/ / / / Alstom, quand l'État s'en mêle…
Imprimer
envoyer à un ami

Alstom, quand l'État s'en mêle…

Kiosque

Emission du
Dimanche 4 Mai 2014

Alstom, quand l'État s'en mêle…

Voir l'émission en intégralité
Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.

LES THÈMES DE L'ACTUALITÉ

Alstom sera-t-elle rachetée par un groupe américain ou un groupe allemand ? D'économique, la question est devenue en France politique ;
Premiers morts en Ukraine,
après la riposte de Kiev à la série de prises de bâtiments officiels menée par les pro-russes ;
Où en est la démocratie irakienne ? Un élécteur sur deux a participé aux législatives qui devraient reconduire pour la 3ème fois le très controversé Premier ministre Maliki ;
Le canada à son tour touché par des affaires de crimes sexuels dans l'armée, après la France, les États-Unis, la Norvège ou l'Australie…
Enfin dans les stades la banane est devenue un symbole de la lutte contre le racisme après qu'Alves, de la Barça, a mangé celle qu'un spectateur raciste avait envoyée à ses pieds…

La semaine de Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

  • Dilem
  • Dilem
  • Dilem
  • Dilem
  • Dilem

Les correspondants invités cette semaine

Axel Krause

États-Unis

Axel Krause est le correspondant à paris de Transatlantic Magazine, après une longue carrière à Europe Magazine et au Herald Tribune, de Moscou à Paris. il est le Secrétaire de l'association de la presse anglo-américaine à Paris.
Axel Krause a publié plusieurs ouvrages dont Inside the New Europe, aux éditions Harpers Collins (1991) ; La Renaissance : voyage à l'intérieur de l'Europe, au Seuil (1992) ; Le système de la Réserve fédérale américaine, chez Notre Europe (1999) et il a réalisé un film documentaire Demain l'Europe ? coproduit par France 2

Martina Zimmermann

Allemagne

Martina Zimmermann est la correspondante de l'agence de presse confessionnelle allemande EPD. Elle collabore régulièrement, depuis Paris, aux nombreuses chaînes de radio et de télévision publiques allemandes de l'ARD.
Elle est l'auteure du chapitre "bilan de l'interdiction du voile en France" de l'ouvrage d'Alice Schwarzer Die Grosse Verschleierung, aux éditions Emma-Buch (Allemagne, 2010)

Mustapha Tossa

Maroc

Mustapha Tossa est le rédacteur en chef adjoint de Monte Carlo Doualiya, radio en arabe créée en 1972 et basée à Paris.

Ana Otasevic

Serbie

Ana Otasevic est la correspondante à Paris du quotidien serbe de référence, Politika, fondé en 1904 et le plus ancien journal des Balkans.

Noémi Mercier

Québec - Canada

Noémi Mercier est reporter au magazine québécois L'Actualité, le plus lu de la Belle province. Son tropisme scientifique l'amène aussi à collaborer à Québec Sciences, à Télé-Québec ou à tenir la chronique Pourquoi on… de Radio-Canada.
Noémi Mercier a reçu de nombreux prix internationaux de journalisme.

Kichka

Kichka

Kichka

Kichka

Kichka

  • Kichka
  • Kichka

À propos

Du bruit sur la Toile

Kroll

Kroll

Kroll

  • Kroll

Journée mondiale de la liberté de la presse 2014

DILEM, l'un des 100 héros de l'information dans le monde

L'édito de Julien Brunn

Pour visionner l'édito, c'est ICI



Donc, tout fout le camp : c’est en tout cas ce que pourrait se dire le Français qu’on appelle "moyen” à chaque fois qu’il apprend qu’une des grandes entreprises françaises passe sous un pavillon étranger, c’est-à-dire environ tous les trois, quatre ou dix ans, depuis une vingtaine d’années.


Et c’est précisément ce qui arrive à l’entreprise française aujourd’hui sous les feux de l’actualité industrielle et malheureuse, Alstom : trains et turbines, 20 milliards d’euros de chiffre d’affaires, 100 000 salariés dans le monde dont 20 000 en France, et dont la partie "énergie” — 70% de son activité, tout de même —, est à vendre et est convoitée par l’américain General electric, et, poussé par le gouvernement de gauche, l’allemand Siemens.


Alstom, c’est un peu le symbole de trente ans de glissades vers une France puissance… moyenne.


1981 : Nationalisation d’Alsthom par la gauche : mais, échec. Un peu plus tard : dénationalisation par la droite : échec. 2004 : renationalisation partielle, par la droite à nouveau, pour la protéger d’une saisie par l’Allemand Siemens, déjà : succès, mais provisoire, puisque 10 ans plus tard, son PDG est obligé de constater qu’Alstom n’est décidément pas assez gros pour survivre. Fin avril 2014: gesticulations diverses, et, sans doute, échec. 


Le nom d’Alstom, pourtant, raconte à lui seul 150 ans d’histoire, glorieuse, de l’industrie lourde... transnationale, et même, trans… continentale.

Alstom, c’est Als pour "Alsace”, où était né un fabricant français de locomotives, au 19ème siècle. Son usine se transporte à Belfort, où elle se trouve encore, pour cause de guerre perdue par la France contre l’Allemagne, en 1870.

Et Thom, avec un H à l’époque, c’était pour Thomson, une filiale de… on vous le donne en mille : de l’américain General Electric…

C’était il y a presqu’un siècle.

Comme quoi, tout fout le camp, mais aussi : rien ne se perd, rien ne se crée, même si tout change.


Julien Brunn

    Écrivez nous !

    Adressez nous vos messages d'encouragements, suggestions  ou critiques...

    Revoir

    Equipe

    / / / / Alstom, quand l'État s'en mêle…
    Imprimer
    envoyer à un ami