Imprimer cette page
Envoyer cette page

Paris insolite

Littérature

Paris insolite

Jean-Paul Clébert et Patrice Molinard

Paru en 1952 et tiré de l'oubli par les éditions Attila, Paris insolite est à ranger parmi les plus beaux livres écrits sur la vie de clochard et sur les bas-fonds de Paris après la Seconde Guerre, avant les transformations urbanistiques des années Pompidou. Après avoir oeuvré dans la Résistance, le jeune Clébert, qui est toujours de ce monde (il habite dans le Lubéron), a vécu dans la rue parisienne de 1944 à 1948. Durant ces années d'errance, il a accumulé des centaines de notes sur ce qu'il a vu et vécu, « crayonnées et empilées en vrac, Dieu sait où, et plus nombreuses encore dans ma tête ». Composées en livre, elles forment un fabuleux tableau du « Paris clandestin », celui des ouvriers et des ivrognes, des bistrots populaires et des bordels, des chiffonniers et des ferrailleurs, des immeubles insalubres et des terrains vagues où les sans-domicile s'aménagent des cahutes avant de se laver au matin dans l'eau froide de la Seine. D'un point de vue documentaire, c'est un témoignage sensationnel : on a rarement lu une description si fouillée de la vie de vagabond, avec ses défis (manger), ses accessoires (la poussette d'enfant pour transporter ses affaires), ses lieux de vie (les Halles, les bistrots arabes, les puces de Saint-Ouen) et ses curiosités (un foutoir réservé aux SDF, situé dans le Marais, rue de Fourcy, et fermé après la guerre). Les 115 photos de Patrice Molinard, ajoutées à la deuxième édition en 1954, renforcent cet aspect documentaire en montrant les murs suintants, les hôtels sordides et les gueules cassées de ce Paris crasseux d'il y a soixante ans. Mais, au-delà de l'histoire, Paris insolite est aussi un splendide morceau de littérature, écrit dans une langue rugueuse et acrobatique qui, par endroits, n'est pas sans évoquer le Calaferte de Septentrion. Sous la plume de Clébert, on sent grouiller la vie dans les ruelles et les tripots où il a traîné ses guêtres de clochard sociologue, transcendant ce décor de misère par la grandeur du style. Une magnifique réédition.

Bernard Quiriny

En partenariat avec

webTV

 
Imprimer cette page
Envoyer cette page