menu.title
TOUTES NOS RUBRIQUES
Imprimer
envoyer à un ami

La fin de vie

Kiosque

Emission du
Dimanche 29 Juin 2014

La fin de vie

Voir l'émission en intégralité
Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.

LES THÈMES DE L'ACTUALITÉ

Les cas de V. Lambert et du Dr Bonnemaison ont secoué la France, l'occasion de comparer les façons d'envisager la fin de la vie ici ou là ;
Après l'échec de B. De Wever à former un gouvernement en Belgique, c'est à nouveau Louis Michel qui est nommé informateur du Roi ;
La justice égyptienne condamne 3 journalistes de la chaîne Al Jazeera à la prison ;
Un référendum non reconnu par les autorités chinoises se tient à Hong Kong
pour demander l'instauration du suffrage universel sur l'île ;
Enfin, sur la toile comme ailleurs, la coupe du monde de foot déchaîne les passions

La semaine de Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

  • Dilem
  • Dilem
  • Dilem
  • Dilem

Les correspondants invités cette semaine

Tamara Lui

Chine

Tamara Lui est journaliste indépendante, après avoir dirigé le bureau de Paris du quotidien Sing Tao, largement diffusé à Hong Kong, qui propose pas moins de 16 éditions à l'étranger à destination de la diaspora chinoise du monde entier

Michel Beuret

Suisse

Michel Beuret est grand reporter à la RTS (Radio télévision suisse). Spécialiste des relations sino-africaines, il est l'auteur de La Chinafrique, aux éditions Grasset

Akram Belkaïd

Algérie

Akram Belkaïd est journaliste pour de nombreuses publications, dont Le Quotidien d'Oran, le site Orient XXI ou le Monde Diplomatique. Il est l'auteur de Regard Calme sur l'Algérie, paru au Seuil 2005, de Être arabe aujourd'hui, chez Carnets Nord 2011 et de La France vue par un blédard, éditions du Cygne, 2012.
Akran Belkaïd également tient un blog Lignes quotidiennes, à lire ICI

Yann Mens

France

Yann Mens est le rédacteur en chef du service international du mensuel Alternatives économiques, après avoir dirigé Alternatives internationales, magazine de géopolitique, aujourd'hui disparu

Béatrice Delvaux

Belgique

Journaliste belge, Béatrice Delvaux est rattachée au journal francophone Le Soir. D'abord journaliste, puis responsable de l'économie, elle occupe ensuite la poste de rédactrice en chef jusqu'à début juin 2011. Elle est depuis éditorialiste en chef du journal.

Kichka

Kichka

Kichka

Kichka

Kichka

Kichka

Kichka

  • Kichka
  • Kichka
  • Kichka

À propos

Du bruit sur la Toile

Kroll

Kroll

Kroll

Kroll

Kroll

  • Kroll
  • Kroll

Journée mondiale de la liberté de la presse 2014

DILEM, l'un des 100 héros de l'information dans le monde

L'édito de Julien Brunn

Pour visionner l'édito, c'est ICI



Donc, la justice française devait trancher, toute cette semaine, des cas complexes, douloureux et graves ; des cas particuliers mais de portée générale :, gestation pour autrui, laïcité, euthanasie, fin de vie…

Sur la question de savoir si un médecin avait le droit, ou non, de « débrancher » un patient tétraplégique total et inconscient depuis 6 ans, le Conseil d’État, la plus haute juridiction de la justice administrative française, qui traite des questions impliquant l'État, avait répondu cette semaine : oui. Oui, le médecin est fondé à cesser l’alimentation et l’hydratation de son malade, mais de celui-là seulement (sur les 1500 environ qui sont à peu près dans le même état, en France)… jusqu’à ce que mort s’ensuive.

Or, coup de théâtre judiciaire : sitôt rendue publique, cette « décision » du Conseil d’État, et donc le geste définitif du médecin, étaient « suspendus », mais pas encore contredits, par la Cour européenne des droits de l’homme, en attendant que celle-ci juge sur le fond, la même affaire.

Pour ajouter à la complexité, cette Cour européenne, qui siège à Strasbourg, a ceci de particulier et de complexe qu’elle n’est justement pas européenne au sens « Union européenne » du terme. En sont membres par exemple la Russie, ou la Turquie, ou l’Ukraine, ou l’Albanie ; en tout 47 États, et non pas 28, qui ont accepté que leurs décisions puissent être « supra jugées » par 47 juges, un par pays signataire, à l’aune d’une Convention européenne, mais non de l’Union européenne, des droits de l’homme, qui date de 1950, quand l’Union n’existait pas encore.

L’article 6 de cette convention dispose que toute personne poursuivie doit avoir droit à un procès dans un délai « raisonnable ». On aurait pu y ajouter : et dans le cadre d’une justice à la complexité également « raisonnable ».


Julien Brunn

    Écrivez nous !

    Adressez nous vos messages d'encouragements, suggestions  ou critiques...

    Revoir

    Equipe

    Imprimer
    envoyer à un ami