/ / / / Accord à Genève sur le nucléaire iranien
Imprimer
envoyer à un ami

Accord à Genève sur le nucléaire iranien

Kiosque

Emission du
Dimanche 24 Novembre 2013

Accord à Genève sur le nucléaire iranien

Voir l'émission en intégralité
Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.

LES THÈMES DE L'ACTUALITÉ

Le second round de négociations entre les 5+1 et l'Iran a accouché d'un accord sur le nucléaire ;
frémissements à l'Onu et en France sur la Centrafrique, à feu et à sang, qui pourrait faire l'objet d'une intervention ;
on connaît désormais les 32 équipes qui feront le voyage à Rio pour disputer la Coupe du monde de foot ;
il y a 50 JF Kennedy était assassiné à Dallas ;
du bruit sur la toile : En Arabie Saoudite, des jeunes décident de distribuer des "câlins gratuits" et sont interpellés…

La semaine de Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

  • Dilem
  • Dilem
  • Dilem
  • Dilem
  • Dilem

Les correspondants invités cette semaine

Alain Gresh

France

Figure du Monde Diplomatique, Alain Gresh collabore maintenant au site d'informations  OrientXXI.
Spécialiste du Proche-Orient, il est l'auteur de Israël-Palestine, Vérités sur un conflit, (2001-Fayard), L'Islam, la République et le monde, (2004-Fayard)), 1905-2005 : les enjeux de la laïcité, (2005-L'Harmattan) et De quoi la Palestine est-elle le nom ? (2010-Les Liens qui Libèrent). Il est également coauteur avec Dominique Vidal des 100 portes du Proche-Orient, chez L'Atelier (1996) et avec Tariq Ramadan de L'Islam en question, chez Actes Sud (2000)

Hamdam Mostafavi

Iran

Hamdam Mostafavi décrypte la société iranienne pour le magazine Courrier International.
Elle y est également la responsable du site internet, à consulter ICI et d'un site consacré au cinéma.
Hamdam Mostafavi tient également chronique au sein des radios France Culture et France Info.

Louis Keumayou

Cameroun

Louis Keumayou est le président du Club de l'information africaine (à découvrir ICI),
après avoir dirigé l'APPA (l'Association de la presse panafricaine) collaboré à Télésud, chaîne généraliste francophone à vocation panafricaine ou au quotidien camerounais Le Messager, premier journal privé camerounais à traiter la vie politique du pays.

Elaine Sciolino

États-Unis

Depuis plus de 30 ans, Elaine Sciolino envoie de Paris chroniques et articles pour le New York Times, pour lequel elle couvre tous les domaines, de la diplomatie la plus aride à l'art de vivre.
Elaine Sciolino est l'auteur de plusieurs livres, dont "Persian mirrors" qui lui a valu plusieurs prix et, plus récemment, "La séduction, comment les Français jouent au jeu de la vie" désormais traduit en français par les Presses de la cité.
Pour tout savoir sur Elaine Sciolino, son site personnel à visiter ICI

Joav Toker

Israël

Après avoir longtemps couvert le continent européen pour la Première (publique) et la 10e (privée) chaîne de la télévision israélienne, Joav Toker y poursuit ses collaborations. Il écrit également pour le magazine politique Koteret, le quotidien économique Globes et il enseigne à l'université américaine de Paris, ainsi qu'à la Sorbonne, les relations internationales.

Kichka

Kichka

Kichka

Kichka

Kichka

  • Kichka
  • Kichka

À propos

Kroll

Kroll

Kroll

  • Kroll

L'édito de Julien Brunn

Pour visionner l'édito, c'est ICI




Donc, à Genève, entre les cinq du Conseil de sécurité de l’Onu, plus l’Allemagne, d’un côté, et l’Iran, de l’autre, on a négocié « ferme ».

Ou mou.

Ferme, vous dira la chef de la diplomatie européenne ; mou, trop mou, vous dira au contraire le Premier ministre israélien.


Mais, au fait, pourquoi les Iraniens ne sont-ils pas tout simplement maîtres chez eux de faire du nucléaire militaire, ou pas, si ça leur chante ? Pourquoi leur faut-il « négocier » ?


Parce que le Traité. Tout est là : au commencement était le « Traité », le TNP, Traité de non prolifération nucléaire : l’Iran l’a signé, puis ratifié. C’était en 1968 et c’était l’Iran du Shah, c’est vrai ; mais en 1979, l’Iran des Ayatollah ne l’a pas dénoncé. Et donc, le traité court toujours.


Seuls trois grands pays n’ont pas signé ce fameux traité : le Pakistan, l’Inde, et bien sûr, Israël. On peut regretter qu’ils aient la bombe – qu’ils le reconnaissent ou non –, mais personne ne peut leur reprocher de l’avoir fabriquée en violation d’un traité qu’ils auraient signé. L’idée du Traité était la suivante : ceux qui ont déjà la bombe aident ceux qui ne l’ont pas à se doter de nucléaire civil, en échange de quoi ceux-ci renoncent au nucléaire militaire. Sous peine de sanctions.


Si l’Iran, avec l’aide légale des États-Unis d’abord, puis de l’Union soviétique, et enfin de la Russie, a du nucléaire civil, c’est grâce au Traité ; et si on peut le soupçonner de tenter de passer en douce du civil au militaire, c’est à cause au Traité, car ce serait en douce au regard et en violation dudit traité.


Et voilà pourquoi votre fille est muette et pourquoi, surtout, on a négocié, ferme ou mou, au choix, à Genève.


Julien Brunn

    Écrivez nous !

    Adressez nous vos messages d'encouragements, suggestions  ou critiques...

    Revoir

    Equipe

    / / / / Accord à Genève sur le nucléaire iranien
    Imprimer
    envoyer à un ami