menu.title
TOUTES NOS RUBRIQUES
Imprimer cette page
Envoyer cette page

Mon bébé écolo

Coup de pouce pour la planète

Emission du
Samedi 9 Mars 2013

Mon bébé écolo

Revoir "Coup de Pouce pour la planète" > Voir l'émission

media_precedent
    media_suivant

    Au sommaire cette semaine


    Coup de Presse : 3 informations de l'actualité verte qui ont retenu l'attention de notre équipe cette semaine.

    Coup de Pouce
    aux écharpes de portage, aux produits bio et couches culotte réutilisables. Les bébés bio ne sont pas un effet de mode et bien une tendance qui s'affirme chaque année un peu plus.

    Carton Rouge à l'Inde. Selon un rapport de l'ONU conduit par Olivier De Schutter, les droits des agricultrices ne sont pas assez reconnus. Leur laisser leurs terres permettrait pourtant d'accroître la sécurité alimentaire.

    Pour en savoir plus...

    Un reportage de 90 secondes pour vous informer sur un sujet aussi vaste -et important- que le bébé écolo c’est trop peu pour l’équipe de Coup de Pouce pour la Planète. C’est pourquoi cette semaine, un petit complément s’impose! Repas, portage et change : voici quelques informations et bonnes adresses utiles!
    Le change

    Vive le liniment oléo-calcaire
    Pour le change, le débarbouillage, le massage (et même le démaquillage de maman!), le liniment est le premier et le moins cher des produits à avoir en sa possession (comptez environ 4€ les 500 ml). Il nettoie et hydrate, remplace tous les laits de toilette, crèmes hydratantes et autres produits proposés par les marques spécialisées! Il s’agit d’un mélange d’huile d’olive et d’eau de chaux (hydroxyde de calcium)... sans produit chimique ajouté. Il existe aussi en version bio, mais les ménages à petit budget préféreront dans ce cas le fabriquer eux-mêmes car le liniment bio coûte deux fois plus cher.

    La recette :
    • 60% d’huile d’olive bio (choisir une première pression à froid et ne pas hésiter à privilégier le premier prix du supermarché, on se fiche ici des qualités gustatives, comptez autour de 8 euros le litre).
    • 40% d’eau de chaux (s’achète à la pharmacie, comptez 6 à 7 euros le litre).
    • On passe le tout au mixeur et on verse dans un flacon opaque (l’occasion de recycler le flacon à pompe de votre gel douche préféré!) et c’est prêt!

    Halte aux lingettes jetables!

    Les lingettes se sont développées ces dernières années tant pour l’hygiène que pour le ménage. Mais composées de plastique et de papier, elles ne servent qu’une fois, ne sont ni recyclables ni biodégradables, et augmentent la quantité de déchets que nous produisons. Souvent source d’allergies, les lingettes contiennent une grande quantité de produits chimiques, dont certains sont même suspectés d’être cancérigènes. Préférez leurs les carrés de coton bio ou, mieux encore, les lingettes lavables. Disponibles dans différentes matières (bambou, coton, viscose, etc), elles sont utilisables entre 300 et 500 fois. Avec elles, les économies sont assurées (lingettes et cotons classiques coûtent entre 150 et 300 euros par an) et les déchets nettement réduits. Vous pouvez même les fabriquer vous-même!

    On aime : le kit éco chou des Tendances d’Emma

    Ces lingettes, disponibles en coton bio, en eucalyptus ou en bambou sont fabriquées en France par des détenus dans une démarche de réinsertion et leur boîte de stockage est en bois labellisé PEFC.


    Les couches lavables

    Les parents ne le savent que trop bien, l’impact environnemental des couches de leurs chérubins est catastrophique. Et on ne le répètera jamais assez, les couches lavables sont plus économiques sur le long terme, même si vous êtes un adepte des magasins à bas prix! Alors pourquoi ne pas tenter l’aventure? Les couches d’aujourd’hui n’ont plus rien à voir avec les langes utilisés par nos mères et nos grands-mères. Vive les couleurs et les imprimés pleins de peps, et les matières ultra-absorbantes tels que le bambou ou l’eucalyptus.

    Il en existe toutes sortes, mais nous ne rentrerons pas dans les détails ici, certains sites spécialisés l’ont fait avant et bien mieux que nous! Sachez néanmoins que ces changes lavables représentent un investissement onéreux au départ et qu’il est plus prudent de s’en faire prêter ou d’opter pour un kit test avant de se lancer dans l’achat d’un ensemble complet. Lavez les au moins deux fois avant usage pour améliorer leur absorption! Enfin pour ceux qui redoutent les odeurs incommodantes, mieux vaut les stocker dans un contenant fermé et les laver relativement vite, mais en attendant on peut les asperger d’un petit mélange d’huiles essentielles maison ou d’un spray désodorisant adéquat.

