15/11/1891 - 14/11/1944

Erwin Rommel

  • Agrandire
  • Rétrecir

Le général Erwin Rommel accomplit son premier exploit le 13 mai 1940, en forçant le passage de la Meuse à Dinant avec sa 7e division blindée, pour foncer ensuite sur Arras et Lille. Huit mois plus tard, Hitler le nomme commandant de l’Afrika Korps, chargé d’aider les Italiens fortement malmenés en Libye. Rommel y débarque en février 1941, et prend aussitôt l’offensive. Par deux fois, il parvient aux frontières de l’Egypte, et il s’empare de Tobrouk en juin 1942, ce qui lui vaut d’être nommé maréchal. Mais Rommel se heurte ensuite à la 8e armée du général Montgomery, qui dispose d’une large supériorité en effectifs, en matériel et en forces aériennes. Arrêté devant Alam Halfa en septembre, Rommel ne peut résister à la contre-offensive déclenchée le 24 octobre et doit entamer une longue retraite. Rappelé en mars 1943, il sert d’abord en Italie, puis reçoit en janvier 1944 le commandement de toutes les forces allemandes entre la Hollande et la Loire. Le 17 juillet, il est blessé en Normandie lors du mitraillage de sa voiture. La Gestapo étant parvenue à l’impliquer dans l’attentat manqué du 20 juillet contre Hitler, Rommel est invité à se suicider, ce qu’il fait près d’Ulm le 14 octobre 1944.

Une source Historia.

// Dossiers

LA DEPORTATION

Chaque conquête du IIIe Reich est suivie de la création de nouveaux camps...

LA LIBERATION DES CAMPS

Surpris par la rapidité de l’avance soviétique, les nazis tentent de dissimuler les preuves des massacres...

LES FEMMES DANS LA GUERRE

A la différence de l’Allemagne et du Japon, les Alliés mobilisent massivement les femmes pour participer à l’effort de guerre.

// Événements

La bataille de Stalingrad : la ville à la merci des nazis

Les Stukas se préparent à détruire ce qui fut l’orgueil de l’Union soviétique, la plus belle ville industrielle du monde communiste.

Des ghettos aux Einsatzgruppen

Allant de village en village, des unités spéciales appelées les Einsatzgruppen, ou « escadrons de la mort », rassemblent les juifs...

La bataille de Moscou

Les Sibériens ne craignent pas le froid, ce sont des chasseurs. Leur gibier, cette fois, c’est l’Allemand...