menu.title
TOUTES NOS RUBRIQUES
Imprimer cette page
Envoyer cette page

Elie Barnavi

Le Bar de l'Europe

Emission du
Dimanche 7 Décembre 2014

Elie Barnavi

Après la Suède, plusieurs pays au sein des 28 et l'Union européenne elle-même songent à reconnaître l'Etat palestinen. Qu'en pense cet historien, ex-ambassadeur d'Israël en France, et auteur de "10 thèses sur la guerre" ?

media_precedent
    media_suivant

    MENU DE LA SEMAINE

    Zoom:MENU DE LA SEMAINE
    Au menu cette semaine, du Prosecco, un vin italien..


    Ce vin pétillant est italien, comme Federica Mogherini, la nouvelle cheffe de la diplomatie européenne. Pour elle comme pour notre invité, il est temps de reconnaître un Etat palestinien. Y a-t-il urgence ?

    LA QUESTION SURPRISE

    Notre invité a tiré une boule bleue, et est tombé sur la question suivante :

    - Avec qui aimeriez vous dîner : Barack Obama, Scarlett Johansson, ou Jean-Claude Juncker ?


    Voici quelques autres questions iconoclastes auxquelles il a échappé :

    - Les Ferrero Rocher ne vous manquent pas trop ?
    - Vous êtes historien de l'Europe, pourquoi on vous parle toujours d'Israël ?

    BREVES DE COMPTOIR

    A propos de l'urgence d'un Etat palestinien :  "Contrairement à l'impression que l'on a, on ne fait pas du surplace, on recule. Si on ne règle pas la question dans un délai raisonnable, on risque de ne plus pouvoir la régler du tout."

    "Il ne faut pas confondre l'intérêt d'Israël et celui de la bande de bras cassés qui s'agitent à la tête du gouvernement et qui sont non seulement inutiles, mais nuisibles (...) De toute façon, l'équipe que nous avons au pouvoir est incapable de réussir quoi que ce soit, je me demande s'il ne vaudrait pas mieux avoir une équipe plus à droite encore. Il faut que les masques tombent."

    "Lorsque vous faites un sondage en Israël, il y a une majorité solide pour une solution à deux Etats."

    Pour aller plus loin...

    Les juifs et les arabes refusent d’être ennemis !

    07.12.2014Catherine Businaro
    C’est le nom d’un mouvement contre le conflit israélo-palestinien. Cette campagne a démarré en juillet 2014 sur les réseaux sociaux quand les violences ont repris dans la bande de Gaza. L’idée vient d’un jeune étudiant israélien vivant à New-York, Abraham Gutman, et de son amie syrienne, Dania Darwish. Ils se sont rendus compte que ce conflit est dû, avant tout, aux préjugés que les juifs et musulmans ont l’un envers l’autre. "Tout cela n’est pas une question de politiques mais une question de personnes !" a déclaré Abraham Gutman. 

    Le co-créateur du mouvement insiste sur le fait qu’il n’a rien créé d’extraordinaire. Puisque ce groupe existe depuis des années en Israël. Mais les médias n’en parlaient pas ! C’est pour cela qu’Abraham Gutman a décidé de l’exporter à l’étranger.

    Mais le mouvement prend de l’ampleur lorsque Sulome Anderson, une jeune journaliste américaine d’origine libanaise, poste une photo d’elle et de son petit ami juif sur la Toile. La photo a été retweetée plus de 5000 fois !
    Le mouvement devient alors international. Le hashtag #JewsandArabsrefusetobeenemies devient un symbole de paix et d’unité entre juifs et musulmans. Un groupe est même créé sur Facebook pour rassembler un maximum de personnes autour de cette cause. Partout dans le monde, des centaines de couples, de familles et même des enfants partagent leurs photos d’amour entre juifs et musulmans. 

    Pour découvrir quelques photos de ce mouvement, regarder juste ici :

    CARTE D'IDENTITE

    * Historien et écrivain
    * Ex-ambassadeur d'Israël en France
    * Conseiller scientifique du musée de l'Europe à Bruxelles
    * Né à Bucarest (Roumanie)

    APPEL A LA RECONNAISSANCE D'UN ETAT PALESTINIEN

    En novembre, Elie Barnavi et plus de 600 autres figures israéliennes (elles sont aujourd'hui 800) ont lancé un appel aux parlementaires européens en faveur de la reconnaissance d'un Etat palestinien. 

    SON DERNIER LIVRE

    SON DERNIER LIVRE
    (cliquer sur l'image pour accéder à la description de l'ouvrage)
    Et en partenariat avec La Libre Belgique.
    Imprimer cette page
    Envoyer cette page