29/10/1897 - 01/05/1945

Joseph Goebbels

  • Agrandire
  • Rétrecir

Ministre de la Propagande et de l’Information, Josef Goebbels fait preuve d’un rare talent pour haranguer ses compatriotes dès le début de la guerre. Ses discours radiodiffusés et ses articles dans la presse donnent le ton à toute l’information de l’Europe occupée. Surnommé « le nain venimeux » en raison de sa petite taille, de son pied bot et de ses propos au vitriol, Goebbels est dévoué corps et âme à Hitler, qui admire sa culture, approuve son fanatisme et apprécie hautement ses délires antisémites. Par son activisme inlassable après 1942, Josef Goebbels parvient à soutenir le moral du peuple allemand, malgré une longue succession de défaites militaires et un bombardement toujours plus intensif des grandes villes du Reich. Chargé en août 1944 de la direction de la guerre totale, il proclame sa foi dans la victoire finale grâce à l’utilisation d’armes secrètes, et fait appliquer la tactique de la terre brûlée lors de l’avance des troupes alliées sur le territoire allemand. Désigné comme futur chancelier dans le testament d’Hitler, Josef Goebbels pousse le fanatisme jusqu’à sa conclusion logique en s’empoisonnant avec toute sa famille, quelques heures après le suicide d’Hitler.

Une source Historia.

// Dossiers

LA DEPORTATION

Chaque conquête du IIIe Reich est suivie de la création de nouveaux camps...

LA BATAILLE DE L’ATLANTIQUE

La survie de la Grande-Bretagne, désormais seule face à l’Allemagne, se joue dans l’Atlantique.

LA FRANCE DE VICHY

L’état français s’organise désormais autour de la personnalité du maréchal, objet d’un véritable culte soutenu à grand renfort de propagande.

// Événements

La libération des camps

Bien que mi août 1944, l’Armée Rouge ne soit plus qu’à 200 km d’Auschwitz, les nazis poursuivent leur politique d’extermination.

Munich et l’affaire des Sudètes

Hitler a pour objectif de dominer l’Europe, en réunissant les populations de langue allemande résidant dans les autres pays du continent.

L’exode

La Belgique et tout le nord de la France se sont déversées sur les collèges, les casernes ou les hôpitaux, très rapidement submergés.