menu.title
TOUTES NOS RUBRIQUES
/ / / / Bangladesh, tous responsables ?
Imprimer
envoyer à un ami

Bangladesh, tous responsables ?

Kiosque

Emission du
Dimanche 5 Mai 2013

Bangladesh, tous responsables ?

media_precedent
    media_suivant

    LES THÈMES DE L'ACTUALITÉ

    La mort de quelque 600 ouvriers du textile bangladais, surtout des femmes et des enfants, dans l'écroulement de l'usine où étaient fabriqués les vêtements bon marché achetés par les pays du nord ;
    Les Pays-Bas ont fêté le couronnement de leur nouveau roi, Willem-Alexander,  ;
    Après un an au pouvoir, le président français, critiqué à droite comme à gauche est au plus bas dans les sondages ;
    enfin, il y a 45 ans, mai 68 éclatait à Paris

    La semaine de Dilem

    Dilem

    Dilem

    Dilem

    Dilem

    Dilem

    Dilem

    Dilem

    Dilem

    Dilem

    Dilem

    • Dilem
    • Dilem
    • Dilem
    • Dilem
    • Dilem

    Les correspondants invités cette semaine

    Alexandra Szacka

    Canada

    Alexandra Szacka est journaliste pour la chaîne de télévision publique et francophone Radio-Canada. Après la Russie, Alexandra Szacka fut correspondante pour l'Europe. Ses reportages lui ont valu plusieurs récompenses internationales

    Juan Pedro Quiñonero

    Espagne

    Juan Pedro Quiñonero est écrivain et journaliste. Il est le correspondant du quotidien madrilène ABC et travaille pour la radio et la télévision. Sa carrière l'a conduit de Moscou à Bruxelles, mais c'est à Paris, où il a passé son enfance, qu'il s'est finalement installé et d'où il nourrit un blog
    http://unatemporadaenelinfierno.net/

    Hanane Harrath

    Maroc

    Hanane Harrath est une journaliste indépendante marocaine, qui s'intéresse notamment à la vie politique et plus particulièrement à l'histoire des religions.
    Elle travaille actuellement à un essai critique, Le féminisme islamique et à Histoire, Dictionnaire et Anthologie des femmes musulmanes (chez Robert Laffont).

    Vadim Glusker

    Russie

    Vadim Glusker est le correspondant pour l'Europe de la chaîne privée russe NTV.

    Lara Marlowe

    Irlande

    Lara Marlowe est la correspondante à Paris du quotidien de référence irlandais The Irish Times pour lequel elle a aussi couvert, comme grand reporter, de nombreux conflits, de l'ex-Yougoslavie au Liban, de l'Irak à l'Afghanistan.
    Lara Marlowe est l'auteure de The Things I've Seen, nine lives of a foreign correspondent (2010) ici et Painted with words (2011) tous deux chez Liberties Press

    Louis Keumayou

    Cameroun

    Louis Keumayou est le président du Club de l'information africaine (à découvrir ICI),
    après avoir dirigé l'APPA (l'Association de la presse panafricaine) collaboré à Télésud, chaîne généraliste francophone à vocation panafricaine ou au quotidien camerounais Le Messager, premier journal privé camerounais à traiter la vie politique du pays.

    Kichka

    Kichka

    Kichka

    Kichka

    Kichka

    Kichka

    Kichka

    Kichka

    Kichka

    • Kichka
    • Kichka
    • Kichka
    • Kichka

    À propos

    Kroll

    Kroll

    Kroll

    • Kroll

    Exposition LE ROI ET SON BOUFFON par Kroll à Bruxelles

    Du 13 avril au 13 juin 2013

    À L'Espace Wallonie
    Rue du Marché aux Herbes, 25-27
    1000 Bruxelles
    Tel : 00-32-2/506 43 40

