Imprimer
envoyer à un ami

Justine Kasa-Vubu

Le Bar de l'Europe

Emission du
Dimanche 19 Janvier 2014

Justine Kasa-Vubu

Justine Kasa-Vubu est la fille du premier président congolais renversé par Mobutu en 1965. Cette opposante de longue date vient de participer aux concertations nationales en RDC qui devraient déboucher sur la formation d'un gouvernement d'ouverture. Joseph Kabila lui confiera-t-il un portefeuille ?

media_precedent
    media_suivant

    MENU DE LA SEMAINE

    Sur le bar cette semaine, un Matadi, un gâteau au chocolat qui porte le nom d'un important port congolais. Justine Kasa-Vubu aimerait bien sa part du gâteau et que Joseph Kabila partage le pouvoir dans son pays.
     

    LA QUESTION VIDEO

    La question de la semaine est posée par Marie-France Cros, spécialiste de l’Afrique à La Libre Belgique.
     
    "Madame Kasa-Vubu, vous vous êtes fait connaître, dans les années 90, comme représentante à Bruxelles de l’UDPS, le parti d’Etienne Tshisekedi, opposant à Mobutu. Vous êtes ensuite passée, avec armes et bagages, dans le camp Kabila, en devenant ministre puis ambassadeur de Laurent Kabila. Puis vous avez végété dans de petites formations, vous avez obtenu un score très bas aux élections présidentielles de 2006. On vous a vue réapparaitre cet été avant les concertations nationales et vous avez dit que vous y participeriez si on parlait des élections frauduleuses de 2011 (bien que les principaux partis de l’opposition n’y aient pas participé). On n’a pratiquement pas parlé de ces élections frauduleuses lors de ces concertations et néanmoins, on vous dit maintenant désireuse d’obtenir un poste dans le futur gouvernement de cohésion nationale qui a été annoncé comme imminent, il y a quelques mois, par le Président Kabila.
     
    Ma question est celle-ci : ne cherchez-vous pas tout simplement un poste ?"

    BREVES DE COMPTOIR

    "Le vrai problème aujourd'hui, c'est la situation de crise qui prévaut en République démocratique du Congo. Il y a une escalade dans la frustration nationale suite aux élections frauduleuses de 2011 et Kabila avait lui-même reconnu des irrégularités. Cette frustration a engendré un mécontentement général qui a cristallisé le pays."

    "Je pense que ce que nous attendons de l'Union européenne, c'est un accompagnement démocratique et l'Union européenne a aidé en aval alors que nous attendions son aide en amont. C'est-à-dire: quelles sont les conditions de la bonne gouvernance ? Est-ce que l'on respecte les aspirations du peuple congolais? Est-ce que l'on reconnaît les élections frauduleuses ? Ou bien, est-ce que l'on invite les autorités de Kinshasa à revoir justement ces échéances ?"

    "Je crois que pour avoir des corrompus, il faut un corrupteur et les Congolais n'ont pas été à l'école primaire de la corruption. Je pense qu'il y a des lobbies qui se sont distingués pour corrompre la classe politique afin que l'on puisse exploiter illégalement nos matières premières."

    CARTE D'IDENTITE

    *Présidente du Mouvement Des Démocrates
    *Fille du 1er Président du Congo
    *Opposante historique au Pdt Mobutu
    *Ex-ministre de Kabila père
    *Née à Léopoldville (Kinshasa)






    Et en partenariat avec La Libre Belgique.
    Imprimer
    envoyer à un ami