Imprimer
envoyer à un ami

Henri Deleersnijder

Le Bar de l'Europe

Emission du
Dimanche 27 Avril 2014

Henri Deleersnijder

Henri Deleersnijder est politologue à l'Université de Liège. Ce spécialiste des populismes vient de publier "Démocraties en péril". Un livre d'actualité alors que l'on prévoit une impressionnante percée des populistes, eurosceptiques et autres extrémistes de droite aux élections européennes de mai prochain.

media_precedent
    media_suivant

    MENU DE LA SEMAINE

    Au menu cette semaine, des carottes.


    Les carottes sont-elles cuites pour l'Europe ? Pour les prochaines élections, on annonce l'entrée en force des eurosceptiques, europhobes et populistes au Parlement...

    LA QUESTION VIDEO

    La question de la semaine est posée par Sam Touzani, comédien, metteur en scène et auteur.

    Comme vous, je suis inquiet de cette montée terrible du populisme et du nationalisme. D'aucuns diraient même du national-populisme... c'est ce mot qui m'inquiète. Pourtant, je suis contre la culture de la peur. J'ai l'impression qu'en Europe, on est dans une espèce de culture de la peur. Celui qui est toujours stigmatisé, eh bien c'est l'autre, l'étranger, l'immigré, le musulman, le juif, le rom... toutes ces minorités ethniques et sexuelles qu'on montre du doigt. On ne retient malheureusement pas les leçons du passé. J'ai l'impression de retourner dans les années 1930.

    Le sentiment que j'ai, c'est que tous autant que nous sommes, nous sommes des étrangers. Seulement, il y en a qui le sont depuis un peu plus longtemps que d'autres, c'est tout. Alors, quand est-ce que l'Europe va décider de véritablement faire un travail pour amener le citoyen à une citoyenneté plus responsable ? Pourquoi ne pas créer une charte pour la citoyenneté, dans laquelle on parlerait de laïcité, de mixité, de parité, où on lutterait contre les injustices sociales ?

    BREVES DE COMPTOIR

    "Les prévisions sont toujours hasardeuses... surtout lorsqu'elles portent sur l'avenir."

    "Rien ne prouve que l'Europe soit un véritable échec. Peut-être faudrait-il réactiver son volet social, pour que les peuples puissent adhérer au projet européen, mis en place au sortir de la Deuxième Guerre mondiale pour préserver un espace de paix."

    "Face à ces mouvements nationaux-populistes, l'incantation 'c'est pas bien, c'est du fascisme', ça ne marche pas."

    CARTE D'IDENTITE

    * Historien
    * Spécialiste du populisme
    * Professeur à l'université de Liège
    * Né à Flémalle-Haute (Belgique)

    SON DERNIER LIVRE

    SON DERNIER LIVRE
    (cliquer sur l'image pour accéder à la description de l'ouvrage)
    Et en partenariat avec La Libre Belgique.
    Imprimer
    envoyer à un ami