    On aime :
    le look et les couleurs des couches et maillots de bain Hamac fabriqués en France et labellisés Oeko-Tex 100 (c’est-à-dire sans toxique, ni métaux lourds, ni polluant),

    les créations originales et textiles écologiques des couches Gamins des Bois fabriquées en France,

    la gamme en fibre de bambou bio de BBNK qui propose des couches taille unique de la naissance à la propreté pour limiter les coûts,

    la grande diversité de la gamme des P’tits Dessous qui propose notamment des couches hybrides avec des inserts lavables ou jetables selon les besoins du moment, ou encore des couches à l’intérieur noir pour ne plus être dérangé par les traces indélébiles,

    le Déo Couche Spray désinfectant de Néobulle pour ralentir le développement des bactéries et donc l’apparition des mauvaises odeurs.

    Pour aller plus loin  :
    Les Couches lavables, Le retour! de Marianne Markmann, ed. Jouvence, 4,90€ : tout ce qu’il faut savoir si on veut se lancer dans les couches lavables, modèles, conseils, témoignages, bonnes adresses, etc.

    Deux sites Internet incontournables : Couches Lavables et Bulle de coton (Avis aux couturières : ce dernier propose même un tutoriel pour fabriquer ses propres couches!)


    Les couches biodégradables

    Si vous ne vous sentez pas le courage de vous lancer dans l’aventure des couches lavables, pensez aux couches biodégradables. Aussi performantes que les couches classiques à base de pétrole, celles à base de cellulose (issu de forêts certifiées, c’est mieux!) présentent l’avantage de se décomposer en quelques semaines. Et halte aux idées reçues, elles ne coûtent pas forcément plus cher que les couches jetables de marques bien connues. Attention cependant, certaines marques se prétendent écolos et continuent de proposer des couches fabriquées à partir de pétrole.

    On aime : les couches Bio Babby à base de fécule de maïs sans ogm et de cellulose provenant de forêts certifiées FSC, fabriquées entièrement en France,

    ou encore les couches écolo Pingo qui nous viennent tout droit de Suisse.




    Le Portage

    Les bienfaits du portage

    "Les premiers mois de vie, un bébé a le besoin intense d'être porté, porter son enfant est indispensable à son bon développement, cela comble son besoin et le rassure” nous explique Anne Keff, thérapeute familiale spécialiste du nourrisson. Halte aux idées reçues qui affirment que porter bébé le rend capricieux. Un nourrisson a besoin d’être rassuré et le porter y contribue. Cela dit, porter son enfant demande du temps et les dispositifs de portage tels que les écharpes et les porte-bébés permettent d’en gagner. Loin d’être une mode, le portage participe grandement à l’éveil de l’enfant, qui peut ainsi participer aux activités quotidiennes de la maison et aller de découvertes en découvertes. S’il s’endort dans son écharpe ou son porte-bébé, comme c’est fréquemment le cas, ce n’est pas un problème car le bercement qu’il connaît au cours de cette sieste diurne lui permet d’apprendre à distinguer plus vite le jour et la nuit. Un bébé porté est aussi un bébé qui cumule moins de tensions et qui pleure moins le soir.


    Méfiez vous des arguments commerciaux mensongers

    En Occident, le portage devient une vraie tendance et l’offre se multiplie. Toutes les marques se vantent de proposer des écharpes et des porte-bébés physiologiques mais peu le sont véritablement. Alors mieux vaut bien se renseigner avant de s’équiper car le prix de ces dispositifs est relativement élevé (entre 30 et 130 euros). La majorité des porte-bébés du commerce offrent un écartement de hanches et une hauteur de dossier inadaptés à la morphologie des plus petits, quant aux petits coussins justement pensés pour les nourrissons, ils les conduisent à s'asseoir... sur leurs pieds. Niveau confort, on repassera! Côté écharpes, tout dépend du type de tissu et du noeud choisi. S’ils ne sont pas adaptés, l’enfant héritera de problèmes de dos ou de hanches, même si ses parents pensaient bien faire.     


    Choisir son écharpe ou son porte-bébé

    Alors pour ceux qui souhaitent investir dans une écharpe, il est indispensable de prendre un cours pour apprendre à la nouer comme il se doit (une vidéo de démonstration sur Internet s’avèrera clairement insuffisante et surtout, comment être sûr que c’est la bonne méthode?). Fuyez également les cours de portage dispensés par des "monitrices-commerciales”, formées par les fabricants, qui vendent des écharpes à l’issue de leur leçon. Commissionnées par les marques, leur discours n’est pas toujours objectif. Pour ne pas vous tromper, optez donc pour une écharpe tissée selon la méthode sergé croisé, la seule qui permet de soutenir très précisément le dos de l’enfant tout en respectant l’arrondi de sa colonne vertébrale. Et privilégiez un coton aux teintures naturelles labellisé Oeko-Tex 100 et si possible, issu de l’agriculture biologique. Quant aux porte-bébés, choisissez ceux d’inspiration asiatique à quatre bandes qui permettent de régler écartement des hanches et hauteur du dossier en fonction de la morphologie de l’enfant.


