menu.title
TOUTES NOS RUBRIQUES
/ / / / La photo est-elle un art ? Les francophones rois de la musique électronique, Cinéma africain et engagement
Imprimer
envoyer à un ami

La photo est-elle un art ? Les francophones rois de la musique électronique, Cinéma africain et engagement

300 millions de critiques

Emission du
samedi 6 Décembre 2014

La photo est-elle un art ? Les francophones rois de la musique électronique, Cinéma africain et engagement

Présentation : Guillaume Durand. Avec la participation des journalistes Alain Gerlache (RTBF), Michel Cerutti (RTS), Matthieu Dugal (Radio-Canada), Estelle Martin (TV5MONDE) et Lise-Laure Étia (TV5MONDE). Avec la participation d'Olivier Poivre d'Arvor, directeur de France Culture.

media_precedent
  • Ep.14- La photographie est-elle vraiment un art ? Partie 1
    La photographie est-elle vraiment un art ? Partie 1
  • Ep.14- La photographie est-elle vraiment un art ? Partie 2
    La photographie est-elle vraiment un art ? Partie 2
  • Ep.14- L'électro, folie francophone
    L'électro, folie francophone
  • Ep.14- Le zapping
    Le zapping culturel francophone de la semaine
  • Ep.14- Un cinéma africain engagé
    Un cinéma africain engagé
  • Ep.14- Coups de coeur
    Coups de coeur à lire, à regarder et à visiter
media_suivant

Au sommaire de l'émission du 6 décembre 2014

- La photo est-elle un art ?
- Les francophones rois de la musique électronique, de l'Ircam aux Daft Punk en passant par Caribou et Arches...
- Cinéma africain et engagement, la sortie de « Timbuktu »

BONUS - Entretien avec The Avener

Auteur de l'exploit, d'aller titiller David Guetta en haut du top des ventes de singles en novembre 2014 Tristan, plus connu sous le nom de The Avener, est un bel exemple de cette nouvelle génération de francophones férus d'électronique. Ensemble, nous avons discuté de la question posée dans l'émission #200MDC : La French touch est-elle une réalité, ou un concept de journalistes? 
Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
Quand The Avener prend la première place du classement iTunes en Allemagne avec Fade Out Lines, c’est un choc : cela fait belle lurette qu’un artiste français n’a pas réussi une telle performance outre-Rhin, et surtout avec un titre aussi singulier. Car le succès de Fade Out Lines, c’est une porte qui s’ouvre sur un univers unique et pourtant immédiatement familier. Avec ce titre irrésistiblement rythmé et sophistiqué à la fois, on pense autant à un after amoureux à l’aube sur les quais de Seine qu’à un beat de funk banlieusard en boîte de nuit.

Depuis, ce single miraculeux s’impose partout, et confirme The Avener dans son intention de départ : circuler aux frontières des genres, des époques, des styles, aux frontières entre la musique que l’on écoute et la musique que l’on danse, aux frontières de l’underground et de la pop haut de gamme. The Avener le dit lui-même : « Fade Out Lines est un morceau difficile à classer : c’est un blues avec des influences jazz, folk, funk et des instruments électroniques. Il y a des sentiments, de l’émotion, de la nostalgie, et en même temps beaucoup d’énergie. »

C’est un bon symbole pour l’album The Wanderings Of The Avener, manifeste d’une électro raffinée dans l’esprit du sampling nu-jazz de St Germain et de son Boulevard, à mi-chemin des démarches de Moby et de Wankelmut, de King Britt et de Cassius...

Ghost producer pour beaucoup de tubes de club, Tristan est devenu The Avener en retournant au plaisir de la musique pour elle-même, à son amour de jeunesse pour le piano et la mélodie, à sa culture musicale dense, variée, profonde... mais aussi à la deep house, antidote à la froideur mécanique qui a envahi l’électro depuis quelques années.

Tristan s’enferme des mois en studio : « J’ai commencé à réarranger des titres passés inaperçus, à leur donner un peu de modernité... » Il s’agit de chercher le dosage très exact qu’il désire entre acoustique et électro, entre science du songwriter et instinct d’expert du dancefloor... En même temps que The Avener compose lui-même, The Avener reprend Sixto Rodriguez, John Lee Hooker, Mazzy Star, The Be Good Tanyas, Andy Bey, Adam Cohen... Blues séminal, folk underground, pop nocturne, rock iconique, artistes oubliées des années 70 et 80, The Avener déambule dans les allées secrètes de sa mémoire. Émissaire de son album, son sampling de The Fade Out Line de Phoebe Killdeer & the Short Straws, discrètement mis en ligne à l’été 2013, buzze d’abord patiemment en France avant d’exploser en Allemagne puis partout dans le monde.

The Avener retrouve ainsi une patte délicate et radieuse, qui sonne à l’étranger comme une touche d’élégance so French, tout en s’affirmant comme la redécouverte du chaînon manquant entre l’émotion harmonique et la pulsion de danse ... La confirmation arrive avec The Wanderings of the Avener, son 1er album prévu le 19 Janvier 2015.

Archives

/ / / / La photo est-elle un art ? Les francophones rois de la musique électronique, Cinéma africain et engagement
Imprimer
envoyer à un ami