menu.title
TOUTES NOS RUBRIQUES
Imprimer
envoyer à un ami

Renaud Ronsse

Le Bar de l'Europe

Emission du
Dimanche 17 Novembre 2013

Renaud Ronsse

Renaud Ronsse est professeur et chercheur à l'UCL (Université Catholique de Louvain). Il travaille sur un projet européen de robot humanoïde destiné à intervenir sur des lieux de catastrophes comme Fukushima.

media_precedent
    media_suivant

    MENU DE LA SEMAINE

    Sur le bar cette semaine, un gâteau-robot. Ressemblera-t-il à l'humanoïde que Renaud Ronsse est en train de fabriquer? Ce gâteau a été fabriqué par une jeune designer, et Paul Germain n'a pas résisté à poser avec cet alléchant robot.

    LA QUESTION VIDEO

    La question de la semaine est posée par Sophie Devillers, journaliste à La Libre Belgique, notre partenaire. Elle a consacré un article à ce projet européen de robots.

    "J'aurais une question à vous poser à propos du Japon et des robots humanoïdes. Nous sommes tous fascinés par la capacité des Japonais à construire ces robots. Ils sont très ressemblants à l'homme: ils ont des cheveux, des traits humains et parfois ils peuvent même imiter nos mimiques. On a l'impression que par rapport aux robots japonais, nos robots européens sont très rudimentaires. Par rapport au Japon, l'Europe est-elle à la traîne en matière de robotique à forme humaine?"



     

    BREVES DE COMPTOIR

    "Tout devient beaucoup plus compliqué quand on voudrait que le robot puisse être capable de manipuler, de toucher les choses et de les déplacer. Des robots qui peuvent visualiser une scène, prendre des mesures, c'est relativement existant mais dès qu'il s'agit de manipuler et de bouger les objets, c'est beaucoup plus difficile. C'est vraiment cet objectif-là que nous voudrions atteindre dans le cadre du projet."

    "C'est vrai que les Japonais peuvent être impressionnants dans leur façon de faire que les robots ressemblent à l'homme. Dans les mimiques faciales, par exemple, cela va très loin. Nous (les chercheurs européens) avons une vision beaucoup plus fonctionnelle. Je crois que c'est principalement dû à notre bagage culturel. On voit le robot comme un outil. Mais en terme de manipulation et de locomotion, les choses que l'on fait dans les projets européens n'ont pas à rougir face aux Japonais."

    CARTE D'IDENTITE

    *Professeur à l'UCL (Université Catholique de Louvain)
    *Chercheur au Centre de recherche en énergie et mécatronique (CEREM)
    *Né à Liège
    Imprimer
    envoyer à un ami