    Toutes les informations utiles
    ICI

    À la marge

    La journée internationale de la liberté de la presse

    La Stampa italienne publie un cahier spécial, LE DEVOIR DE RACONTER

    La Stampa italienne publie un cahier spécial, LE DEVOIR DE RACONTER

    Le Manila Standard Today des Philippines déplore que le pays reste parmi les trois pires pour les assassinats de journalistes

    Le Manila Standard Today des Philippines déplore que le pays reste parmi les trois pires pour les assassinats de journalistes

    Pour La Nouvelle Tribune, la liberté de la presse recule au Bénin

    Pour La Nouvelle Tribune, la liberté de la presse recule au Bénin

    Le rapport 2013 de Reporters sans Frontières sur la liberté de la presse dans le monde. Consultez le classement par pays

    Le rapport 2013 de Reporters sans Frontières sur la liberté de la presse dans le monde.
    Consultez le classement par pays

    • La Stampa italienne publie un cahier spécial, LE DEVOIR DE RACONTER
    • Le Manila Standard Today des Philippines déplore que le pays reste parmi les trois pires pour les assassinats de journalistes
    • Pour La Nouvelle Tribune, la liberté de la presse recule au Bénin
    • Le rapport 2013 de Reporters sans Frontières sur la liberté de la presse dans le monde. Consultez le classement par pays

    Prix Samir Kassir pour la liberté de la presse

    Pour la 8ième année l'Union européenne décerne le Prix Samir Kassir pour la liberté de la presse.
    Ce prix est un hommage au combat de Samir Kassir pour la liberté de la presse et la liberté d'expression, combat qui lui a coûté la vie. Son parcours et son courage continuent d'être une source d'inspiration pour tous les journalistes.

    L'édito de Julien Brunn

    Pour visionner l'édito, c'est ICI



    Syndicalisme, une mondialisation de retard


    Donc, le travail a repris.



    Les quelque trois millions d’ouvriers, et surtout d’ouvrières, bangladais ont retrouvé — bien obligés ! — le chemin des usines textiles qui les emploient pour environ… trente euros par mois, moins qu’en Chine, a-t-on appris après la catastrophe en lisant les journaux. Exactement comme le nouveau Pape François, qui a lui aussi découvert par la presse, a-t-il dit, le « travail d’esclave » qui a cours au Bangladesh.


    Sauf qu’il ne s’agit justement pas d’esclaves, mais bien d’ouvriers et d’ouvrières — d’ouvriers salariés, qui seraient bien désespérés si on leur annonçait demain que leur emploi était supprimé parce que, finalement, leurs conditions de travail ont heurté la conscience des consommateurs du monde.


    D’où ces mots de cette syndicaliste bangladaise, dont on aurait intérêt à retenir le nom, Kalpona Akter, et le visage : « Le Bangladesh doit réformer son appareil productif, a-t-elle dit, avant que les fashionistas — c’est-à-dire vous et moi — ne renoncent à porter des robes… tachées de sang. »


    La voici, Kalpona Akter, en meeting avant la catastrophe de la semaine dernière, mais après celle de l’année dernière, où plus de cent ouvriers, et là encore principalement des ouvrières, avaient péri dans l’incendie de leur usine dépourvue d’issues de secours. Elle militait sans relâche pour que les donneurs d’ordres occidentaux signent au moins avec les fabricants locaux une charte… anti incendie. Elle peut maintenant ajouter : et une charte anti mauvais béton, et bien d’autres encore.


    Voici un autre visage du syndicalisme bangladais naissant : c’est celui d’Aminul Islam. Il se battait pour la même cause — la charte anti incendie — que Kalpona Akter. Il y a tout juste un an, on l’a retrouvé assassiné, et ses assassins courent toujours, bien sûr.


    On ne l’avait d’ailleurs pas lu, à l’époque… dans les journaux.



    Julien Brunn

      Écrivez nous !

      Adressez nous vos messages d'encouragements, suggestions  ou critiques...

      Revoir

      Equipe

      / / / / Bangladesh, tous responsables ?
      Imprimer
      envoyer à un ami