Amérique du Sud. Il s'agit de l'Uruguay. Son but : lutter contre le trafic de stupéfiants. Si depuis 2014, l'usage récréatif de la marijuana est légal, depuis peu, les usages médical et scientifique sont aussi autorisés.

    De l'autre côté de l'Atlantique, en Europe, aucun pays n'a pour l'heure légalisé l'usage du cannabis. Seuls certains, comme le Portugal, l'Espagne ou la République tchèque, le tolèrent. Les Pays-Bas, eux, autorisent sa vente dans les coffee shops. D'autres, comme l'Allemagne ou la Belgique, permettent sa consommation dans un cadre médical, et uniquement sous forme de médicament. 

    En France, un médicament contre la sclérose en plaque, dérivé du cannabis, devrait sortir cette année. Fin 2014, le think tank Terra Nova, proche du Parti socialiste, estimait que la légalisation du cannabis pourrait rapporter 1,8 milliard d'euros à l'Etat. Mais pas à n'importe quelle condition : pour cela, il devrait être vendu plus cher (40 %) qu'au marché noir, et les dépenses publiques visant à réprimer son usage devraient condisérablement diminuer. Aujourd'hui, la lutte contre le cannabis coûte 568 millions d'euros à la France, selon le cabinet d'études. 

    CARTE D'IDENTITE

    * député européen (groupe des Verts)
    * altermondialiste
    * ex-éleveur de brebis
    * né à Talence (France)
    Et en partenariat avec La Libre Belgique.
    Imprimer cette page
    Envoyer cette page