menu.title
TOUTES NOS RUBRIQUES
/ / / / Des symboles et des frondes
Imprimer cette page
Envoyer cette page

Des symboles et des frondes

Kiosque

Emission du
Dimanche 17 Novembre 2013

Des symboles et des frondes

Voir l'émission en intégralité
Chargement du lecteur...

LES THÈMES DE L'ACTUALITÉ

La fronde des "bonnets rouges" en France regroupe plusieurs mouvements de mécontentement social ;
L'Allemagne, bonne ou mauvaise élève de la zone euro ?
Les deux ! Le pays vient d'être épinglé pour cause de balance commerciale excédentaire…
Le chili
sans surprise s'apprête à réélire Michelle Bachelet à sa tête et remet ainsi le cap à gauche ;
Du bruit sur la toile :
porte-drapeau du courant des "white supremacists" américains, Craig Cobb découvre en direct que du sang noir coule dans ses veines

La semaine de Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

Dilem

  • Dilem
  • Dilem
  • Dilem
  • Dilem
  • Dilem

Les correspondants invités cette semaine

Paola Martinez Infante

Chili

Paola Martinez Infante est une journaliste indépendance chilienne. Longtemps correspondante à Paris de la radio indépendante Radio Biobio, elle réalise également des documentaires. Au Chili, elle a collaboré à des émissions très éclectiques telles Gato por Liebre, Plan Z ou El Factor Humano.

Trung Dung Vo

Viêt-Nam

Trung Dng Vo est un journaliste indépendant d'origine vietnamienne. Après des études de lettres et de philosophie, il devient photoreporter et journaliste pour le compte de diverses agences, jusqu'en 2005. Aujourd'hui, il écrit essentiellement pour Tuoi-Tre (Viêt-Nam), mais tourne aussi des reportages pour France 2 ou ARD (Allemagne).

Ana Navarro Pedro

Portugal

À Paris, Ana Navarro Pedro a travaillé comme envoyée spéciale permanente de Publico, le grand quotidien portugais, pendant 15 ans. Elle  travaillait auparavant pour l'hebdomadaire, Expresso.
Elle a désormais rejoint la rédaction de l'hebdomadaire Visao, un magazine généraliste - sorte de Newsweek portugais - qui est le deuxième plus lu du pays.
Elle y publie chroniques et reportages sur la société française ou la vie politique du pays. 

Raluca Lazar

Roumanie

Raluca Lazar est la correspondante à Paris de la chaîne privée roumaine d'informations Antena 3. Elle envoie également ses chroniques à Europe FM, la plus grande radio généraliste privée de Roumanie, après avoir travaillé pour la radio publique  Radio Romania

Michel Visart

Belgique

Michel Visart est chroniqueur économique pour la RTBF, la radio-télévision belge francophone. De Bruxelles, il décrypte aussi les rouages de l'Europe

Kichka

Kichka

Kichka

Kichka

Kichka

  • Kichka
  • Kichka

À propos

Le typhon Haiyan a ravagé les Philippines

Espagne

Espagne

Belgique

Belgique

Autriche

Autriche

Singapour

Singapour

Australie

Australie

Philippines

Philippines

États-Unis

États-Unis

Haïti

Haïti

  • Espagne
  • Belgique
  • Autriche
  • Singapour
  • Australie
  • Philippines
  • États-Unis
  • Haïti

Kroll

Kroll

Kroll

  • Kroll

L'édito de Julien Brunn

Pour visionner l'édito, c'est ICI



Donc, la France, cet automne, a la tête près du bonnet.




Les coups de colère se multiplient. Et aussi, les coups de com’. Car la colère ne suffit pas. Il faut aussi savoir la communiquer : un peu de casse, bien sûr, c’est classique, et aussi… un bon symbole.


Le bonnet rouge, de ce point de vue, fut un petit coup de génie.


Certes, la communication par le symbole n’est pas nouvelle. L’humanité porte sa croix du symbole (la croix : un sacré coup de génie, aussi) depuis pas mal de temps. Les rois de France avaient la fleur de lys, et la révolution mondiale, son drapeau rouge, sans parler du bonnet… phrygien. On a eu droit aussi plus récemment à l’œillet de la révolution portugaise, aux couleurs qui ont fleuri à l’Est après la chute du mur, – comme l’orange en Ukraine.


Et tout d’un coup, en France, les symboles croissent et se multiplient.


Il y a d’abord eu les « pigeons », patrons de start ups qui ne voulaient pas se faire pigeonner… au moment de la revente de leur entreprise, et… surprise, après un très beau succès médiatique… le coup du pigeon a marché : l’État a retiré son impôt. Du coup, chacun cherche son grigri pour l’agiter devant les caméras de télévisions, et donc sous le nez du gouvernement, et obtenir une suppression de leur imposition, ou au moins une suspension.


On en est là avec le bonnet rouge : à la suspension. Il avait déjà servi contre l’augmentation du papier timbré, impôt royal, en 1675. Et voilà que le même bonnet rouge permet d’obtenir une suspension d’une écotaxe, taxe dite écologique, pourtant votée à l’unanimité du Parlement.

Mais il faut croire que depuis le vert, que l’écologie a choisi comme couleur symbolique, a pâli et ne fait plus le poids devant le rouge tricoté, couleur révoltée. 


Julien Brunn

    Écrivez nous !

    Adressez nous vos messages d'encouragements, suggestions  ou critiques...

    Revoir

    Equipe

    / / / / Des symboles et des frondes
    Imprimer cette page
    Envoyer cette page