menu.title
Imprimer
envoyer à un ami

Pierre Marcolini

Le Bar de l'Europe

Emission du
samedi 7 Avril 2012

Pierre Marcolini

Pierre Marcolini est un chocolatier belge "haute couture". Son chocolat, c'est du vrai, sans matières grasses végétales ajoutées, même si l'Europe a fini par les autoriser sous la pression des lobbies et de certains pays comme la Grande-Bretagne. En revanche, il approuve le Parlement européen qui veut mettre un terme au travail forcé des enfants dans les plantations de cacao.

Chargement du lecteur...

MENU DE LA SEMAINE

Pâques oblige, les oeufs en chocolat étaient à l'honneur sur le Bar cette semaine. D'un côté, une création Marcolini: 90 euros. De l'autre un oeuf industriel, vendu 3,25 euros en grandes surfaces. Est-ce le chocolat du riche contre le chocolat du pauvre?

LA QUESTION VIDEO

La question est posée par Barbara Goffin de Max Havelaar.

70% de la production mondiale de cacao vient d'Afrique de l'ouest, principalement de la Côte d'Ivoire et du Ghana. Les producteurs vivent avec moins de deux dollars par jour et dépendent de la culture de cacao pour vivre. Les enjeux auxquels ils font face sont la baisse de la qualité et de la productivité, une grande volatilité des prix et également le travail des enfants. On compte aujourd'hui 250 000 enfants victimes d'exploitation sur les plantations de cacao en Côte d'Ivoire. Le commerce équitable travaille sur les causes de ces problématiques en offrant un revenu minium garanti aux producteurs qui leur permet de prendre en main eux-mêmes leur avenir.
Malheureusement, en Belgique, LE pays du chocolat il n'y a qu'1% de part de marché de chocolat équitable. Nous aimerions que ça soit beaucoup plus, c'est pourquoi Max Havelaar a lancé une campagne "Soyons fiers de notre chocolat, choisissons le équitable". Et vous? Etes-vous fier du chocolat belge?

BREVES DE COMPTOIR

"Dans le monde du chocolat, les gens ont tendance à croire que tout le monde part à partir de la fève de cacao. Or beaucoup de chocolatiers travaillent aujourd'hui à partir de galets de chocolat, faits par des industriels. On est 15 en Europe à partir de la fève."

"Aujourd'hui, je suis à 5000 dollars la tonne de fèves, c'est-à-dire quatre fois plus haut que ce que la bourse offre, en direct avec la plantation. C'est pour ça que je vends mon chocolat à ce prix là, pour pouvoir me regarder en face, pour que les producteurs puissent en vivre, que les enfants des producteurs voient qu'il est possible d'en vivre."

A propos de la taxation sur la "malbouffe": "Il ne faut pas s'attaquer au chocolat. C'est plein d'anti-oxydants, il y a énormément de magnésium et il y a la notion de plaisir. C'est un des seuls produits où il y a un véritable langage universel."

CARTE D'IDENTITE

* Né à Charleroi (Belgique)
* Maître-chocolatier
* Champion du monde de pâtisserie (1995)

Imprimer
envoyer à un ami