menu.title
TOUTES NOS RUBRIQUES
Imprimer cette page
Envoyer cette page

Jean-Louis Bianco

Internationales

Emission du
Vendredi 5 Février 2016

Jean-Louis Bianco

Internationales reçoit Jean-Louis Bianco, président de l'Observatoire de la laïcité. Il revient avec nous sur les récentes polémiques qui ont visées l'institution et sur ses missions.

media_precedent
  • Jean-Louis Bianco dans Internationales - première partie
    Jean-Louis Bianco dans Internationales - première partie
  • Jean-Louis Bianco dans Internationales - deuxième partie
    Jean-Louis Bianco dans Internationales - deuxième partie
media_suivant

L'invité

Jean-Louis Bianco

Né le 12 janvier 1943 à Neuilly-sur-Seine, Jean-Louis Bianco est un homme politique socialiste français. Il est président de l'Observatoire de la laïcité.

Après une scolarité au lycée Janson-de-Sailly (Paris), Jean-Louis Bianco devient élève de l’institut d’études politiques de Paris, licencié en sciences économiques, ingénieur civil des mines et énarque (promotion Thomas More).


Il entre au Conseil d'État en 1971 en tant qu'auditeur. En 1978, il devient maître des requêtes. De 1979 à 1981, il est chargé de mission au syndicat intercommunal de développement des vallées de la Durance et de la Bléone.


En mai 1981, il est appelé pour travailler auprès du Président de la République François Mitterrand. À partir de 1982, il devient secrétaire général de la présidence de la République de François Mitterrand jusqu'en 1991. Il est le plus jeune à ce poste et y détient le « record de longévité » (9 ans, sans compter sa première année auprès du Président en tant que chargé de mission) sous la Ve République.


De 1983 à 1991, Jean-Louis Bianco préside l'Office national des forêts (ONF). À cette occasion, il écrit un rapport au Premier ministre, reconnu par la filière, intitulé « La Forêt : une chance pour la France ».


En 1991, Jean-Louis Bianco se voit confier le ministère des Affaires sociales et de l'Intégration dans le gouvernement d'Édith Cresson. À cette occasion, il permet la régularisation des sans-papiers.


En 1992, il est élu conseiller régional de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. La même année, il intègre le gouvernement de Pierre Bérégovoy en qualité de ministre de l'Équipement, du Logement et des Transports. À ce titre, il est l’auteur d’une circulaire (la « circulaire Bianco » du 15 décembre 1992) qui préfigure la création de la Commission nationale du débat public. Par ailleurs, il permet la mise en œuvre du permis à points qui entre en vigueur le 1er juillet 1992.


Il devient conseiller d'État en 1994. La même année, il est élu conseiller général des Alpes-de-Haute-Provence. En 1995, il devient maire de Digne-les-Bains.


Il est élu député depuis le 1er juin 1997 dans la 1re circonscription des Alpes-de-Haute-Provence. Il est réélu le 16 juin 2002, pour la XIIe législature 2002-2007, en obtenant 50,79 % des voix face au candidat UMP. Le 17 juin 2007, il est réélu député pour la XIIIe législature.


Il siège dans le groupe Socialiste, radical et citoyen, est membre de la commission des Affaires étrangères et président de la mission parlementaire sur l'Iran.


Il est également le président du conseil général des Alpes-de-Haute-Provence depuis 1998 (réélu en 2001, 2004 et 2008). Depuis 2010, le budget départemental est adopté à l'unanimité. Le 13 septembre 2012, à Digne-les-Bains, il annonce renoncer à son mandat de conseiller général et à sa fonction de président du conseil général, et ce à compter du 1er octobre 2012. En novembre 2012, Jean-Pierre Bel a nommé Jean-Louis Bianco comme « personnalité qualifiée » au Conseil supérieur de la Cour des Comptes. De 1999 à 2001, il préside l'Institut François-Mitterrand.


En septembre 2006, Jean-Louis Bianco soutient Ségolène Royal pour l'investiture socialiste de novembre à l'élection présidentielle de 2007 et devient ensuite son porte-parole.


Pendant les élections présidentielles de 2007, au sein de l'équipe de la candidate, il est codirecteur de campagne avec François Rebsamen jusqu'au 6 mai 2007, jour du second tour de l'élection présidentielle.


Aux primaires socialistes de 2011, Jean-Louis Bianco soutient à nouveau la candidature de Ségolène Royal pour l'élection de cette première primaire « citoyenne » organisée par le PS et le PRG les 9 et 16 octobre. Il devient membre de l'équipe de campagne et est chargé des sujets régaliens (« sherpa », institutions, Europe, relations internationales).


À la suite de la défaite de Ségolène Royal au premier tour de la primaire citoyenne (6,9 % des voix), comme elle, il s'engage en faveur de François Hollande, qui l'emporte au second tour avec 56,57 % des suffrages et devient ainsi le candidat officiel du PS et du PRG à l'élection présidentielle de 2012.


En octobre 2012, le Premier ministre et le ministre délégué aux Transports, à la Mer et à la Pêche, Frédéric Cuvillier, lui confient la mission gouvernementale sur la réforme du secteur ferroviaire, actuellement en cours de préparation et qui doit aboutir à un rapprochement entre la SNCF et Réseau ferré de France (RFF). Le 15 novembre 2012, le président du Sénat, Jean-Pierre Bel, le nomme au Conseil supérieur de la Cour des comptes.


Par décret en date du 5 avril 2013, il est nommé président de l'Observatoire de la laïcité. 


Le 4 avril 2014, Jean-Louis Bianco est nommé conseiller spécial auprès de Ségolène Royal, ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Energie. Le 8 novembre 2014, il est également nommé représentant spécial pour les relations avec l'Algérie de Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères. Il exerce ces fonctions à titre bénévole.



Archives

Horaires de diffusion

Chaque dimanche à :

TV5MONDE France-Belgique-Suisse

12h10 (heure de Paris), Avec rediffusion à 02h00, heure de Paris dans la nuit du dimanche  au lundi

TV5MONDE Europe

12h10(heure de Berlin), rediffusion le lundi à 05h00, heure de Berlin / 07h00, heure de Moscou.

TV5MONDE Afrique

En direct à 13h10’, heure de Paris (11h10, heure de Dakar).  Dans la nuit du lundi au mardi à 5h25’, heure de Paris (3h25’,   heure de Dakar)

TV5MONDE Orient

En direct à 12h10’, heure de Paris (13h10’, heure de  Beyrouth) 
Rediffusion dans la nuit du dimanche au lundi  à 02h30’, heure de   Paris (03h30’, heure de Beyrouth)

TV5MONDE Asie

14h00, heure de Paris (19h00, heure de Bangkok)  Plus rediffusion : 00h30’, heure de Paris, (05h30’, heure de   Bangkok).

TV5MONDE Etats-Unis

18h20’ heure de Paris (12h20’, heure de New York).

TV5MONDE Amérique latine

A 13h10’, heure de Paris (8h10’, heure de Buenos Aires)

TV5MONDE Pacifique

20h00, heure de Paris (03h00, heure de Tokyo) et rediffusion le lundi à 01h00, heure de Paris (08h00, heure de Tokyo)
Imprimer cette page
Envoyer cette page