Imprimer
envoyer à un ami

Marc Tarabella

Le Bar de l'Europe

Emission du
Dimanche 8 Décembre 2013

Marc Tarabella

Marc Tarabella est député européen et l'avocat des consommateurs. Et il tire la sonnette d'alarme: dans le dossier de la lasagne à la viande de cheval, rien n'est réglé...

media_precedent
    media_suivant

    MENU DE LA SEMAINE

    Sur le bar cette semaine, une lasagne. Malgré le scandale alimentaire du début de l'année, lorsque de la viande de cheval avait été retrouvée dans des lasagnes, Marc Tarabella craint que rien n’ait été réglé.

    LA QUESTION VIDEO

    La question de la semaine est posée par Michel Vandenbosch, président de GAIA, l’association de défense des animaux.  

    "Depuis 1999, une recommandation européenne impose aux Etats membres, producteurs de foie gras, de chercher des alternatives au gavage, car les scientifiques de l’Union européenne ont conclu que cela fait souffrir les animaux.  Quel est le problème ? Les producteurs français de foie gras affirment que pour produire du foie gras, il faut appliquer la méthode de gavage, c’est-à-dire faire souffrir les canards.  

    Il existe des producteurs de foie gras qui appliquent des méthodes douces, sans gavage , mais ils ne peuvent pas appeler leur produit « foie gras ». Seriez-vous prêt à demander à la Commission européenne de prendre toutes les mesures nécessaires afin de permettre aux producteurs de foie gras utilisant les méthodes douces de pouvoir appeler leur produit « foie gras » et de répondre aux souhaits de leur clientèle ?"

    BREVES DE COMPTOIR

    "Les citoyens sont en droit de savoir aujourd’hui d’où viennent les ingrédients de leurs plats. Les ingrédients principaux en tout cas, car on ne peut pas non plus tout indiquer. C’est déjà le cas pour la viande de bœuf pour laquelle il faut noter le lieu d’abattage et le lieu de vie de l’animal."

    "Il y a une résistance très claire, notamment du monde de l’industrie agro-alimentaire, à vouloir aller plus loin dans l’étiquetage. Une grande majorité de l’industrie travaille très bien, quelques-uns sont peu scrupuleux et jettent le discrédit sur tout le monde."

    "Au niveau européen, nous avons déjà montré l’exemple pour aller vers un plus grand respect du bien-être animal. Quand on voit comment on produit ailleurs dans le monde, on n’a pas à rougir au niveau européen des progrès que nous avons faits."

    Imprimer
    envoyer à un ami