menu.title
TOUTES NOS RUBRIQUES
/ / / / Compétence universelle ?
Imprimer cette page
Envoyer cette page

Compétence universelle ?

Kiosque

Emission du
Dimanche 16 Mars 2014

Compétence universelle ?

Voir l'émission en intégralité
Chargement du lecteur...

LES THÈMES DE L'ACTUALITÉ

La condamnation d'un Rwandais en France pour génocide remet en lumière la notion juridique de compétence universelle ;
La Crimée
choisit le rattachement à la Russie, au terme d'un référendum très contesté ;
La mort d'un jeune manifestant de Taksim après un long coma réveille la rue stanbuliote ;
Enfin, une poupée aux mensurations normales sur les étals, financée par des fonds participatifs obtenus sur internet a fait cette semaine du bruit sur la toile…

La semaine de Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

  • Dilem
  • Dilem
  • Dilem
  • Dilem
  • Dilem
  • Dilem

Les correspondants invités cette semaine

Madeleine Mukamabano

Rwanda

Madeleine Mukamabano est journaliste spécialiste de l'Afrique. Elle a notamment animé l'émission Le débat africain sur RFI ou encore Panorama sur France culture.
Elle collabore à de très nombreuses publications et médias audiovisuels.
Elle est l'auteur de Rwanda : des étoiles éteintes, chez Denoël

Alla Lazareva

Ukraine

Alla Lazareva est la correspondante de l'hebdomadaire ukrainien Ukrainski Tyzhden, la semaine ukrainienne.
Elle est également l'auteure d'un ouvrage sur l'entreprise russe Gazprom : Gazprom, le nouvel empire, aux éditions Les petits matins disponible ICI
Alla Lazareva est la fondatrice d'une association de défense de la liberté de la presse en Ukraine.

Mustapha Tossa

Maroc

Mustapha Tossa est le rédacteur en chef adjoint de Monte Carlo Doualiya, radio en arabe créée en 1972 et basée à Paris.

Colette Braeckman

Belgique

Colette Braeckman travaille pour le quotidien Le soir de Bruxelles, où elle traite de l'actualité africaine et collabore au Monde diplomatique
Elle a publié de nombreux ouvrages sur l'Afrique centrale, notamment le Congo et le Rwanda, et publie un blog à découvrir ICI

Mine Kirikkanat

Turquie

Après Radikal ou Vatan, c'est désormais au quotidien turc de référence Cumhuryiet que Mine Kirrikanat envoie ses chroniques et éditoriaux jugés parfois trop impertinents, ce qui lui a valu un nombre record de procès en Turquie.
Mine Kirrikanat est l'auteure de plusieurs romans, nouvelles et essais en Turquie. Elle a également publié en France L'Autre nom de la Rose, chez E-Dit (2000) ; Le Palais aux mouches, chez L'Harmattan (1995) ; La malédiction de Constantin, chez Métaillé (2006) qui a connu un grand succès, tout comme son dernier ouvrage Le sang des Autres, toujours chez Métaillé

Kichka

Kichka

Kichka

Kichka

Kichka

Kichka

Kichka

  • Kichka
  • Kichka
  • Kichka

À propos

Du bruit sur la Toile

Lammily, la poupée aux mensurations normales

Ils sont détenus en Syrie depuis juin 2013, ne les oublions pas !

L'édito de Julien Brunn

Pour visionner l'édito, c'est ICI



Donc, c’était il y a vingt ans, à quelques semaines près.

D’avril à juillet 1994, on le sait, 800 000 personnes ont été massacrées au Rwanda sous le regard d’un monde, France comprise, impuissant, voire, selon les analyses, complice.



Deux communautés, réelles, ancestrales, ou fantasmées, fabriquées par le colonialisme, toujours selon les différentes analyses, mais en tous cas deux communautés, y cohabitent et s’y opposaient depuis plusieurs décennies, car les génocides n’arrivent jamais dans un ciel serein.


Les rivières du Rwanda charriaient les corps de 20 000 suppliciés, écrivait le journaliste français de l’époque, pour ses lecteurs français, comme Claude Brasseur dans cette « Bande à part » de Jean-Luc Godard… en 19…64. Trente ans avant le sommet dans l’horreur génocidaire de 1994.


Or voici que les méandres compliqués de la justice internationale et de la compétence universelle ou extraterritoriale autoproclamée de la justice française, ont amené un accusé rwandais de ce génocide rwandais devant six jurés français, tirés au sort, comme il est d’usage pour les cours d’assises… françaises. Il avait été arrêté en France : c’était le seul élément qui justifiait que la justice française soit saisie.


Les six jurés avaient cependant la possibilité de se déclarer en quelque sorte « incompétents » en glissant un jeton blanc dans l’urne au moment du vote. Ils ne l’ont pas fait et ont voté : coupable.


C’est peut-être dommage, car si la justice internationale est un incontestable progrès pour le monde, la multiplication de ces justices nationales à compétences universelles risque, à vouloir trop bien faire, de ruiner ce progrès



Julien Brunn

    Écrivez nous !

    Adressez nous vos messages d'encouragements, suggestions  ou critiques...

    Revoir

    Equipe

    / / / / Compétence universelle ?
    Imprimer cette page
    Envoyer cette page