menu.title
Accueil / Programmes / Revoir nos émissions / Kiosque / La Grèce au centre du monde
Imprimer
envoyer à un ami

La Grèce au centre du monde

Kiosque

Emission du
Dimanche 6 Novembre 2011

La Grèce au centre du monde

media_precedent
    media_suivant

    LES THÈMES DE L'ACTUALITÉ

    Un G20 presque entièrement consacré à démêler le vrai du faux des manœuvres politiques du président grec face à une crise de la dette qui touche désormais l'Italie.
    L'UNESCO accueille la Palestine ; Israël et les États-Unis coupent leur part du financement de cette institution onusienne.
    Sept milliards d'humains, un nouveau cap démographique qui réjouit et inquiète.
    Les locaux de Charlie-Hebdo, le journal satirique français, sont incendiés à Paris.

    La semaine de Dilem

    Dilem

    Dilem

    Dilem

    Dilem

    Dilem

    Dilem

    Dilem

    Dilem

    Dilem

    Dilem

    • Dilem
    • Dilem
    • Dilem
    • Dilem
    • Dilem

    Les correspondants invités cette semaine

    Alberto Toscano

    Italie

    Alberto Toscano après avoir collaboré comme correspondant en France à quelques uns des titres prestigieux de la presse italienne est aujourd'hui éditorialiste pour l'agence de presse italienne AGA.
    Alberto Toscano est l'auteur de plusieurs ouvrages publiés en Italie. En France, il a écrit France-Italie. Coups de tête, coups de cœur, aux éditions Taillandier (2006) ; Critique amoureuse des Français chez Hachette littératures (2009) ou
    Vive l'Italie. Quand les Français se passionnaient pour l'unité italienne chez Armand Colin (2010)et Ces gaffeurs qui nous gouvernent, chez Fayard, 2011

    Zeina El Tibi

    Liban

    Zeina El Tibi dirige le bureau en France d'Al Ayam, le mensuel libanais francophone et arabophone. Elle collabore aussi à Arab News.
    Elle est l'auteure de plusieurs ouvrages, dont Présence de l'Islam (collectif, 1983) ; La francophonie et le dialogue des cultures éditions L'Âge d'homme, 2001 ; Le Québec, l'Amérique en français, chez Idlivre, 2002 ; et aux éditions OEG-Études géopolitiques : L'Arabie saoudite à l'épreuve des temps modernes, 2004 ; L'eau, nouvel enjeu géopolitique, 2005 ; Djibouti au cœur de la géopolitique de la corne de l'Afrique, 2005 et Géopolitique du Soudan en 2006 

    Christian Rioux

    Québec

    Christian Rioux tient une chronique au Devoir avec pour terrain d’aventure l’Europe et la francophonie.
    Il est l'auteur d'un recueil de poèmes,  Les Années Temporaires, Ecrits des Sorges, Québec, 2002 et d'un essai,  Voyage à l'intérieur des petites nations, Boréal, Montréal, 2000.

    Marie-Roger Biloa

    Marie-Roger Biloa dirige le groupe Africa international. Elle est également la rédactrice en chef du magazine Ici-Les gens du Cameroun

    Joav Toker

    Israël

    Après avoir longtemps couvert le continent européen pour la Première (publique) et la 10e (privée) chaîne de la télévision israélienne, Joav Toker y poursuit ses collaborations. Il écrit également pour le magazine politique Koteret, le quotidien économique Globes et il enseigne à l'université américaine de Paris, ainsi qu'à la Sorbonne, les relations internationales.

    Kichka

    Kichka

    Kichka

    Kichka

    Kichka

    Kichka

    Kichka

    Kichka

    Kichka

    Kichka

    Kichka

    • Kichka
    • Kichka
    • Kichka
    • Kichka
    • Kichka

    À propos

    Kroll

    Kroll

    Kroll

    Kroll

    Kroll

    • Kroll
    • Kroll

    L'édito de Julien Brunn

    Pour visionner l'édito, cliquer ici


    Souveraineté limitée


    Donc, "souveraineté" fut le fin mot de cette folle semaine, mais pas, heureusement, le mot de la fin.

    Pour commencer, les dettes qu’on dit… souveraines, ne le sont pas tant que ça, puisque, si elles l'étaient vraiment, souveraines, il suffirait pour les effacer d'un décret de l'État endetté, par exemple : faire tourner la planche à billets. Mais avec l'Euro, plus de planche à billets : les créanciers sont de vrais créanciers, presque « souverains » en somme, et non plus des créanciers de papier.

    Et c'est pourquoi l'Euro est comme une cordée de montagne, la chute de l'un peut entraîner celle de tous les autres, et les souverainetés de tous sont liées.
    Ainsi l'Allemagne avait fait savoir qu'elle était "souveraine" et que son Parlement, représentant du peuple souverain, devait se prononcer avant le sauvetage de la Grèce.
    Puis il y eut l'épisode référendaire en Grèce même : le peuple souverain aurait dû, lui aussi, se prononcer directement sur son propre sauvetage. 

    On sait ce qu'il advint de cette souveraineté-là : déballée le lundi, elle fut promptement remballée le jeudi. Mais l’idée de souveraineté continue de courir, elle, tel un furet.

    A Cannes, au G20, elle ressurgit sous la forme d’une querelle de vocabulaire. L'Italie clame qu’elle n’a pas été placée sous la « surveillance » du FMI, mais qu’elle a décidé, d’elle-même, de solliciter ses "conseils", un mot qui ménage davantage les souveraines susceptibilités.

    Or il est bien là, le danger : dans le réveil des susceptibilités, que seuls vont prendre plaisir à attiser les démagogues, encore un mot grec, les « guides du peuple », sous entendu, les « mauvais » guides du peuple. Les autres chercheront l'équilibre difficile et sans fin entre ces deux mots contraires : la souveraineté… limitée.

    Julien Brunn


    Écrivez nous !

    Adressez nous vos messages d'encouragements, suggestions  ou critiques...

    Revoir

    Accueil / Programmes / Revoir nos émissions / Kiosque / La Grèce au centre du monde
    Imprimer
    envoyer à un ami