/ / / / Nigéria, le monde contre Boko Haram
Imprimer
envoyer à un ami

Nigéria, le monde contre Boko Haram

Kiosque

Emission du
Dimanche 11 Mai 2014

Nigéria, le monde contre Boko Haram

Voir l'émission en intégralité
Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.

LES THÈMES DE L'ACTUALITÉ

Enlevées depuis un mois par les djihadistes de Boka Haram, le sort des 200 lycéennes nigérianes mobilisent désormais les énergies dans le monde entier ;
L'intégrité de l'Ukraine mise à mal
par la tenue de référendums sur l'autodétermination dans plusieurs villes de l'Est ;
L'Europe, et pas seulement elle, confrontée au départ vers la Syrie de jeunes hommes ou de jeunes femmes, tentés par la "guerre sainte" ;
Un jeune anglais exhorte à lâcher son portable et à "lever les yeux" de son écran ; résultat de son appel anti-réseaux sociaux : 35 millions d'amis virtuels !

La semaine de Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

  • Dilem
  • Dilem
  • Dilem
  • Dilem
  • Dilem

Les correspondants invités cette semaine

Marie-Roger Biloa

Marie-Roger Biloa dirige le groupe Africa international. Elle est également la rédactrice en chef du magazine Ici-Les gens du Cameroun

Zyad Limam

Tunisien d'origine, Zyad Limam est directeur d'Afrique Magazine, mensuel panafricain francophone qui scrute l'actualité de tout le continent et tire à 45 000 exemplaires.

Raluca Lazar

Roumanie

Raluca Lazar est la correspondante à Paris de la chaîne privée roumaine d'informations Antena 3. Elle envoie également ses chroniques à Europe FM, la plus grande radio généraliste privée de Roumanie, après avoir travaillé pour la radio publique  Radio Romania

Youri Kovalenko

Russie

Youri Kovalenko est le correspondant à Paris de l'hebdomadaire Kultura (La Culture) qui traite de la vie culturelle et politique en Russie et dans le monde.
Son parcours journalistique, qui l'aura vu quitter le fameux quotidien de Russie Izvestia, pour fonder Novye Izvestia, qui fit long feu, rejoindre alors le Russki Kourier, l'a vu  revenir, 20 ans après y avoir fait ses débuts, aux Izvestia, comme correspondant à Paris.
Il a publié de nombreux ouvrages sur l'histoire des Russes à Paris et dernièrement sur les peintres russes à Paris.

Kichka

Kichka

Kichka

Kichka

Kichka

  • Kichka
  • Kichka

À propos

Du bruit sur la Toile

Journée mondiale de la liberté de la presse 2014

DILEM, l'un des 100 héros de l'information dans le monde

L'édito de Julien Brunn

Pour visionner l'édito, c'est ICI


Donc, nostra culpa.


Nostra culpa à tous, pour un si long silence. Car l’acharnement du groupe armé islamiste nigérian Boko Haram contre des établissements scolaires ne date pas d’hier. Voici un bref aperçu de cet acharnement :


6 juillet 2013. Boko Haram attaque un lycée dans l’Etat de Yobé : 42 morts, et la plupart sont des élèves.

29 septembre 2013. Boko Haram attaque de nuit un autre collège, dans ce même Etat : 40 collégiens internes sont tués dans leur sommeil.


Et enfin, cet enlèvement, la semaine dernière, de 220 lycéennes.


Dans une vidéo dantesque, elles sont promises à la vente comme esclaves par le chef ricanant de Boko Haram, et c’est ce qui a enfin ému et la France, et la Grande-Bretagne, et les Etats-Unis, et même la Chine, et… nous tous.


C’est tardif, mais c’est mieux, quand même, que le silence absolu qui prévalait auparavant, et dont nous sommes aussi… complices. Boko Haram commettait ses crimes dans le brouillard d’une Afrique que parfois on préfère ne pas voir.

« Boko Haram » signifie : l’éducation « moderne », c’est mal, c’est un « pécher », c’est « Haram ». Derrière les airs de démence de son chef, Boko Haram frappe exactement là où ça fait mal : l’éducation, sans laquelle le monde s’enfonce dans la nuit, ou y replonge. Le rejet —­ religieux ­— de l’éducation est ici exacerbé, criminel, et plus exacerbé encore lorsqu’il s’agit de l’éducation des filles. Mais il faut aussi redouter un rejet silencieux, mais massif, de l’éducation, des garçons, et surtout des filles. Car quand ce rejet aura fait ses ravages, dans plusieurs décennies, il sera trop tard pour dire : nostra culpa.  



Julien Brunn

    Écrivez nous !

    Adressez nous vos messages d'encouragements, suggestions  ou critiques...

    Revoir

    Equipe

    / / / / Nigéria, le monde contre Boko Haram
    Imprimer
    envoyer à un ami