menu.title
TOUTES NOS RUBRIQUES
Imprimer cette page
Envoyer cette page

#21 HIFIKLUB

Franche connexion

Emission du
Mercredi 2 Octobre 2013

#21 HIFIKLUB

Rock. S'il y a un mot pour qualifier la démarche des Toulonnais de Hifiklub. Un rock burné, âpre, multi-facettes et enrichi d'une bonne dose d'intelligence.

media_precedent
  • L'ENTRETIEN

    L'ENTRETIEN

  • MUSIQUE :  stop en route

    MUSIQUE : “stop en route“

media_suivant
02.10.2013Denis Verloes
J’ai découvert Hifiklub par hasard. Un de ces hasards comme seuls les réseaux sociaux savent en procurer. Nous étions au début du printemps et  avec Claude (réalisateur émérite, régional de l’étape) nous cherchions des artistes de Marseille et de Provence-Alpes-Côte d’Azur ; aussi éloignés que possible des clichés rap sempiternels de la planète Mars.
 
Très rapidement le nom de Régis Laugier et de son groupe Hifiklub est arrivé dans la conversation 2.0. Très rapidement aussi, parce que c’est mon univers musical de prédilection, j’ai plongé dans le site et la musique de Hifiklub : avec un réel plaisir d’auditeur.

Hifiklub c’est du rock dans sa plus simple acception : du genre qu’on écoute en secouant la tête de bas en haut. Hifiklub c’est des larsens, un son gras et ample comme on aimait l’entendre à la sortie de l’adolescence, chez des thuriféraires du rock indé tels James Chance and the Contortions ou tout simplement Dinosaur Jr et Sonic Youth.  Du gros son qui tâche, des émotions intériorisées qui éclatent brutes et des guitares qui envoient du bois. Pas étonnant en fait de se rendre compte que la petite bande est allée chercher Lee Ranaldo (de Sonic Youth) pour produire les titres de son dernier album (sorti en vinyle). Pas surprenant non plus de voir dans les récents posts de Hifiklub sur son blog, qu’ils sont encore fourrés chez Alain Johannes metteur en son des Américains de Queens of the Stone Age dans son désert de Yucca Valley près de Los Angeles.
 
Pas étonnant ? Non. Parce que le talent du groupe mérite bien ce genre d’attention de la part de pointures du genre. Mais intriguant tout de même, parce qu’il faut une sacrée dose d’assurance pour interpeller de tels bonshommes en toute simplicité, depuis Toulon. Certes Régis Laugier a certaines facilités à forcer des portes. En qualité d’administrateur de la Villa de Noailles à Hyères il n’est pas très loin de l’organisation du MIDI festival, découvreur annuel de talents en devenir et manifestation qui n’a pas son pareil pour chouchouter de célèbres parrains… Mais le CV ne fait pas tout.

Hifiklub c’est aussi et surtout, ça on le découvre surtout quand la caméra arrête de tourner, une bande de passionnés. Entre Nico qui explique la musique de Josh Homme comme personne ou qui évoque modestement le son qui  sort de sa propre guitare à force de répétitions quasi chamaniques et son binôme Régis, passionné d’architecture de culture au sens large, fier de sa région en particulier ; il y a de quoi s’enivrer au « petit jaune » étendard de fraternité méditerranéenne (à consommer avec modération).
  
Et découvrir au-delà du rock, moment magique dans l’opéra de Toulon, une bande d’êtres humains humbles, pros, diablement fiers de leur projet peaufiné jusqu'au moindre détail. Mais franchement -à mon avis- le programme tentaculaire de Hifiklub, à cheval sur plusieurs arts dont la vidéo (Arnaud Maguet vidéaste est partie intégrante du groupe) et bien entendu la musique, le mérite amplement. Foncez!

Apprendre le français avec Franche Connexion Apprendre le français avec Franche Connexion
Imprimer cette page
Envoyer cette page