menu.title
TOUTES NOS RUBRIQUES
Imprimer cette page
Envoyer cette page

Philippe Paquet

Le Bar de l'Europe

Emission du
Dimanche 4 Janvier 2015

Philippe Paquet

Philippe Paquet est journaliste à la Libre Belgique et grand spécialiste de la Chine qui entre dans l'année de la chèvre. Est-ce bon signe ?

media_precedent
    media_suivant

    MENU DE LA SEMAINE

    Zoom:MENU DE LA SEMAINE
    Au menu cette semaine, un petit fromage de chèvre...

    La Chine va entrer dans l'année de la chèvre, ou du mouton... Ces Nouvel ans baptisés de noms d'animaux relèvent-ils du seul folklore ou bien est-ce plus sérieux que cela ?

    LA QUESTION SURPRISE

    Notre invité a tiré une boule bleue et est tombé sur la question suivante :

    - "Xi Dada" est-il le président chinois le plus aimé ?


    Voici quelques autres questions iconoclastes auxquelles il a échappé :

    - Les Chinois sont-ils heureux ?
    - Les restaurateurs japonais en Europe sont-ils... chinois ?

    BREVES DE COMPTOIR

    A propos des "parapluies de Hong Kong" : "Ce n'était pas une insurrection qui a mobilisé des millions de personnes comme ce fut le cas en 1989 à Pékin. Les dirigeants chinois se sont vite aperçu que la population ne suivait pas vraiment."

    "C'est pour cela (les Chinois savent ce qu'il se passe à Hong Kong) que les autorités sont assez peu désireuses de lâcher du lest, car cela pourrait faire tâche d'huile, cela pourrait créer un précédent. Si on laisse la population d'Hong Kong élire librement ses dirigeants au suffrage universel, pourquoi ne pas le permettre aussi aux Cantonnais, aux Shangaïens, puis au reste de la Chine ?"

    Au sujet du rang de première puissance économique mondiale : "Cela donne sans doute aux citoyens chinois une certaine fierté collective et nationale, mais sur le plan individuel, cela ne change pas grand chose. (...) En termes de revenu par tête, la Chine se situe aux alentours de la 90e ou 100e place mondiale."

    Pour aller plus loin...

    Au pays de Mao, il ne fait pas bon de s’exprimer

    04.01.2015Catherine Businaro

    175e sur 180 pays… c’est le triste record que la Chine a obtenu lors du dernier classement mondial de la liberté de la presse. L’empire chinois contrôle absolument tout : télévision, radio, blogs, réseaux sociaux… tout est passé au peigne fin par des "censeurs". D’ailleurs Facebook, Twitter et Instagram ont été interdits dans ce pays qui est, pourtant, à la pointe de la technologie. La censure semble être le maître-mot du gouvernement. Au total, une trentaine de journalistes sont en prison en Chine. La plupart auraient été arrêtés pour "trouble à l’ordre public". Le pays est même dans la liste des "ennemis d’Internet" de l’organisation Reporters sans frontières

    Internet au service de la liberté d’expression

    Mais il semble qu’une vague de contestation déferle sur la Toile. De plus en plus de jeunes Chinois prennent les choses en main pour montrer au monde la face cachée de leur pays. Et cela ne plaît pas au gouvernement. Une nouvelle loi "anti-rumeurs" a été publiée le 9 septembre dernier. Pour tout écrit diffamatoire publié en ligne et vu plus de 5 000 fois ou transféré plus de 500 fois sur la Toile, l’auteur encourt jusqu’à trois ans d’emprisonnement. Pour les Chinois, c’est encore une atteinte à la liberté d’expression puisqu’il n’existe pas de définition juridique au terme "rumeur". 

    Le gouvernement avait bien besoin de montrer son pouvoir sur Internet. Et c’est un jeune lycéen de 16 ans, Yang Hui, qui en a fait les frais le premier. Sur son blog, il accusait des policiers de la mort d’un propriétaire de karaoké. Ses propos ont été retweetés plus de 500 fois. Il a été arrêté le 16 septembre pour provocations et troubles. Mais les internautes n’ont pas dit leur dernier mot. Les Chinois se sont mobilisés sur la Toile pour réclamer sa libération. Une semaine plus tard, le gouvernement a transformé la peine de prison du jeune lycéen en détention administrative de 7 jours. Les réseaux sociaux ont gagné cette bataille mais il y a encore du chemin à faire.

    La contestation s’étend de plus en plus. En 2013, un documentaire sur la liberté d’expression en Chine est sorti. Free China raconte l’histoire de Jennifer Zeng arrêtée et mise en prison pour ses croyances. Le documentaire a déjà raflé de nombreux prix, notamment celui du meilleur film au Festival du film international de Philadelphie. 

    Regarder la bande-annonce de ce film :

    CARTE D'IDENTITE

    * Journaliste à La Libre Belgique
    * Spécialiste de la Chine
    * Né à Namur (Belgique)

    SA DERNIERE PUBLICATION

    SA DERNIERE PUBLICATION
    (cliquer sur l'image pour accéder
    à la description du magazine)

    SON DERNIER LIVRE

    SON DERNIER LIVRE
    (cliquer sur l'image pour accéder
    à la description de l'ouvrage)
    Et en partenariat avec La Libre Belgique.
    Imprimer cette page
    Envoyer cette page