    Ce qu’il faut retenir
    On peut porter son enfant dès la naissance dans un dispositif adapté. Le bébé doit toujours être porté à la verticale, avec les voies respiratoires dégagées (seule position recommandée par l’Organisation mondiale de la santé pour la pratique de la méthode dite "Mère Kangourou” ) où le bébé fait face au porteur, bien soutenu à la base, avec un outil qui respecte l’arrondi de sa colonne vertébrale. Cette position permet même d’allaiter son bébé de façon discrète. Mieux vaut donc éviter le portage en berceau qui, bien que séduisant de prime abord, n’est pas le mieux adapté. Et enfin évitez autant que possible de porter votre enfant plus de deux heures d’affilée.

    On aime :
    Les écharpes et porte-bébés d’inspiration asiatique de Néobulle , véritablement physiologiques et entièrement fabriqués en France. La marque propose une gamme bio, mais tous les produits sont 100% coton labellisé ökotex 100 (sans toxique, ni métaux lourds, ni polluants), et tissés en sergé croisé.

    Mêmes atouts pour l’écharpe Storchenwiege et le porte-bébé de la marque Hoppediz (le Hop-Tye) qui nous viennent d’Allemagne.

    Pour leur contribution à notre reportage, merci aux marques Maman Kangourou (Canada) et ErgoBaby qui proposent écharpes et porte-bébés en coton biologique.

    Pour aller plus loin :
    Porter bébé, Avantages et bienfaits, de Claude-Suzanne Didierjean-Jouveau, ed. Jouvence, 4,90€

    Porter mon bébé
    , de Cécile Cortet, Céline Guerrand-Frénais, Anne-Sophie Bost, ed. Minerva, 20,20€

    Le site de l’association française de portage des bébés

    Le site d’Anne Keff , thérapeute familiale spécialiste du nourrisson et monitrice de portage (présente dans notre reportage) avec notamment des conseils pour bien choisir son écharpe.

    Les détails sur la méthode "Mère Kangourou" recommandée par l’OMS

    Le repas

    Un petit point du côté de l’alimentation... Nous ne reviendrons pas sur les avantages incontestés de l’allaitement maternel tant sur les plans sanitaire, qu’écologique, économique ou encore pratique. Toutefois vient l’heure de la diversification ou de la reprise du travail pour maman, et il faut alors choisir biberons et petits plats adaptés.


    Du bio!

    A l’heure des scandales agro-alimentaires internationaux qui s’enchaînent les uns après les autres, le choix d’une alimentation biologique s’impose quand le porte-monnaie le permet (pas de problème grâce aux économies substantielles réalisées avec les couches et les lingettes lavables!). Dès que faire se peut, optez donc pour un lait ou des petits plats (industriels, ou encore mieux, maison) élaborés à partir de produits issus de l’agriculture biologique.


    Gare au Bisphénol A

    Côté biberons et couverts, choisissez les sans bisphénol A. Aussi connu sous le nom de BPA, ce composant chimique du plastique est considéré comme un perturbateur endocrinien, c’est-à-dire qu’il est susceptible d’altérer le fonctionnement du système hormonal et donc d’être à l’origine de certains cancers ou de troubles de la reproduction. En France, le BPA est interdit dans les conditionnements alimentaires pour bébé depuis le 1er janvier 2013. Il est également banni des biberons dans l’Union européenne depuis juin 2011 et dans certains pays nord-américains.

    Le mieux est encore de choisir des contenants en verre ou en inox et d’éviter le plastique. Mais si toutefois vous le trouvez vraiment fantastique, optez pour du PES, le petit nom du PolyétherSulfone, qui ne contient ni bisphénol A, ni phthalates, ni peroxydes ou autres perturbateurs endocriniens.

    On aime :
    les marques qui développent des petits plats bio, frais et de saison à base de produits locaux comme Kidaparis qui, cerise sur le petit pot, propose des emballages en plastique sans bisphénol A,

    les biberons en verre Green to Grow , en inox des Canadiens d’OrganicKidz et ceux en PES du français BioBabby .


    Pour aller plus loin sur la thématique du bébé écolo :

    100 Réflexes Bébé bio, d’Alix Lefief-Delcourt et Elisa De Castro Guerra, ed. Leduc.S.,12,90€

    Le Guide de mon bébé au naturel
    , dirigé par le Dr Dominique Leyronnas et Catherine Piraud-Rouet, ed. Nathan, 13,50€

    Le Guide pour soigner mon enfant au naturel
    , du Dr Christine Coquart et Catherine Piraud-Rouet, ed. Nathan, 14,90€

    Horaires de diffusion

    FR-BELG-SUISSE : le dimanche à 14h00 (Paris)
    AMÉRIQUE LATINE : le samedi à 20h30 (Buenos Aires)
    ASIE : le samedi à 19h30 (Bangkok)
    PACIFIQUE : le samedi à 18h55 (Tokyo)
    ÉTATS UNIS : le samedi à 20h25 (New York)
    MAGHREB-ORIENT : le dimanche à 12h55 (Beyrouth)
    AFRIQUE : Le dimanche à 12h05 (Kinshasa)
    EUROPE : le dimanche à 12h03(Berlin)

    Archives

    NOUS ECRIRE

    Donnez nous vos conseils sur le développement durable, mais aussi exprimez vos coups de cœur ou ... coups de gueule !
    Imprimer cette page
    Envoyer cette page