menu.title
TOUTES NOS RUBRIQUES
/ / / / Prise d'otages au Cameroun
Imprimer cette page
Envoyer cette page

Prise d'otages au Cameroun

Kiosque

Emission du
Dimanche 24 Février 2013

Prise d'otages au Cameroun

media_precedent
    media_suivant

    LES THÈMES DE L'ACTUALITÉ

    Une famille française a été prise en otage au Cameroun, ce qui porte à 15 au total les Français otages dans le monde ;
    L'Espagne dans la tourmente, où à la crise économique devenue crise sociale, s'ajoute une crise politique et institutionnelle ;
    L'échange épistolaire entre le patron du groupe Titan très critique à l'égard des travailleurs français et le Ministre du redressement productif ;
    il y a 80 ans, les États-Unis renonçaient à la prohibition…

    La semaine de Dilem

    Dilem

    Dilem

    Dilem

    Dilem

    Dilem

    Dilem

    Dilem

    Dilem

    • Dilem
    • Dilem
    • Dilem
    • Dilem

    Les correspondants invités cette semaine

    Axel Krause

    États-Unis

    Axel Krause est le correspondant à paris de Transatlantic Magazine, après une longue carrière à Europe Magazine et au Herald Tribune, de Moscou à Paris. il est le Secrétaire de l'association de la presse anglo-américaine à Paris.
    Axel Krause a publié plusieurs ouvrages dont Inside the New Europe, aux éditions Harpers Collins (1991) ; La Renaissance : voyage à l'intérieur de l'Europe, au Seuil (1992) ; Le système de la Réserve fédérale américaine, chez Notre Europe (1999) et il a réalisé un film documentaire Demain l'Europe ? coproduit par France 2

    Mine Kirikkanat

    Turquie

    Après Radikal ou Vatan, c'est désormais au quotidien turc de référence Cumhuryiet que Mine Kirrikanat envoie ses chroniques et éditoriaux jugés parfois trop impertinents, ce qui lui a valu un nombre record de procès en Turquie.
    Mine Kirrikanat est l'auteure de plusieurs romans, nouvelles et essais en Turquie. Elle a également publié en France L'Autre nom de la Rose, chez E-Dit (2000) ; Le Palais aux mouches, chez L'Harmattan (1995) ; La malédiction de Constantin, chez Métaillé (2006) qui a connu un grand succès, tout comme son dernier ouvrage Le sang des Autres, toujours chez Métaillé

    Juan Pedro Quiñonero

    Espagne

    Juan Pedro Quiñonero est écrivain et journaliste. Il est le correspondant du quotidien madrilène ABC et travaille pour la radio et la télévision. Sa carrière l'a conduit de Moscou à Bruxelles, mais c'est à Paris, où il a passé son enfance, qu'il s'est finalement installé et d'où il nourrit un blog
    http://unatemporadaenelinfierno.net/

    Marie-Roger Biloa

    Marie-Roger Biloa dirige le groupe Africa international. Elle est également la rédactrice en chef du magazine Ici-Les gens du Cameroun

    Youri Kovalenko

    Russie

    Youri Kovalenko est le correspondant à Paris de l'hebdomadaire Kultura (La Culture) qui traite de la vie culturelle et politique en Russie et dans le monde.
    Son parcours journalistique, qui l'aura vu quitter le fameux quotidien de Russie Izvestia, pour fonder Novye Izvestia, qui fit long feu, rejoindre alors le Russki Kourier, l'a vu  revenir, 20 ans après y avoir fait ses débuts, aux Izvestia, comme correspondant à Paris.
    Il a publié de nombreux ouvrages sur l'histoire des Russes à Paris et dernièrement sur les peintres russes à Paris.

    Kichka

    Kichka

    Kichka

    Kichka

    Kichka

    Kichka

    Kichka

    Kichka

    Kichka

    • Kichka
    • Kichka
    • Kichka
    • Kichka

    À propos

    L'édito de Julien Brunn

    Pour visionner l'édito, c'est ICI



    Dérégulation de la guerre



    Donc, voici maintenant des enfants.



    Ce n’est pas la première fois que des enfants sont enlevés, certes, mais quand même : quels que soient les auteurs de cet enlèvement au Cameroun, qu’ils soient crapuleux ou djihadistes — lesquels du reste ne sont jamais très éloignés les uns des autres dans cette région —, ils font franchir une nouvelle étape dans la dérégulation mondiale des conflits. Dérégulation qui nous fait, à nouveau, descendre chaque semaine un peu plus dans l’horreur.


    Au point que sur une semaine, on ne sait plus où donner de la tête, où donner de l’indignation : au Cameroun donc, où ces quatre enfants ont été enlevés avec leurs parents — et toujours pas libérés ? Ou en Syrie, à Damas, où en marge des bombardements des uns contre les autres, des attentats ont fait jeudi 80 morts civils d’un coup ? Dont des enfants forcément… Ou en Inde : une quinzaine de morts civils ? Ou au Pakistan : 80 morts civils, d’un seul coup d’explosif ?


    Qu’il s’agisse de guerres civiles larvées comme au Pakistan entre sunnites et chiites, ou de guerres « serpent de mer » entre des États, d’un côté, et des mouvances — en l’occurrence islamistes, comme désormais au Sahel, de l’autre, ces conflits ont pris, insensiblement, au fil des années, cette tournure dérégulée, sauvage, dans laquelle nous nous sommes installés, et qui donne en France, par exemple, cette litanie hebdomadaire à la fin du journal de la télévision publique :


    Quinze français sont retenus dans le monde, nous ne les oublions pas…


    Comme dit Brel : on n’oublie rien, on s’habitue, c’est tout…

    Même à l’horreur.




    Julien Brunn

      Écrivez nous !

      Adressez nous vos messages d'encouragements, suggestions  ou critiques...

      Revoir

      Equipe

      / / / / Prise d'otages au Cameroun
      Imprimer cette page
      Envoyer cette page