menu.title
TOUTES NOS RUBRIQUES
Imprimer cette page
Envoyer cette page

Pascal Delwit

Le Bar de l'Europe

Emission du
Dimanche 11 Mai 2014

Pascal Delwit

Pascal Delwit est politologue et professeur à l'Université Libre de Bruxelles. Les eurosceptiques seront-ils les grands vainqueurs des élections européennes du 25 mai ? Et la Belgique qui vote le même jour pour des législatives va-t-elle s'engouffrer une nouvelle fois dans une longue crise politique pour former un gouvernement ? 

media_precedent
    media_suivant

    MENU DE LA SEMAINE

    Au menu cette semaine, des asperges à la flamande.

    Elles symbolisent l'homme qui risque de marquer les élections législatives et européennes en Belgique le 25 mai prochain : Bart De Wever, ce nationaliste flamand qui fait très peur aux francophones, ressemble à une asperge après avoir perdu 30 kilos mais il risque de gagner les élections du 25 mai en Belgique. Est-ce le futur Premier ministre belge ?

    LA QUESTION VIDEO

    La question de la semaine est posée par Enora Palaric, membre des Jeunes Européens - France.

    "A Jeunes Européens - France, nous sommes des jeunes fédéralistes. Nous sommes très inquiets de la montée des extrêmes, notamment de celle du Front national en France. Nous appelons tous les jeunes à voter en faveur de partis pro-européens. Notre question, surtout, est de savoir ce que les partis prônent pour 2050. Alors, quelle est votre vision de l'Europe d'ici à 2050 ? "

    BREVES DE COMPTOIR

    "Bart De Wever a décidé de se présenter aux élections fédérales. Pour lui, cela lui servirait de levier pour aboutir, dans un premier temps, à ce qu'il appelle le confédéralisme, puis à ce qui est inscrit dans les statuts de son parti, l'indépendance de la Flandre."

    A propos des mouvements indépendantistes en Europe : "C'est un grand défi pour l'Union européenne parce que ça pose la question de la solidarité entre Etats, de la solidarité entre régions, et surtout, cela ouvrirait la boîte de Pandore sur les frontières des Etats membres de l'Union européenne."

    "Il n'y a pas vraiment de catégorie populiste. C'est devenu, il faut bien le dire, un concept un peu fourre-tout. Mais il y a un certain nombre d'éléments, notamment cette idée de la trahison du peuple - supposé homogène -  par les élites... qui est un discours assez facile. Il s'agit plutôt, je dirais, d'une posture politique."

    CARTE D'IDENTITE

    * Politologue
    * Membre du Centre d'étude de la vie politique (CEVIPOL)
    * Professeur à l'Université Libre de Bruxelles
    * Né à Bruxelles (Belgique)
    Et en partenariat avec La Libre Belgique.
    Imprimer cette page
    Envoyer cette page