menu.title
TOUTES NOS RUBRIQUES
Imprimer cette page
Envoyer cette page

Roland Gillet

Le Bar de l'Europe

Emission du
Dimanche 21 Décembre 2014

Roland Gillet

Roland Gillet est professeur d'économie à la Sorbonne à Paris et à l'Université de Bruxelles. Après la révélation de l'affaire Luxembourg-Leaks, faut-il croire Jean-Claude Juncker qui a promis plus de transparence fiscale en Europe ? Ou est-ce " paroles, paroles... " ?

media_precedent
    media_suivant

    MENU DE LA SEMAINE

    Zoom:MENU DE LA SEMAINE
    Au menu cette semaine, de la bière Bon Secours...


    L'Europe semble avoir bien besoin d'être secourue. Jean-Claude Juncker fait-il un bon secouriste ? Faut-il croire à ce plan de 300 milliards d'euros qui permettrait de relancer la machine économique ?

    LA QUESTION SURPRISE

    Zoom:LA QUESTION SURPRISE
    Notre invité a tiré une boule rose et est tombé sur la question suivante :

    - N'avez-vous jamais rêvé de gagner à la loterie ?


    Voici quelques autres questions iconoclastes auxquelles il a échappé :

    - Vous avez préfacé un ouvrage du Prix Nobel d'économie. Le Nobel, ça vous fait rêver ?
    - Et si on abandonnait l'Euro ?

    BREVES DE COMPTOIR

    A propos des 75 milliards d'euros (sur les 315 prévus par le plan de la Commission) dédiés aux PME : "Cela fait 25 milliards d'euros par an, soit dix fois moins que ce que détiennent les Belges sur les livrets d'épargne."

    Au sujet de l'évasion fiscale et du Luxembourg Leaks : "Si on doit mettre sur la table le Luxembourg, on doit aussi y mettre tous les pays."

    "Le moral des consommateurs ou de la population espagnols, malgré tout ce qu'on inflige à l'Espagne, est pour moi, à la limite, meilleur pour le moment que celui des Français, qui ont l'impression d'avoir fait de l'austérité alors qu'ils ne l'ont pas encore eue."

    Pour aller plus loin...

    Zoom:Pour aller plus loin...

    Roland Gillet publie récgulièrement des livres, des articles et... des préfaces. Comme pour Le nouvel ordre financier, ouvrage du Prix Nobel d'économie 2013, Robert Shiller.


    L'idée de l'ouvrage, selon son éditeur francophone, est de se baser "sur son expérience et sur ses analyses, [pour tracer] l’avenir d’un monde heureux, à partir du moment où les hommes sauront utiliser à bon escient les progrès des connaissances, techniques et financières, pour réduire les risques économiques". Car, d'après l'auteur, la mise en œuvre des nouvelles technologies facilite de nouveaux risques de confidentialité, notamment économique, pour les individus, les entreprises et les Etats.




    CARTE D'IDENTITE

    * Economiste
    * Professeur à la Sorbonne (Paris) et à l'ULB (Bruxelles)
    * Né à Vielsam (Belgique)

    Et en partenariat avec La Libre Belgique.
    Imprimer cette page
    Envoyer cette page