menu.title
Accueil / Programmes / Revoir nos émissions / Kiosque / La fin pour Kadhafi ?
Imprimer
envoyer à un ami

La fin pour Kadhafi ?

Kiosque

Emission du
Dimanche 20 Mars 2011

La fin pour Kadhafi ?

Quel avenir pour la Libye, avec l'intervention militaire de la coalition ? A Bahreïn et au Yémen, la suite du Printemps Arabe. Le Japon vit toujours dans la crainte d'un désastre nucléaire.

media_precedent
  • Libye
    1ère partie : intervention en Lybie
  • Japon
    2nde partie : la situation au Japon
media_suivant

LES THÈMES DE L'ACTUALITÉ

La question de la Libye est toujours délicate, surtout depuis l'intervention militaire des forces de la coalition. Au Japon, les réacteurs nucléaires font toujours aussi peur.

La semaine de Dilem

Les correspondants invités cette semaine

Andreï Gratchev

Russie

Andreï Gratchev, ancien porte-parole de Mikhaïl Gorbatchev est l'une des plumes de Novaya Gazeta, le journal d'Ana Politovskaïa, la journaliste assassinée en 2006.
Andreï Gratchev est l'auteur d'une biographie de Mikhaïl Gorbatchev, Le mystère Gorbatchev, aux éditions Du Rocher (2001) et de Gorbatchev - Le pari perdu ? aux éditions Armand Collin en 2011

Antoine Menusier

Suisse

Antoine Menusier, Français Suisse d'adoption, collabore au Matin-Dimanche, à l'Hebdo et au Nouvelliste, le quotidien valaisan. Il a également participé au BondyBlog, une expérience dont fut tiré un livre BondyBlog, des journalistes suisses dans le 9-3, aux éditions du Seuil.

Ruolin Zheng

Chine

Ruolin Zheng est le correspondant à Paris du quotidien chinois Wen Hui Bao, le plus ancien journal du pays et le plus gros quotidien national basé à Shanghaï. Il a été journaliste au Journal de la Jeunesse et a collaboré au magazine panafricain Jeune Afrique. Ruolin Zheng a obtenu différents prix nationaux de la presse chinoise.
Il est l'auteur de plusieurs ouvrages dont la biographie d'un chanteur chinois devenu héros national, un ouvrage sur l'Unesco et Les Chinois sont des hommes comme les autres, chez Denoël (2012) dont il parle ICI .

Deborah Berlinck

Brésil

Deborah Berlinck est la correspondante pour l'Europe du quotidien brésilien O Globo, l'un des plus importants du pays.

Christian Rioux

Québec

Christian Rioux tient une chronique au Devoir avec pour terrain d’aventure l’Europe et la francophonie.
Il est l'auteur d'un recueil de poèmes,  Les Années Temporaires, Ecrits des Sorges, Québec, 2002 et d'un essai,  Voyage à l'intérieur des petites nations, Boréal, Montréal, 2000.

Marie-Roger Biloa

Marie-Roger Biloa dirige le groupe Africa international. Elle est également la rédactrice en chef du magazine Ici-Les gens du Cameroun

Kichka

À propos

Écrivez nous !

Adressez nous vos messages d'encouragements, suggestions  ou critiques...

L'édito de Julien Brunn

Pour voir la vidéo, cliquez ici.

Souveraineté limitée

Donc, ça n’a pas traîné, finalement.

Les premières salves ont été tirées deux jours seulement après le vote à New York, in extremis, des quinze du Conseil de sécurité de l’Onu contre le colonel Kadhafi, ses fils, et leurs emportements.

Quelle que soit l’évolution de la situation sur le terrain, c’est-à-dire surtout dans les airs – et ça peut durer – ce vote légalisait, au niveau mondial, le droit de « protéger » – par la force – des populations civiles contre leur propre gouvernement. Même si ces civils libyens semblent un peu plus armés qu’on ne le dit, même si cette intervention rappelle un peu trop feue la politique de la canonnière, un nouveau pas a quand même été franchi dans le sens d’une espèce de gouvernement mondial, imposant aux États une souveraineté limitée.

Or c’était l’inverse, c’était l’idée de la souveraineté absolue des États chez eux, qui inspiraient jusqu’à présent les Russes et les Chinois qui se sont cette fois, « seulement » abstenus. Même s’ils ont, aussitôt après, regretté l’usage de la force que leur abstention, pourtant, autorisait, ces « abstentions » marquent peut-être – peut-être ! – le début d’une ère onusienne plus homogène, et donc plus efficace.

Les « révolutions » tunisienne et égyptienne, si elles réussissent de leur côté, de part et d’autre de la Libye, seront aussi des facteurs d’homogénéisation du monde autour de l’idée de démocratie pacifique et apaisée.

Et pendant ce temps-là ?

Pendant ce temps-là, à l’autre bout du monde, d’admirables pompiers tentent de refroidir les réacteurs et les piscines de Fukushima, qui continuent d’émettre leurs nuages radioactifs, lesquels, eux non plus, ne connaissent pas les frontières.

D’ailleurs, sur le chemin de la limitation du pouvoir des États chez eux, on pourrait aussi songer à limiter et à mieux contrôler, dans l’avenir, leur souveraineté en matière de développement et de vente du nucléaire civil, et pas seulement militaire. Mais chaque chose en son temps. 
 
Julien Brunn

Revoir

Accueil / Programmes / Revoir nos émissions / Kiosque / La fin pour Kadhafi ?
Imprimer
envoyer à un ami